FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Le Directeur général de la FAO appelle à prendre des mesures fortes afin de lutter contre l’épidémie mondiale d’obésité

M. José Graziano da Silva récompensé pour sa lutte sans relâche contre la malnutrition

26 juillet 2019, Rome - Le Directeur général de la FAO, M. José Graziano da Silva, a lancé aujourd'hui un nouvel appel visant à prendre des mesures plus fortes en vue de lutter contre l'épidémie mondiale d'obésité et suggéré de mettre en place des politiques fiscales et juridiques afin de promouvoir des régimes alimentaires sains.

«C'est incroyable, mais de nos jours, il est difficile de trouver et d'acheter des aliments sains dans les villes», a déclaré M. Graziano da Silva, ajoutant qu'il existait de nombreux outils politiques afin de rendre les régimes alimentaires plus accessibles et abordables.

Le Directeur général de la FAO a formulé ces remarques alors qu'il recevait le Prix d'inspiration nutritionnelle des mains des deux lauréats du Prix mondial sur l'alimentation 2018, qui ont salué son implication sans relâche afin de non seulement réduire la malnutrition mais aussi de l'éradiquer.

Le prix décerné par GAIN, l'Alliance mondiale pour une meilleure nutrition, récompense un individu qui a contribué de manière significative à améliorer la nutrition à l'échelle mondiale. Le prix a été attribué au Directeur général de la FAO au cours d'un événement organisé au siège de l'agence onusienne, à Rome.

M. José Graziano da Silva a «une longue histoire personnelle de lutte contre la faim, qui revêt également un caractère national et mondial et a depuis inspiré de nombreuses autres personnes à suivre la même voie», a précisé M. Lawrence Haddad, Directeur exécutif de GAIN, qui depuis son lancement en 2002, a travaillé avec une pléiade de partenaires, d'intervenants et de décideurs politiques en vue de promouvoir une alimentation plus saine et plus abordable. Il a également souligné l'«engagement indéfectible» de M. Graziano da Silva et ses nombreux succès en tant que Ministre spécial de la sécurité alimentaire au Brésil et plus tard au cours de ses deux mandats passés à la tête de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, où il a établi des partenariats cruciaux entre le secteur public et le secteur privé. 

«Son influence personnelle a permis de sécuriser un engagement politique au plus haut niveau en vue de lutter contre la faim et la malnutrition» a-t-il ajouté.

Un panel présidé par M. David Nabarro, Fonctionnaire de longue date des Nations Unies et actuel porte-parole des Dialogues sur les systèmes alimentaires, était également au programme de l'événement. L'objectif de ces Dialogues est d'accélérer la transformation durable des systèmes alimentaires en réunissant les protagonistes du secteur et en créant des opportunités afin de favoriser les partenariats. L'année dernière, M. Nabarro et M. Haddad ont gagné le prestigieux Prix mondial de l'alimentation.

Dans un message vidéo, M. Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l'Organisation mondiale de la santé a souligné que M. Graziano da Silva «avait fait de la nutrition une priorité stratégique pour la FAO», ajoutant qu'il avait hâte de continuer à travailler «en s'appuyant sur cet héritage» aux côtés de M. Qu Dongyu, qui succédera à M. Graziano da Silva à la tête de la FAO à la fin de ce mois.

«Les régimes alimentaires malsains et la malnutrition sont responsables de près d'un décès sur trois et de nombreuses maladies non transmissibles. Ces mauvais régimes alimentaires coûteraient près de 7 trillions de dollars par an à la planète», a indiqué  M. Ghebreyesus. «Faire comme si de rien n'était reviendrait à aggraver la santé des populations, à créer davantage de problèmes environnementaux et à augmenter les coûts. C'est un défi que nous devons relever ensemble», a-t-il insisté.

Des représentants des principaux partenaires de la FAO, issus notamment du Panel mondial sur l'agriculture et les systèmes alimentaires pour la nutrition (GLOPAN), de l'Alliance NCD et du mouvement visant à renforcer la nutrition SUN, ont également pris la parole au cours de l'événement.

Intensifier les efforts sur la qualité des régimes alimentaires

Le Prix a été décerné lors d'une table ronde portant sur le travail de la FAO en matière de lutte contre la faim et sur les futurs défis posés par la croissance démographique mondiale, l'urbanisation rapide et l'évolution des régimes alimentaires, en particulier dans les pays à faible et moyen revenu.

Ces dernières années, la FAO a fait de la nutrition une des priorités de l'agenda mondial, organisant à cet effet une Conférence mondiale sur la nutrition - qui a par ailleurs conduit à la Déclaration de Rome sur la nutrition - et préconisant la création d'une Décennie d'action des Nations Unies pour la nutrition (2016-2025).

Lors de ses huit années passées à la tête de la FAO, M. José Graziano da Silva a systématiquement souligné que le monde produisait assez de nourriture pour nourrir la planète mais que cela ne suffisait pas pour autant pour éradiquer la faim. Il a indiqué que le monde était aussi confronté à d'autres problèmes plus complexes liés à la nutrition, notamment l'obésité et les maladies provoquées par l'alimentation.

M. Graziano da Silva a suggéré que les gouvernements locaux et nationaux disposent d'outils afin d'améliorer leurs systèmes alimentaires, citant l'exemple de la taxe sur le sucre au Mexique, et a souligné le fait que les politiques de tarification et de subvention pouvaient être ajustées et que les villes pouvaient promouvoir les circuits locaux plutôt que les «burgers et hot dogs».

M. Nabarro a fait allusion au courage qu'il aura pour mettre un terme aux «obscénités» et a résumé le message du Directeur général de la FAO disant qu'il était «complètement déplacé» que les systèmes alimentaires permettent aux aliments malsains et à bas prix d'être le seul et unique choix des populations pauvres.

Photo: ©FAO/Giulio Napolitano
Le Directeur général de la FAO lors de l’événement organisé au Sheikh Zayed Centre.

Partagez