Des solutions novatrices sont nécessaires en matière d’agriculture pour faire face au changement climatique

Les technologies numériques, les drones et les analyses de données sont des outils essentiels, selon le Directeur général de la FAO

11 décembre 2019, Madrid – M. Qu Dongyu, Directeur général de la FAO, a déclaré aujourd’hui que l’innovation est essentielle pour renforcer la résilience et la compétitivité dans le secteur de l’agriculture et pour répondre aux défis urgents posés par le changement climatique.

Le Directeur général s’est exprimé à l’occasion du 10ème Forum annuel sur l’innovation durable, en marge de la Conférence de l’ONU sur le changement climatique COP25 à Madrid. Selon lui, les systèmes alimentaires mondiaux doivent considérablement accroître leur productivité et nourrir une population croissante, sans toutefois mettre en péril les ressources naturelles et les écosystèmes.

«Il est plus important que jamais d’avoir des solutions innovantes, car elles seules sont la clé de la transformation», a souligné M. Qu.

Il a indiqué que l’Agriculture intelligente face au climat (AIC), une initiative que la FAO soutient depuis 2010, a aidé à transformer les systèmes agricoles et à faire face au défi posé par l’urgence climatique actuelle.

L’AIC vise à accroître la productivité agricole et les revenus, à renforcer la résilience et à permettre une adaptation au changement climatique et, à chaque fois que cela est possible, à réduire ou éliminer les émissions de gaz à effet de serre.

M. Qu a affirmé que les solutions innovantes pouvaient aider à optimiser l’action de l’AIC en faveur des populations les plus vulnérables au monde. Selon lui, l’utilisation des drones et des analyses de données d’imagerie avancée peut faciliter une identification précoce des ravageurs et des maladies, alors que les systèmes d’alerte rapide fournissent aux fermiers des informations accessibles sur leurs téléphones mobiles en mesure de les prévenir du meilleur moment pour planter ou pour vendre leurs bêtes.

«Ceci permet de réduire les risques de pertes et améliore la sécurité alimentaire et des moyens d’existence», a précisé M. Qu.

Le Directeur général a fait savoir que la FAO avait mis au point un système de surveillance et d’alerte précoce pour contrôler la prolifération de la chenille légionnaire d’automne, un ravageur qui s’attaque aux cultures, ainsi qu’une  technique d'élevage de mâles stériles en vue d’éliminer la mouche méditerranéenne des fruits en République dominicaine.

Il a également mentionné le travail de la FAO en matière de diffusion de la culture hydroponique dans les environnements arides, comme la Cisjordanie et la Bande de Gaza, et de promotion de filières d’approvisionnement agricoles plus inclusives afin d’accroître les revenus des producteurs de café en Ethiopie.

M. Qu a indiqué que la FAO entend donner un coup d’accélération à ses activités, afin de réaliser les Objectifs de développement durable de l’ONU, par le biais de l’Initiative Hand-in-Hand, un instrument unique permettant aux donateurs et aux bénéficiaires de créer des partenariats avec les secteurs public et privé et par le biais d’un nouveau Bureau pour l’innovation, créé par le Directeur général.

Photo: ©FAO/Eduardo Dieguez San Bernardo
Qu Dongyu, Directeur général de la FAO, à l’occasion du 10ème Forum annuel sur l’innovation durable, à Madrid.

Partagez