FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Le succès des efforts mondiaux visant à éradiquer la faim repose sur la qualité des données

Une nouvelle initiative vise à aider les pays à faible revenu à améliorer la collecte de données agricoles

25 septembre 2018, New York - «Le manque de données agricoles précises et de bonne qualité entrave les efforts visant à mettre en œuvre le Programme de développement durable», a déclaré aujourd'hui M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO.

C'est pourquoi la FAO a décidé de faire équipe avec un groupe de partenaires, dont la Banque mondiale, la Fondation Bill et Melinda Gates et l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID) , afin de transformer les initiatives visant à collecter des données en un programme mondial plus cohésif, un programme qui puisse contribuer à réaliser le deuxième Objectif de développement durable, à savoir l'éradication totale de la faim extrême.

S'exprimant lors d'un événement organisé en marge de l'Assemblée générale de l'ONU à New York en vue de mobiliser des financements pour une nouvelle initiative, M. José Graziano da Silva a averti que les lacunes au niveau de la qualité et de la disponibilité des données agricoles «empêchaient les pays à faible et à moyen revenu d'élaborer des stratégies de développement, de prendre de bonnes décisions politiques ou encore de suivre les progrès réalisés dans le secteur agricole».

Chaque année, près de 240 milliards de dollars sont investis dans le secteur agricole dans les pays à faible et à moyen revenu, mais les décisions importantes concernant l'investissement sont prises sans les informations de base nécessaires.

La collecte de données agricoles reste minoritaire dans de nombreux pays, y compris pour les données de base. En effet, la majorité des 75 pays les plus pauvres n'ont pas mené d'études agricoles annuelles ou encore de recensement ces 15 dernières années.

«Nous devons en faire davantage en vue de combler le manque de données sur les pays à faible et à moyen revenu», a indiqué le Directeur général de la FAO.

Déployer de nouveaux efforts pour améliorer les données agricoles 

Au cours de l’événement – organisé par les gouvernements du Ghana, du Kenya et de la Sierra Leone, la FAO, le Fonds international de développement agricole (FIDA), le Partenariat mondial pour des données sur le développement durable et la Fondation Bill & Melinda Gates – il a également été question d’annoncer le déploiement de nouveaux efforts au niveau international, dont le but sera de consacrer davantage de financement à la collecte de données agricoles.

La nouvelle initiative «50 x 2030» est la plus importante jamais entreprise à ce jour pour financer la collecte de données agricoles et envisage de mobiliser plus de 500 millions de dollars pour soutenir son objectif.

Selon M. José Graziano da Silva, l’initiative devrait se focaliser sur trois priorités : «d’abord intensifier les activités en cours, ensuite renforcer la collaboration avec les différents protagonistes du secteur et enfin confirmer l’engagement des autorités nationales et de la communauté des donateurs».

Les deux types d’enquêtes, les enquêtes intégrées agricoles de la FAO (AGRISurvey) et les enquêtes sur les niveaux de vie et sur l’agriculture de la Banque mondiale (LSMS-ISA) forment la principale ossature de l’initiative «50 x 2030».

L’initiative «50 x 2030» réunira ces deux outils dans le cadre d’un partenariat multi-institutionnel qui vise à améliorer les données agricoles et à les rendre disponibles dans 35 pays d’ici à 2025 et dans 50 pays d’ici à 2030.

L’AGRISurvey de la FAO est un système d’enquêtes se déroulant dans le cadre agricole qui collecte des données sur la nature économique (production, zone récoltée, productivité, coût de production), environnementale (utilisation de la terre, de l’eau, des engrais, des pesticides) et sociale (revenus, travail) de l’agriculture.

«L’AGRISurvey de la FAO permet aux pays de suivre les progrès réalisés par rapport à au moins quatre cibles des ODD, tels que la productivité du travail et les revenus des petits exploitants agricoles (ODD 2.3), la durabilité agricole (ODD 2.4), le droit de propriété des femmes sur les terres agricoles (ODD 5.a) et les pertes alimentaires (ODD 12.3)», a souligné M. José Graziano da Silva.

La FAO est déjà en train de mettre en œuvre AGRISurvey dans 10 pays, grâce au soutien de l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID) et la Fondation Bill & Melinda Gates, et cherche à déployer son utilisation dans 19 autres pays d’ici à 2021.

* Le Gouvernement du Département australien des affaires étrangères et du commerce, le Gouvernement du ministère allemand de la coopération économique et du développement (BMZ), la Plateforme mondiale des donateurs pour le développement rural et les Gouvernements du Ghana, de la Sierra Leone et du Kenya font partie des autres partenaires.

Photo: FAO/Kevin Downs
José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO lors d’une manifestation sur le financement des données sur la faim organisée en marge de l’Assemblée générale de l’ONU.

Partagez