FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

L’UE et la FAO réaffirment leur engagement à bâtir un avenir plus durable pour tous

Ces 10 dernières années, l’UE a contribué à hauteur d’1,5 milliard d‘euros aux programmes de la FAO à travers le monde

3 octobre 2018, Rome - L'Union européenne (UE) et la FAO ont réaffirmé leur engagement à remédier à des inquiétudes communes telles que la hausse des souffrances liées à la faim. Il s'agit également de favoriser la prospérité et d'instaurer la paix afin de bâtir un avenir plus durable pour tous.

Au cours des deux prochaines années, le travail de l'UE et de la FAO se focalisera sur : le renforcement de la résilience des communautés face aux crises alimentaires, la lutte contre le changement climatique, une meilleure utilisation des ressources naturelles, l'augmentation des investissements dans l'agriculture et les chaînes de valeur, une meilleure alimentation et de meilleurs systèmes alimentaires.

«Le soutien continu de l'UE en faveur du multilatéralisme et du système des Nations Unies sont indispensables à la réalisation du Programme de développement à l'horizon 2030, car ils contribuent à lutter contre les énormes défis que représentent aujourd'hui la migration forcée, les conflits et les crises alimentaires», a déclaré M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO.

« En travaillant ensemble et en mettant en commun notre expertise, je suis convaincu que nous sommes capables de relever un grand nombre des défis pressants auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui», a ajouté M. José Graziano de Silva.

« Je suis extrêmement fière de ce que l'Union européenne et la FAO ont réussi ensemble. Au fil des ans, nous avons construit un partenariat stratégique solide axé sur des domaines importants de l'agenda politique européen. Nous sommes très conscients du fait que la sécurité alimentaire et l'agriculture durable demeurent des défis pressants. C'est pourquoi, le mois dernier, lors de l'Assemblée générale de l'ONU, l'Union européenne et la FAO ont signé un accord d'une valeur de 77 millions d'euros afin de renforcer la résilience des millions de personnes aux prises avec des crises alimentaires dans le monde entier, » a déclaré M. Neven Mimica, Commissaire européen pour la coopération internationale et le développement.

Le partenariat UE-FAO, moteur de changement

La coopération entre l'UE et la FAO s'étend sur de nombreux domaines - de la sécurité alimentaire à l'agriculture durable, en passant par la lutte contre les ravageurs ou encore la protection des droits fonciers, la gestion des sols, la lutte contre la pêche illégale, la désertification ou encore la déforestation.

Le partenariat a été indispensable pour des millions de personnes dans les pays en développement, émergeants et développés - y compris au sein de l'Union européenne - et a pris de nouveau de l'ampleur au cours de ces 10 dernières années.

Entre 2007 et 2017, l'UE a investi plus d'1,5 milliard d'euros dans plus de 250 programmes menés par la FAO dans 60 pays. Cette contribution a permis de renforcer ses opérations suite à la crise des produits alimentaires entre 2007 et 2008, puis en 2017, et notamment de lutter contre l'insécurité alimentaire et de remédier à des problèmes de développement agricole liés aux conflits, à la migration, à l'environnement ou encore au changement climatique.

Plus de 80 pour cent du soutien de l'UE envers la FAO provient du Département de développement et de coopération internationale de la Commission européenne, avec par ailleurs d'autres contributions issues du Département chargé des opérations d'aide humanitaire et de la protection civile de la Commission européenne. D'autres départements de l'UE spécialisés dans les sols, la recherche ou encore l'agriculture, les pêches, la sécurité alimentaire et la protection des plantes ont également contribué.

L'UE demeure le principal partenaire ressource de la FAO, représentant, avec ses Etats membres, 45 pour cent du budget de l'agence. En 2017, le montant des contributions de l'UE s'élevait à 239 millions d'euros.

Entre 2014 et 2017, près de la moitié des contributions ont été investies en Afrique, tandis que d'autres initiatives ont concerné l'Europe, l'Amérique latine, le Proche-Orient ou encore l'Asie.

En bref : le partenariat UE-FAO et ses réalisations

Documentées dans les deux rapports publiés aujourd'hui lors d'un événement organisé à Rome pour célébrer les 25 ans de coopération entre la FAO et l'UE, voici quelques-unes des principales réalisations enregistrées entre 2006 et 2017 dans le cadre de la collaboration entre l'UE et la FAO :

  • Soulager les souffrances liées à la faim dans 49 pays face à la crise mondiale des prix des produits alimentaires survenue entre 2007 et 2008;
  • Eradiquer la peste des petits ruminants - une maladie virale infectieuse affectant le bétail et d'autres animaux en 2011. Il s'agit de la deuxième maladie infectieuse officiellement éradiquée pendant notre ère après la variole;
  • Mise en œuvre du programme FIRSTImpact sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle, résilience, durabilité et transformation - en 2015, qui a permis à 32 pays d'améliorer leurs politiques et investissements dans l'agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition;
  • Fournir une aide d'urgence aux populations vulnérables frappées par une crise, et ce, sur trois continents; la réponse au phénomène climatique El Niño en 2016 au Zimbabwe, au Lesotho, en Colombie, en Somalie, à Haïti, au Vietnam et en République dominicaine, puis en 2017, en évitant la famine en Somalie, au Nigéria et au Yémen;
  • Renforcer la capacité des services relatifs à la santé animale et à l'élevage des pays européens en vue de contenir la menace représentée par la fièvre aphteuse;
  • Développement de concepts et de mesures afin de s'assurer d'une production bioénergétique durable en Europe et dans le monde entier;
  • Lancé en 2016, le Rapport mondial sur les crises alimentaires est devenu une référence mondiale en matière d'analyse et de réponse face aux crises alimentaires. D'abord une initiative de l'UE, de la FAO et du Programme alimentaire mondial (PAM), le projet a pris de l'ampleur et réunit maintenant plusieurs agences avec pour objectif d'attirer l'attention du public sur les effets dévastateurs des conflits et des crises prolongées sur la sécurité alimentaire.

Le partenariat a également entraîné le développement et la promotion de nombreuses directives internationales, d'accords et de normes visant à: assurer la sécurité de nos aliments, à garantir une production alimentaire durable, à garantir des plantes et des animaux sains, à promouvoir des pratiques de commerce alimentaire équitables et à protéger la faune, les océans, les terres et les forêts.

Il s'agit notamment des Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts (VGGT), du Programme sur la gestion durable de la faune et du Programme FLEGT pour l'application des réglementations forestières, de la gouvernance et des échanges commerciaux.

Photo: ©FAO/Soliman Ahmed
Des agriculteurs au Yémen où la FAO, l’UE et ses partenaires ont réussi à éviter une famine en 2017.

Partagez