La FAO et le Conseil italien de la recherche renforcent leurs liens à travers la plateforme iMarine

L’accord avec l’Institut des sciences et des technologies de l’information du CNR visera à renforcer la collaboration autour de la plateforme en vue de favoriser une pêche durable

18 novembre 2019, Rome - La FAO et le Conseil national de la recherche (CNR) d'Italie ont convenu d'intensifier leur collaboration autour d'iMarine, une plateforme communautaire basée sur l'informatique en nuage et destinée à améliorer la gestion des pêches.

L'accord prévoit que les vastes connaissances de la FAO en matière de pêche seront dorénavant intégrées au portail d'iMarine et pourront être utilisées lors de la recherche de données et dans le cadre de projets de développement.

La coopération au sein d'iMarine permet aux chercheurs du CNR et du monde entier de promouvoir les données ouvertes et la science ouverte. Ceci s'avère utile lorsqu'il s'agit de défragmenter les données de recherche et de développer des outils de surveillance réutilisables et rentables utiles à la fois pour les sciences maritimes et pour l'alimentation.

Ce nouveau protocole d'accord est un excellent exemple de la collaboration entre sciences et politiques dont l'objectif est de faciliter le travail sur des thèmes variés tels que les bases de données sur les écosystèmes marins vulnérables, des initiatives pour créer un atlas mondial pour le thon et l'aquaculture, des outils d'évaluation des stocks de poissons et un Registre mondial des stocks et des pêches. Ces outils sont déjà utilisés dans le cadre de différentes initiatives de la FAO afin de renforcer les capacités et de contribuer à maintenir la pêche à un niveau biologiquement durable.

M. Árni Mathiesen, Sous-Directeur général de la FAO en charge du Département des pêches et de l'aquaculture, et M. Roberto Scopigno, Directeur de recherche à l'Institut des sciences et des technologies de l'information (ISTI) du CNR, ont entériné le protocole qui formalise cette collaboration pour les cinq prochaines années.

À propos d'iMarine

L'initiative iMarine a été lancée en 2015 afin d'établir une e-infrastructure se basant sur une approche écosystémique pour la gestion des pêches et pour la conservation des ressources biologiques marines et dont le but est de contribuer à l'Initiative Croissance Bleue de la FAO.

Pour ce faire, une communauté d'utilisateurs et de représentants a été créée avec pour tâche de formuler des recommandations politiques et de favoriser la création d'une infrastructure de données, offrant ainsi aux utilisateurs des services capables de soutenir ces politiques et de développer des composants logiciels supplémentaires permettant la mise en œuvre des services offerts.

L’Approche écosystémique des pêches (AEP) est en passe de devenir le principal cadre de référence pour la gestion des pêches et l’application des principes du développement durable. 

Les principes clés ont été établis dans le Code de conduite pour une pêche responsable (CCPR) de 1995, qui s'inspire de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (CNUDM) de 1982 et de la Convention sur la diversité biologique (CDB) de 1992.

La FAO et le CNR-ISTI se sont engagés à créer des environnements et des catalogues de recherche virtuels pour un certain nombre de projets actuels et pour de futures initiatives et à garantir que les innovations en matière de technologies de l'information soient profitables aux pays membres et aux partenaires de la FAO de manière équitable, transparente et inclusive à travers une gouvernance adéquate.

Le Registre mondial des stocks et des pêches fournit par exemple des informations de base qui permettent aux gestionnaires des pêches, aux décideurs politiques et aux différentes parties prenantes de surveiller la situation des stocks de poissons et de contribuer aux programmes de traçabilité, de certification et de contrôle de la qualité.

Le prochain atlas sur l'aquaculture sera un outil de référence qui permettra de détecter et de quantifier les exploitations aquacoles - principalement les cages et les étangs - en associant les informations satellitaires aux données spatiales.

Photo: ©FAO/Emre Tazegul
Des pêcheurs à Akyaka, en Turquie, un site pilote pour le projet Blue Hope de la FAO.

Partagez