Le Fonds vert pour le climat approuve des programmes visant à lutter contre le changement climatique au Chili, au Kirghizstan et au Népal

Un projets conjoint de la FAO estimé à 161 millions de dollars vise à favoriser la séquestration de carbone et à renforcer la résilience des petits agriculteurs

12 novembre, Songdo, Republique de Corée - Le Conseil d'administration du Fonds vert pour le climat (FCM) a approuvé aujourd'hui une subvention de 161 millions d'euros afin de soutenir des projets visant à améliorer la résilience face au climat, au Chili, au Kirghizstan et au Népal et qui bénéficieront à 1,5 millions de personnes. L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a aidé à formuler des projets qui renforceront la résilience des habitants de ces trois pays et contribueront à atténuer les effets du changement climatique.

« La FAO et le Fonds vert pour le climat forment un partenariat solide et stratégique qui permet de fournir des solutions transformationnelles face au changement climatique et d'aider les pays à renforcer leur résilience face aux impacts du changement climatique, » a déclaré Mme Maria Helena Semedo, Directrice générale adjointe de la FAO en charge de la Division climat et ressources naturelles.

M. Yannick Glemarec, Directeur exécutif du FCM a indiqué que le Fond avait permis de réduire de moitié le temps nécessaire à l’approbation du projet puis au déboursement des fonds nécessaires lors de ses quatre premières années d’opération et que la FAO jouait un rôle crucial en transformant des idées en actions innovantes.

« Le FCM s’est engagé à soutenir les initiatives visant à s’adapter au changement climatique et à en atténuer les effets, de le faire plus vite et à plus grande échelle, face à l’essor de la demande pour le financement climatique » a-t-il déclaré.

Lutter contre le changement climatique est un élément central du travail de la FAO et l'Organisation pense que la mise en œuvre d'action efficaces pour lutter contre le changement climatique dans le secteur agricole permettra de renforcer la résilience des moyens d'existence et de réduire le taux de pauvreté chez les communautés rurales vulnérables. Il s‘agit notamment de favoriser les initiatives visant à s'adapter au changement climatique et à en atténuer les effets tout en préservant l'environnement et la biodiversité.

La FAO soutient également activement les pays qui travaillent à renforcer leurs capacités afin d'attirer davantage d'investissements visant à lutter contre le changement climatique dans le cadre du Programme de soutien dans la préparation du FCM.

Le FCM est une plateforme mondiale dont la mission est de lutter contre le changement climatique en investissant dans les initiatives visant à développer la résilience face au changement climatique et à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Faire rajeunir les forêts du Chili

Le FCM a approuvé une nouvelle proposition REDD+ de financement par paiements basés sur les résultats. Estimée à 63 millions de dollars, la proposition a été élaborée par la FAO et par le gouvernement chilien afin de restaurer et de conserver près de 25 000 hectares de forêts dans cinq régions du pays.

Le projet a pour objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 1,1 million de tonnes de CO2 tout en encourageant la reforestation sur plus de 7000 hectares, la gestion durable et la conservation de plus de 17 000 hectares de forêts. 

« Elles seront restaurées avec des espèces conifères dont des chênes, des hêtres Rauli et des coihues, qui sont des espèces d'origine chiliennes, » a déclaré Mme Eve Crowley, Représentante de la FAO au Chili, soulignant que les zones concernées incluaient plus de 4000 hectares affectés par les feux.

Le fait que les bénéfices soient partagés pour l'allocation des ressources met en lumière l'importance du genre, des populations autochtones et des populations vulnérables si l'on veut garantir des retombées positives sur le plan social et environnemental. Plus de 57 000 personnes dont des membres des communautés autochtones participeront au projet destiné à favoriser la reforestation des forêts, leur restauration et leur gestion durable.

Favoriser la séquestration du carbone tout en luttant contre la dégradation et le changement climatique au Kirghizstan

Le Kirghizstan recevra une subvention de 30 millions de dollars du Fonds auquel viendra s'ajouter 20 millions supplémentaires pour un projet dont l'objectif est de lutter contre la dégradation des forêts et des zones de pâturage. Il s'agit notamment d'augmenter le couvert forestier et la productivité des des pâturages et de renforcer la résilience de plus de 430 000 personnes.

Le Kirghizstan est un pays sans littoral doté de beaucoup de montagnes, de glaciers et de lacs. Plus de 40 pour cent des terres agricoles du pays sont sérieusement dégradées et plus de 85 pour cent de la superficie terrestre nationale est affectée par le phénomène d'érosion en raison de mauvaises pratiques de gestion des zones de pâturages et des forêts.

En restaurant les forêts et les zones de pâturages et à l'aide de réformes institutionnelles et d'investissements visant à favoriser une croissance verte, notamment issus du secteur privé, le projet a pour ambition d'améliorer la séquestration de carbone.

 « Les caractéristiques montagneuses des régions du Kirghizstan associées à un temps relativement sec tendent à limiter l'abondance des ressources naturelles du Kirghizstan. Et à cela s'ajoutent les répercussions négatives du changement climatique, » a indiqué Mme Dinara Rakhmanova, Représentante adjointe de la FAO au Kirghizstan.

« A présent, nous voulons fournir des motivations aux communautés locales afin de préserver et de développer les zones forestières, d'améliorer les zones de pâturage et de diversifier leur production afin de renforcer leur résilience face au climat, » a-t-elle ajouté.

Afin d'assurer la durabilité des ressources naturelles et d'améliorer la séquestration du carbone, le projet aura également pour mission de réduire la dépendance des communautés rurales vis-à-vis des zones de pâturage et des forêts et d'améliorer leurs moyens d'existence en aidant les populations à diversifier leurs revenus.

Aider le Népal à intégrer la résilience face au climat au sein des écosystèmes vulnérables                          

Le FCM a attribué une subvention de près de 40 millions de dollars à un projet qui devrait permettre d'aider près d'un million de personnes à faire face à la dégradation des forêts, aux inondations et à l'érosion des sols dans la région de Churia, au Népal.

A travers le Ministère des forêts et de l'environnement (MoFE), le gouvernement du Népal ajoutera une subvention de 8 millions de dollars supplémentaires - pour atteindre un total de plus de 47 millions de dollars. Il s'agit du premier projet approuvé par le FCM au Népal. Il sera mis en œuvre sur une période de sept ans et la FAO fournira son appui technique. Ce projet permettra de renforcer les capacités en matière de planification et de vulgarisation dans les gouvernements provinciaux du pays et de contribuer aux objectifs de la stratégie nationale REDD+.

La région montagneuse de Churia, située dans les contreforts de l'Himalaya, est essentielle à la sécurité alimentaire du Népal mais plusieurs décennies d'utilisation non durable des ressources naturelles ont provoqué une dégradation des forêts, l'érosion des sols et des inondations.

M. Somsak Pipoppinyo, représentant de la FAO au Népal, a indiqué que la contribution du FCM au travail de la FAO en partenariat avec le gouvernement, bénéficiera à plus de 200 000 ménages et aidera à les rendre plus résilients face à un environnement en constante mutation.

« Cela les aidera aussi à s'adapter au changement climatique, aux événements climatiques extrêmes et à en atténuer les effets pour les années à venir, » a declaré M. Pipoppinyo.

Photo: ©FAO/Aase Wolstad
Une femme nourrit son buffle au Népal.

Partagez