FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Transformer l’agriculture et les systèmes alimentaires pour nourrir les populations et la planète

Le Comité de l’agriculture de la FAO veut promouvoir le développement rural par le biais de l’innovation

1er octobre 2018, Rome - «Parvenir au développement durable signifie abandonner les systèmes alimentaires et l'agriculture intensive nécessitant de nombreux intrants et ressources», a déclaré aujourd'hui M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO.

S'adressant aux ministres, aux membres du gouvernement et aux représentants du secteur privé et de la société civile qui assistaient à la réunion biennale du Comité de l'agriculture de la FAO (COAG, du 1er au 5 octobre), le Directeur général a souligné la manière dont les pratiques agricoles actuelles avaient contribué à la déforestation mais aussi aux pénuries d'eau, à l'épuisement des sols et à des niveaux élevés d'émissions de gaz à effet de serre.

«Aujourd'hui, il est essentiel de produire de la nourriture tout en préservant l'environnement et la biodiversité. Nous devons adopter des pratiques durables capables de fournir une alimentation saine et nutritive, des services écosystémiques et de renforcer la résilience face au changement climatique», a ajouté M. José Graziano da Silva.

«Pour ce faire, il s'agira de réduire l'utilisation de pesticides et de produits chimiques, de diversifier davantage les cultures et d'améliorer les pratiques de conservation des terres, entre autres», a souligné le Directeur général de la FAO.

Il a également mis l'accent sur l'inefficacité des systèmes alimentaires actuels vis-à-vis de l'objectif consistant à éradiquer la faim, malgré le fait qu'assez de nourriture soit produite pour nourrir la population mondiale et a fait remarquer que des centaines de millions de personnes ne disposaient toujours pas d'assez de revenus pour acheter la nourriture dont ils ont besoin ou des moyens nécessaires pour la produire.

Une grande partie des 820 millions de personnes souffrant de sous-nutrition chronique dans le monde sont des agriculteurs familiaux vivant dans les régions pauvres des pays en développement. Ces derniers ont besoin de soutien afin d'améliorer leurs moyens d'existence et de renforcer leur résilience, en particulier lorsqu'il s'agit des répercussions du changement climatique. Il est nécessaire de procéder à des changements afin de s'assurer que notre objectif consistant à nourrir les populations et la planète devienne une réalité», a-t-il précisé.

L'innovation, qui est fondamentale pour revitaliser les zones rurales et rendre l'agriculture plus attrayante aux yeux des jeunes, souligne ces efforts. Si nous n'arrivons pas à créer des opportunités pour que les jeunes en milieu rural puissent prospérer, en particulier les femmes et les jeunes, nous échouerons également à bâtir un monde plus sûr et pacifique», a-t-il indiqué.

Le Chef du Département fédéral suisse pour les affaires économiques, l'éducation et la recherche, le Conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann, qui s'est également exprimé lors de la session d'ouverture du COAG, a souligné combien «l'innovation agricole était un élément moteur essentiel qui contribuait à transformer les systèmes alimentaires, en soutenant les agriculteurs familiaux et en garantissant une nutrition saine et la sécurité alimentaire».

Financer des données agricoles récentes et de bonne qualité

Le Directeur général de la FAO a fait remarquer que le manque de données agricoles récentes et de bonne qualité constituait un frein en vue de transformer le secteur agricole et de mettre en œuvre le Programme de développement durable à l'horizon 2030.

Afin de remédier à cette situation, la FAO et ses partenaires ont grandement investi dans le développement d'un Programme agricole d'étude intégrée (AGRISurvey), actuellement mis en œuvre dans 10 pays avec l'aide de l'USAID et de la Fondation Bill & Melinda Gates. L'objectif est d'élargir la mise en œuvre d'AGRISurvey à 19 autres pays d'ici à 2021 et à 50 pays d'ici à 2030 grâce à une initiative conjointe, avec notamment l'aide de la Banque mondiale et d'autres partenaires.

M. José Graziano da Silva a insisté sur le fait qu'en matière de données et dans d'autres secteurs d'action de la FAO, des financements supplémentaires sont nécessaires afin que l'agence des Nations Unies aide les pays à réaliser les Objectifs de développement durable.

Le travail de la FAO en faveur de la transformation

M. José Graziano da Silva a souligné la manière dont la FAO agit sur plusieurs fronts afin de promouvoir la transformation du secteur agricole et des systèmes alimentaires. Cela comprend des initiatives visant à aider les pays à élaborer des politiques et à mettre en place des actions liées à l'agro-écologie et à la biodiversité.

A travers une série d'événements organisés en marge du COAG, la FAO tentera d'attirer l'attention du public sur des problèmes clés, dont le secteur de l'élevage qui représente le principal atout des «plus pauvres», dont font partie les éleveurs en Afrique.

Parmi les autres sujets à l'ordre du jour figuraient la mise en œuvre de la Stratégie de la FAO relative au changement climatique, le Cadre de travail mondial pour lutter contre les pénuries d'eau dans le secteur agricole et une proposition pour intensifier le développement desSystèmes ingénieux du patrimoine agricole mondial.

Photo: ©FAO/Marco Longari/FAO
Des femmes plantent des graines de papaye dans une pépinière au Rwanda : le sol est traité avec la technique du paillage afin de réduire les pertes en eau et de lutter contre les mauvaises herbes.

Partagez