Graça Machel appelle à modifier le secteur agricole afin d’atteindre l’Objectif Faim Zéro

La défenseuse des droits des enfants et des femmes prononce le discours commémoratif McDougall de la FAO sur la sécurité alimentaire

22 juin 2019, Rome - Etant donné les défis liés à la migration, le fléau de la faim et de la malnutrition et le manque de développement rural, il est urgent de «changer la manière dont nous opérons», d'intensifier les initiatives visant à mettre un terme à la faim et de «modifier le secteur agricole dans son ensemble».

Tel était le message de Graça Machel aux participants, lors de l'ouverture de la 41ème session de la Conférence de la FAO, sur les défis et opportunités associés à l'objectif Faim Zéro.

Prononçant le discours commémoratif McDougall sur la sécurité alimentaire, Mme Machel - connue à travers le monde pour son combat en faveur des droits des femmes et des enfants - a déploré «l'échec honteux de la gouvernance mondiale en matière de sécurité alimentaire, de migration forcée et de développement économique équitable» et l'échec de la gouvernance mondiale qui ne consacre pas assez de ressources pour lutter contre les premières causes de la pauvreté.

«Il y a aussi un échec de la conscience individuelle. C'est la complaisance sans cœur pour un certain statu quo qui a entraîné une déroute de la solidarité humaine», a déclaré Mme Machel, insistant sur le fait que tout le monde avait le devoir d'en faire plus.

« Nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre de ne pas agir dès maintenant afin de mettre un terme à la pauvreté et à la faim pour pouvoir contribuer à créer des communautés rurales prospères et dynamiques», a-t-elle précisé.

Elle a appelé à donner un «second souffle à l'agriculture», en allant au-delà des changements progressifs et des initiatives innovantes pour atteindre l'objectif Faim Zéro et lutter contre les effets négatifs du changement climatique.

Elle a fait remarquer que la date limite fixée pour atteindre les Objectifs de développement durable prenait fin d'ici une dizaine d'année, invitant à ne pas «décevoir nos enfants et petits-enfants » quant à la promesse de ne laisser personne de côté.

Elle a souligné la nécessité d'intensifier les approches qui ont bien fonctionné et de mettre en place les meilleures pratiques possibles - telles que l'irrigation au goutte à goutte, les systèmes de désalinisation solaires, l'économie bleue, la diversification des cultures riches en nutriments et l'agriculture verticale - de manière à ce que les progrès technologiques puissent bénéficier à des millions de personnes et pas seulement à quelques milliers.

Elle a également appelé à ce que le rôle des filles, des femmes et des jeunes dans l'agriculture soit reconnu à part égale et renforcé.

« Les femmes jouent un rôle clé dans la chaîne alimentaire et sont essentielles à la production agricole dans le monde entier. Il est impératif que les institutions travaillent à trouver des moyens innovants de faire progresser la contribution des femmes dans ce secteur, » a-t-elle ajouté.

Because women are such central players in the food chain and key to agricultural output globally, it is imperative that institutions focus on innovative ways to advance women's contributions in this sector," she said.

«Il est très important de moderniser l'agriculture et de la rendre plus attrayante pour les jeunes, car le secteur devrait rester la principale source d'emploi pour la jeunesse sub-saharienne dans un futur proche», a-t-elle souligné.

Cela peut être fait en capitalisant sur les nouvelles technologies et en créant de nouvelles industries et plans de carrière au sein du secteur agricole. Mme Machel a également pris l'exemple de deux initiatives africaines tirant pleinement profit des technologies et des nombreux talents qu'ont à offrir les jeunes.  

Le lien entre faim et migration

Dans son discours, Graça Machel a également insisté sur le lien direct qui existe entre la faim et la migration.

«Une nutrition adéquate est essentielle afin de parvenir au développement national et, à l'image de la FAO, je vous encourage à promouvoir une production alimentaire riche en nutriments pour une meilleure sécurité alimentaire», a indiqué Mme Machel.

Se référant à la migration, elle a souligné les «bienfaits et opportunités apportés par la pollinisation croisée des populations et des cultures».

«La migration fait partie intégrante de l'économie mondiale et favorise la croissance et le développement grâce aux échanges de culture et de savoir, ainsi que les gains financiers sous la forme de transferts de fonds et d'acquisitions de techniques», a-t-elle ajouté.

Soulignant la nécessité «d'être plus audacieux et de vouloir chambouler les choses au niveau de la planification et des actions menées pour lutter contre la pauvreté rurale et l'exode rural», Mme Machel a noté que les investissements mobilisés à ce jour «étaient bien en-deçà du montant nécessaire pour pallier à l'ampleur de ces problèmes».

Elle également souligné le rôle premier de la FAO en vue de contribuer au développement des zones rurales, par le biais de l'agriculture, et a salué le travail de l'agence onusienne «pour avoir accordé une attention particulière aux liens entre migration, agriculture et développement rural cette année».

En 2018, la FAO a fait de Graça Machel un membre d'honneur de l'Alliance FAO-Lauréats du prix Nobel de la paix pour la sécurité alimentaire et la paix, en reconnaissance de la lutte sans relâche menée par son défunt mari Nelson Mandela pour la liberté et la paix.

M. Frank Lidgett McDougall, économiste australien, était l'un des fondateurs de la FAO. Tous les deux ans, avant la Conférence de la FAO, le discours commémoratif McDougall est prononcé par une personnalité travaillant dans le secteur de l'agriculture et œuvrant à réduire les souffrances liées à la faim. 

Photo: ©FAO/Giulio Napolitano
Graça Machel prononce le discours commémoratif lors de la 41ème session de la Conférence de la FAO.

Partagez