FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Il est essentiel de soutenir les agriculteurs familiaux afin de fournir des régimes alimentaires sains et de préserver l’environnement

La Décennie des Nations Unies pour l’agriculture familiale contribuera à la réalisation des ODDs, dixit le Directeur général de la FAO

27 septembre 2018, New York - «Au cours des  dix prochaines années, la Décennie des Nations Unies pour l'agriculture familiale aidera à concentrer les efforts déployés au niveau international visant à éradiquer la faim et la malnutrition, à sortir les personnes vivant en milieu rural - dont beaucoup sont des femmes - de la pauvreté et à protéger les ressources naturelles», a indiqué aujourd'hui M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO.

S'exprimant lors d'un événement organisé en marge de l'Assemblée générale des Nations Unies, M. José Graziano da Silva a souligné qu'il était important de libérer le potentiel de l'agriculture familiale afin de réaliser le Programme de développement durable à l'horizon 2030 et que le faire requérait d'adopter et de mettre en œuvre des politiques publiques ciblées.

«A travers l'initiative de la Décennie de l'agriculture familiale, la FAO vise à fournir un soutien technique aux gouvernements afin de protéger les agriculteurs familiaux et de partager les bonnes pratiques, notamment grâce à la Coopération Sud-Sud et triangulaire. Nous voulons garder la question de l'agriculture familiale au cœur du programme international», a déclaré le Directeur général de la FAO.

M. José Graziano da Silva s'exprimait à l'occasion du déjeuner ministériel organisé par la Mission permanente du Costa Rica auprès des Nations Unies, la FAO et le Fonds international de développement agricole (FIDA).

A l'origine de 80 pour cent de l'alimentation mondiale, les agriculteurs familiaux, dont font partie les populations autochtones, les pêcheurs, les paysans en montagne, les éleveurs et d'autres groupes, jouent un rôle essentiel en garantissant la sécurité alimentaire et en répondant à la forte augmentation de la demande alimentaire, qui a par ailleurs entraîné une hausse de la production alimentaire.

La faim et la pauvreté sont pourtant et surtout des phénomènes ruraux, avec 75 pour cent des personnes extrêmement pauvres vivant en milieu rural. Les communautés rurales sont également les plus vulnérables face aux chocs et aux catastrophes provoqués par les conflits et les évènements climatiques.

«Les agriculteurs familiaux sont ceux qui peuvent le mieux préserver les zones rurales et promouvoir les produits locaux», a précisé M. José Graziano da Silva.

Le Directeur général de la FAO a souligné la manière dont le manque d'accès aux ressources, aux technologies et aux services financiers freine la production d'aliments dont les gens ont besoin pour pouvoir vivre plus sainement.

«Des millions d'agriculteurs familiaux dans le monde détiennent encore le savoir traditionnel, le savoir-faire technique et l'héritage culturel nécessaires afin de transformer nos systèmes alimentaires de manière à ce qu'ils puissent produire la nourriture dont nous avons besoin et maintenir la biodiversité et la durabilité environnementale», a-t-il souligné.

Pour ce faire, les interventions politiques devraient être conçues en se basant sur la nature multidimensionnelle de l'exploitation familiale car il n'existe pas d'approche valable pour tous. Les gouvernements et le secteur public doivent assurer la coordination politique et associer le soutien politique apporté aux agriculteurs aux stratégies nationales sur la sécurité alimentaire, la nutrition, l'intégration économique, la réduction de la pauvreté, la résilience face au changement climatique et la protection de l'environnement.

Le Directeur général de la FAO a fait référence aux résultats enregistrés dans son pays, le Brésil, où un véritable engagement politique qui a privilégié l'intégration économique a permis de réduire la pauvreté et les inégalités. L'agriculture familiale joue un rôle clé dans le cadre de cet effort national, en permettant de cibler divers domaines interconnectés.

Grâce à cette initiative, les agriculteurs ont pu accroître leur capacité de production et leurs revenus (crédit, assurance, vulgarisation rurale), en fournissant des aliments sains aux programmes sociaux, en garantissant une nourriture nutritive aux enfants à l'école, en réduisant la déforestation, en fournissant une protection sociale et en mettant en œuvre une stratégie de résilience dans des régions semi-arides qui souffraient d'une vague de sécheresse prolongée.

Le travail de la FAO

M. José Graziano da Silva a fait remarquer le fait que la FAO, en collaboration avec le FIDA, co-organiserait le Secrétariat de la Décennie de l'agriculture familiale, qui sera officiellement lancé en 2019. Les deux agences des Nations Unies, avec leurs partenaires, sont prêtes à apporter leur soutien technique aux pays membres afin de développer des politiques qui favoriseront l'agriculture familiale. Des cadres de travail approuvés par la communauté internationale, des outils, des normes et des données sont déjà disponibles et la FAO est prête à renforcer son soutien à tous les niveaux.

Photo: ©FAO/Ishara Kodikara / FAO
Une agricultrice au Sri Lanka.

Partagez