FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Une épidémie de peste porcine africaine menace de se propager de la Chine vers d’autres pays asiatiques

La FAO appelle à améliorer la collaboration régionale et notamment la surveillance et les mesures de préparation

28 août 2018, Rome/Bangkok - Selon l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le déclenchement rapide de plusieurs cas de peste porcine africaine (PPA) en Chine et sa détection dans des zones situées à plus d'un millier de kilomètres l'une de l'autre, pourrait signifier que le virus mortel pourrait se propager vers d'autres pays asiatiques à n'importe quel moment.

Il n'existe pas de vaccins efficaces pour protéger les porcs de la maladie. Si la maladie ne pose pas de menaces directes pour la santé humaine, les épidémies peuvent se révéler dévastatrices tuant dans certains cas 100 pour cent des animaux infectés.

Jusqu'à présent, dans le cadre de leurs efforts visant à contrôler la propagation de la maladie, les autorités chinoises ont abattu plus de 24 000 porcs dans quatre provinces. La Chine est l'un des plus importants producteurs porcins au monde et est à l'origine d'environ la moitié de la population mondiale de porcs, soit 500 millions. Sa chaîne de valeur implique un très grand nombre de producteurs allant du petit producteur familial aux exploitants commerciaux de grande échelle.

Si ce n'est pas la première fois que la peste porcine africaine est détectée hors d'Afrique - les épidémies en Europe et en Amérique datent des années 1960 - sa détection et la propagation géographique de l'épidémie en Chine font craindre que la maladie ne se propage au-delà des frontières dans les pays voisins dans le sud-est asiatique ou encore dans la péninsule coréenne où le commerce et la consommation de produits porcins sont également élevés.

Un virus coriace avec une longue vie

Le virus de la PPA est très résistant et peut survivre pendant de longues périodes dans un climat très froid ou encore très chaud ainsi que dans des produits porcins qu'ils soient secs ou cuits. La souche détectée en Chine est semblable à celle qui a infecté des porcs dans l'Est de la Russie en 2017 mais jusqu'à présent, et alors que l'enquête se poursuit, le Centre chinois de santé animale et d'épidémiologie n'a pas trouvé de preuve formelle qu'il existe un lien avec cette dernière épidémie.

« La circulation des produits porcins implique que les maladies peuvent se propager rapidement, et dans le cas de la peste porcine africaine, il est probable que la circulation de tels produits, plutôt que de porcs vivants, ait causé la propagation du virus vers d'autres régions de la Chine, » a expliqué Juan Lubroth, Chef vétérinaire à la FAO.

Le Centre de réponse d'urgence aux maladies transfrontalières (ECTAD) travaille de manière étroite avec les autorités chinoises afin de surveiller la situation et de répondre de manière efficace aux épidémies qui surviennent à l'intérieur du pays et avec les autorités des pays voisins afin de les sensibiliser sur l'importance de la préparation afin de faire face à une nouvelle propagation de la maladie.

« Il y a quelques années, la FAO a commencé à collaborer avec le Ministère chinois de l'agriculture et des affaires rurales et ensemble, nous avons mis sur pied un plan d'urgence contre la PPA et développé une capacité de diagnostic, » a indiqué Wantanee Kalpravidh, Coordinatrice régionale pour la FAO et l'ECTAD. Nous avons également développé un programme de formation à l'épidémiologie d'intervention pour les vétérinaires dont l'objectif est de renforcer les enquêtes épidémiologiques, le suivi de l'évolution des maladies, la gestion des risques et la préparation face aux urgences. »

« La réponse immédiate à l'épidémie sera de l'éradiquer aussi vite que possible, » a ajouté Mme Kalpravidh.

Cependant une restriction complète de la circulation des animaux et des produits porcins pourrait compromettre ces efforts, a averti la FAO, soulignant que cela pourrait également pousser à de méthodes illégales de transport.

Des systèmes de réponse en place - des actions en cours

« Les épidémies telles que celles-ci nous rappellent que nous devons travailler ensemble, déployer des efforts multilatéraux et intergouvernementaux afin de prévenir et de faire face aux épidémies de maladie animale car ces maladies n'ont pas de frontières, » a déclaré Kundhavi Kadiresan, Sous-directrice générale de la FAO et Représentante régionale pour l'Asie et le Pacifique. « Dialoguer efficacement avec le secteur privé à l'échelle régional est essentiel afin de renforcer la coopération en vue de prévenir et de contrôler la PPA, » a-t-elle ajouté.

Photo: ©FAO/Sue Price
Il n’existe pas de vaccins efficaces pour protéger les porcs de la maladie.

Partagez