FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

L’Union européenne et la FAO intensifient leurs efforts en vue de renforcer la résilience face aux crises alimentaires

L’UE contribue à hauteur de 70 millions d’euros afin de renforcer un partenariat mondial de lutte contre la faim

25 septembre 2018, Rome/New York  - La Commission européenne (UE) et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) ont conclu un partenariat en vue de renforcer la résilience de millions de personnes à travers le monde confrontées à de graves crises alimentaires, souvent prolongées ou récurrentes.

L'accord de partenariat, signé aujourd'hui par M. Neven Mimica, Commissaire européen pour la coopération internationale et le développement, et M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO, en marge de l'Assemblée générale des Nations Unies à New York, contribue au Réseau mondial contre les crises alimentaires en vue de promouvoir des solutions durables face aux crises alimentaires.

« L'année dernière, le Réseau mondial contre les crises alimentaires nous a permis de prendre des mesures concrètes et coordonnées afin d'atténuer les crises alimentaires et de prévenir la famine dans le nord du Nigeria, le Soudan du Sud, la Somalie et le Yémen. Nous devons continuer sur cette voie. Notre contribution à hauteur de 70 millions d'euros permettra de renforcer notre partenariat avec la FAO et d'intensifier les efforts du réseau en vue de lutter contre la faim à l'échelle mondiale. Il s'agira notamment de renforcer les liens entre les acteurs du secteur humanitaire, ceux du développement et ceux de la paix, comme cela est recommandé par la Résolution 2417 du Conseil de sécurité de l'ONU, » a déclaré M. Neven Mimica, Commissaire européen pour la coopération internationale et le développement

 « La Résolution condamnant le fait d'affamer des civils dans un contexte de guerre marque une volonté commune de prévenir et d'éradiquer les souffrances liées à la faim provoquées par les conflits. » a-t-il ajouté.

«La contribution de l'UE aidera à améliorer la façon dont nous détectons, prévenons et répondons aux crises alimentaires. Cette contribution permettra également de renforcer les communautés rurales face aux futures crises alimentaires. Il est essentiel d'investir dans la résilience afin de pouvoir lutter contre la faim aujourd'hui et à l'avenir», a indiqué M. José Graziano da Silva.

«Face à l'ampleur et la persistance des crises alimentaires, nous devons investir davantage dans les interventions visant à renforcer la résilience et créer des alliances plus fortes avec toutes les parties - les acteurs du secteur humanitaire, du développement et ceux de la paix - nous devons travailler ensemble pour enrayer la faim», a-t-il précisé.

 Ce financement supplémentaire permettra à l'UE, la FAO et à leurs partenaires de mettre en œuvre des interventions visant à renforcer la résilience partout où cela est nécessaire, de produire des analyses sur la sécurité alimentaire et la résilience en vue de mieux cibler les actions à entreprendre afin de lutter contre la faim et de renforcer les mécanismes de coordination, de politiques, de prévention et de réponses à l'échelle nationale et pour mieux lutter contre les crises alimentaires. De plus, l'accord permettra de soutenir des interventions dans 12 pays frappés par des crises alimentaires en vue de s'attaquer aux causes profondes de la faim.

La contribution de l'UE intervient à un moment où les conflits et les événements climatiques extrêmes sont en hausse, avec des millions de personnes souffrant de la faim et 68 millions de personnes -qui n'ont pas d'autre choix que de quitter leur maison et d'abandonner leurs terres. Plus de 120 millions de personnes dans 51 pays ont été confrontées à une situation d'insécurité alimentaire aiguë en 2017, à savoir 11 millions de personnes de plus que l'année dernière. Une situation d'insécurité alimentaire aiguë signifie que les souffrances liées à la faim sont si importantes qu'elles représentent une menace directe pour la vie des populations ou encore pour leurs moyens d'existence.

L'UE, la FAO et le Programme alimentaire mondial (PAM) ont lancé le Réseau mondial contre les crises alimentaires lors du Sommet mondial humanitaire de 2016. Ayant commencé avec trois partenaires fondateurs il y a trois ans, le réseau s'étend à présent et a pour ambition de devenir un ardent promoteur de la coopération entre les agences humanitaires, les agences de développement et les principaux protagonistes de la paix.

L'accord de partenariat s'appuie sur plusieurs partenariats et inventions couronnées de succès entre l'UE et la FAO et souligne les efforts continus des deux organisations en vue de renforcer la résilience de tous - familles, communautés, populations - face aux crises alimentaires.

Photo: ©FAO/Giulio Napolitano
Au Burkina Faso, des agriculteurs soutenus par l’UE et la FAO creusent des barrages en forme de demi-lune afin de récupérer l’eau de pluie et de préparer leurs champs avant de planter.

Partagez