FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

La FAO et la Banque néerlandaise FMO unissent leurs forces afin d’améliorer le financement de l’agriculture dans les pays en développement

Le partenariat travaillera à améliorer les techniques de gestion d’entreprises agroalimentaires, les techniques visant à réduire les pertes alimentaires et les méthodes de transformation agro-écologiques pour les rendre plus durables

18 octobre 2019, Rome - L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et la FMO, la Banque néerlandaise pour le développement de l'entreprenariat, ont lancé aujourd'hui un partenariat officiel visant à augmenter les investissements en faveur des petites et moyennes entreprises (PME) et des petits producteurs opérant dans le secteur agroalimentaire dans les pays en développement.

Selon le Protocole d'accord, pendant les deux prochaines années, la FAO et la FMO travailleront aux côtés des membres d'organisations d'agriculteurs, du personnel des PME et des institutions rurales de microfinance afin d'améliorer les techniques de gestion d'entreprises agroalimentaires, les techniques visant à réduire les pertes alimentaires et les méthodes de transformation agro-écologiques pour les rendre plus durables. Le projet pilote du partenariat sera mis en œuvre au Kenya.

Grâce à ce partenariat, les deux institutions œuvreront à améliorer l'accès aux finances pour tous les acteurs le long de la chaîne de valeur agricole, permettant ainsi aux petits producteurs, aux coopératives et aux PME du secteur agroalimentaire de prospérer et d'opérer de manière plus responsable sur le plan environnemental et social.

« Le secteur privé est essentiel afin de garantir le développement économique, la sécurité alimentaire et en fin de compte la prospérité des zones rurales. Nous avons hâte de travailler avec la FMO afin d'accroître les investissements en faveur du développement rural et conformément à l'Initiative AgrInvest de la FAO qui vise à faciliter les contributions du secteur privé dans l'agriculture durable et le secteur agroalimentaire, », a déclaré M. Roberto Ridolfi, Sous-Directeur général en charge du  Département de l'appui aux programmes et de la coopération technique à la FAO, qualifiant le partenariat de grand pas en avant en vue de lutter contre la faim et la pauvreté en milieu rural.

«La FMO considère le partenariat avec la FAO comme essentiel afin de stimuler les chaînes d'approvisionnement du secteur agroalimentaire dans les marchés en développement, en prêtant particulièrement attention aux initiatives visant à s'adapter au changement climatique et aux répercussions que le phénomène entraîne sur les petits producteurs», a indiqué Mme Pieternel Boogaard, Directrice du Département agroalimentaire, alimentation et eau à la FMO.

La collaboration associe l'expertise de la FMO dans le secteur privé au savoir-faire technique de la FAO. Depuis longtemps, la FAO investit dans des sociétés tout au long de la chaîne d'approvisionnement agroalimentaire (des engrais jusqu'à l'alimentation) afin de rendre son développement plus durable. La FAO encourage également l'adoption des Principes du CSA pour un investissement responsable dans l'agriculture et les systèmes alimentaires et des Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers (VGGT) en vue d'investir dans la logique des ODD.

Contexte

La FMO, la Banque néerlandaise de développement publique et privée, soutient la croissance du secteur privé de manière durable en investissant dans les entreprises, dans les projets et dans les institutions financières situés dans les marchés émergents et mal desservis. Créée en 1970, la FMO est actuellement présente dans 85 pays et dans certains contextes commerciaux comptant parmi les plus concurrentiels au monde.

Le secteur privé joue un rôle primordial pour pouvoir atteindre les Objectifs de développement durable (ODD). 140 milliards de dollars d'investissements directs chaque année dans l'agriculture et dans le développement rural seront nécessaires pour pouvoir atteindre l'ODD 1 (l'éradication de la pauvreté) et l'ODD 2 (Faim Zéro). Il est donc essentiel de mobiliser le secteur privé et surtout le secteur financier afin de parvenir à la quantité nécessaire d'investissements.    

Photo: ©FAO/Giuseppe Carotenuto
Roberto Ridolfi, Sous-Directeur général en charge du Département de l’appui aux programmes et de la coopération technique à la FAO et Pieternel Boogaard, Directrice du Département agroalimentaire, alimentation et eau à la FMO lors de la cérémonie de signature.

Partagez