FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Le Fonds vert pour le climat approuve un projet de 127 millions de dollars pour le «Couloir sec» du Salvador

225 000 personnes bénéficieront du projet de la FAO qui recevra 91,8 millions de dollars de la part du gouvernement salvadorien et de l’Initiative pour le Fonds des Amériques

18 octobre 2018, Santiago du Chili/Rome - Le Fonds vert pour le climat a approuvé aujourd'hui RECLIMA, un projet conçu par la FAO et estimé à 127,7 millions de dollars, dont le but est d'améliorer la résilience climatique des systèmes agricoles dans le «Couloir sec» du Salvador. Ce projet devrait bénéficier à 225 000 personnes, dont 20 000 appartenant aux communautés autochtones. Les femmes dirigent environ 38 pour cent des ménages ciblés.

La décision, prise par la Direction du Fonds vert pour le climat lors de sa réunion du 17 au 20 octobre à Manama, au Bahreïn, entraînera l'allocation de près de 35,8 millions de dollars au projet de la part du Fonds vert pour le climat. Le projet recevra également 91,8 millions de la part du gouvernement salvadorien et de l'Initiative pour le Fonds des Amériques (FIAES).

RECLIMA concernera 50 000 agriculteurs familiaux dans 114 municipalités - soit presque 15 pour cent de l'ensemble des agriculteurs familiaux du pays. Le projet travaillera avec un tiers des personnes les plus vulnérables au changement climatique dans le «Couloir sec» du Salvador, une région affectée par de graves sécheresses, inondations et tempêtes tropicales.

«C'est un projet décisif en vue d'adapter le pays aux effets du changement climatique. Cette proposition vise à adopter une nouvelle façon de cultiver au Salvador», a indiqué Mme Lina Pohl, Ministre salvadorienne de l'environnement et des ressources naturelles.

« En se focalisant sur les petits agriculteurs - qui sont souvent ceux en première ligne lorsqu'il s'agit des répercussions du changement climatique - ce projet contribuera non seulement à renforcer la résilience mais créera également des gains d'efficacité et permettra ainsi à des communautés entières de prospérer face au changement climatique, » a déclaré Mme Maria Helena Semedo, Directrice générale adjointe de la FAO, chargée du climat et des ressources naturelles.

Transformer les systèmes alimentaires

RECLIMA favorisera de profonds changements au niveau des systèmes alimentaires dans le «Couloir sec» du Salvador afin d'aider à éradiquer la faim, la pauvreté et à lutter contre les défis du changement climatique. Il s'agira notamment de réduire et/ou de capturer plus de 4 millions de tonnes de carbone pendant cinq ans.

Le projet travaillera avec des agriculteurs familiaux en vue de transformer leurs pratiques de production - en améliorant leurs structures de base et leurs connaissances techniques - et aura pour objectif de mettre en place des systèmes alimentaires complètement durables et résilients.

Le projet aura donc pour principale mission de renforcer la résilience des systèmes de production agricole sur plus de 56 000 hectares, en favorisant l'adoption de mesures d'adaptation au changement climatique telles que l'utilisation de semences résistantes à la sécheresse.

RECLIMA cherchera également à améliorer les systèmes de vulgarisation agricole, en faisant la promotion d'une approche paysagère visant à restaurer les services écosystémiques, grâce notamment à la restauration de 17 000 hectares d'écosystèmes dégradés. De plus, près de 4000 familles bénéficieront d'un meilleur accès à l'eau grâce à la collecte, au stockage et à la distribution d'eau de pluie.

En se focalisant sur la région du Couloir sec, le projet contribuera à réduire l'une des principales causes de migration internationale qui trouve son origine dans les zones rurales du Salvador : les chocs climatiques tels que les sécheresses et les inondations. Ainsi, RECLIMA sera une étape clé dans la stratégie du pays visant à réduire les migrations liées au stress.

Le Salvador est un pays extrêmement vulnérable face au changement climatique  

Le Salvador est l'un des pays les plus vulnérables face aux risques climatiques à travers le monde. Selon le Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat, la hausse des températures pourrait avoir pour effet de réduire de 20 pour cent les rendements des principales cultures du pays d'ici à 2050, principalement en raison de la sécheresse.

Dans les régions du «Couloir sec» du Salvador, 2,2 millions de personnes vivent dans la pauvreté et sont vulnérables face au climat, avec 54 pour cent d'entre eux qui dépendent de la production de céréales de base pour leurs moyens d'existence.

Le projet RECLIMA a été élaboré par le Ministère de l'environnement et des ressources naturelles, le Ministère de l'agriculture et de l'élevage, le Centre national sur la technologie agricole et forestière «Enrique Álvarez Córdova» et le Ministère des Affaires étrangères du Salvador, avec l'aide de la FAO.

Plusieurs consultations inclusives ont été menées dans le cadre de l'élaboration de ce rapport, avec notamment la participation des populations autochtones, de la société civile et du secteur privé. RECLIMA sera supervisé par un Comité directif de haut niveau qui rendra directement compte de ses résultats au Cabinet sur la vulnérabilité et la durabilité environnementale du Salvador.

Le soutien de la FAO pour lutter contre les impacts du changement climatique sur les agriculteurs vulnérables à l'échelle mondiale

Après le projet PROEZA au Paraguay, RECLIMA est le deuxième projet soutenu par la FAO à l'échelle mondiale à bénéficier du financement du Fonds vert pour le climat, l'un des principaux fonds ayant pour objectif de financer des actions destinées à lutter contre le changement climatique.

La FAO travaille actuellement sur l'élaboration de plusieurs autres projets de grande ampleur, sur tous les continents, qui seront soumis au Secrétariat du Fonds vert pour le climat au cours des mois à venir.

Photo: ©FAO/Oscar Mendoza/FAO
Le projet vise à renforcer la résilience en faisant la promotion des mesures d’adaptation au changement climatique telles que l’utilisation de semences résistantes à la sécheresse.

Partagez