Le Directeur général de la FAO lance la Journée internationale de la montagne

Les jeunes ont un rôle primordial à jouer en exigeant un soutien des écosystèmes fragiles exposés à la faim et aux risques climatiques

11 décembre 2019, Madrid – Les jeunes sont les moteurs du programme d’action mondial pour le climat et ils peuvent apporter leur contribution à tous les niveaux, y compris en matière de soutien des écosystèmes de montagne, a déclaré aujourd’hui M. QU Dongyu, Directeur général de la FAO, lors de son allocution d’ouverture de la Journée internationale de la montagne.

«Les montagnes sont importantes pour les jeunes et pour l’avenir», a-t-il souligné à l’occasion d’un événement de haut niveau organisé par la Convention-cadre de l’ONU sur le changement climatique, durant la Conférence de l’ONU sur le changement climatique COP25.

«De nos jours, nous regardons toujours vers l’avenir mais oublions de regarder d’où nous venons. Nos écosystèmes de montagne, et les avantages qu’ils apportent à notre planète, sont menacés», a précisé le Directeur général.

D’après un récent rapport établi par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, celui-ci est responsable de la fonte des glaciers, alors que la déforestation, la dégradation des terres, la surexploitation et l’agriculture non durable représentent également d’autres menaces.

La FAO, principale agence de coordination de la Journée internationale de la montagne, a également organisé un concours de photographie et de recettes culinaires à partir d’aliments de la montagne autour du thème: «Les montagnes sont importantes pour les jeunes».

Les montagnes recouvrent près de 27 pour cent de la superficie de la terre et accueillent plus d’1,1 million d’habitants. En 2017, 346 millions de personnes se trouvaient en situation de vulnérabilité face à l’insécurité alimentaire dans les régions rurales de montagne des pays en développement – soit une augmentation de 12 pour cent depuis 2012, à l’échelle mondiale, et près du double en Afrique.

De plus, les montagnes fournissent une grande partie de l’eau douce de la planète et sont les régions d’origine du maïs, des pommes de terre, de l’orge, du sorgho, des tomates et des pommes – six parmi les 20 espèces végétales qui comptent pour 80 pour cent de l’alimentation mondiale.

Le grand pari sur les jeunes


Le Partenariat de la montagne, dont la FAO est l’un des fondateurs, a montré qu’impliquer les jeunes apporte de bons résultats. Par exemple, le partenariat a soutenu la promotion du label de spécialité des haricots de Jumla – du nom d’un district du Népal – ce qui a permis d’augmenter les revenus locaux et de permettre aux jeunes femmes des familles agricoles de poursuivre leurs études.

Améliorer l’accès à l’enseignement et à la formation, à l’emploi, aux technologies et aux services peut contribuer à un meilleur avenir pour les jeunes qui vivent en montagne. En ce qui concerne les technologies numériques, l’un des exemples pionniers est celui des étudiants au Japon et au Kirghizistan qui utilisent Skype pour échanger leurs connaissances techniques sur le traitement des fruits et la gestion des vergers, notamment pour une variété locale d’argousier cultivée en montagne, un fruit riche en vitamines et doté de propriétés médicinales.

Chaque année, la Journée internationale de la montagne suscite un grand intérêt à travers le monde et représente une occasion importante pour mettre l’accent sur la manière d’améliorer et de raccourcir les chaînes de valeur des produits dont dépendent les moyens d’existence des populations de montagne.

Photo: ©FAO/Karen Minasyan
Le mont Ararat en Arménie.

Partagez