GFFA: Les ministres agricoles saluent le concept du Conseil numérique international pour l’alimentation et l’agriculture, conçu par la FAO

Le Directeur général de la FAO salue l’accord visant à créer un organisme international dont le but sera de promouvoir les technologies numériques afin de stimuler l’agriculture durable et la sécurité alimentaire

18 janvier 2020, Berlin - Le Forum mondial pour l'alimentation et l'agriculture (GFFA) s'est achevé aujourd'hui avec les ministres agricoles de 71 nations remerciant la FAO et les autres organisations internationales pour avoir développé le concept du Conseil numérique international pour l'alimentation et l'agriculture, comme cela avait été requis par le communiqué final du GFFA 2019. Tous ont salué le travail de la FAO dans ce sens et ont appelé les organes de gouvernance de la FAO à soutenir sa création.

Ces derniers ont publié un communiqué final rempli de promesses visant à faire contribuer le commerce à la sécurité alimentaire mondiale et à aider les petits producteurs à accéder à des chaînes de valeur de plus grande envergure. « Pour parvenir à un monde plus pacifique et prospère, nous devons créer des systèmes où, la nourriture est accessible, abordable et saine. Il est essentiel que les décideurs politiques mettent en place de bonnes structures au niveau global de manière à ce que la société civile et le secteur privé puissent contribuer aux objectifs communs tels que l'éradication de la pauvreté et de la faim, » a déclaré QU Dongyu, Directeur général de la FAO.

M. QU s'exprimait à l'occasion d'une conférence de presse à laquelle participait Julia Klöckner, ministre fédérale allemande de l'alimentation et de l'agriculture. L'évènement était organisé à la suite d'une réunion ministérielle où ont pris part plus de 70 représentants de haut-niveau issus de ministères de l'agriculture et d'organisations internationales.

Alan Wolff, Directeur général adjoint de l'Organisation mondiale du commerce et Janusz Wojciechowski, commissaire européen pour l'agriculture et le développement rural, ont également participé à la conférence de presse qui portait sur les problèmes liés au commerce alimentaire.

Le Conseil numérique

Le Conseil numérique international pour l'alimentation et l'agriculture a été proposé par 74 ministres de l'agriculture lors du GFFA 2019, qui a chargé la FAO de concevoir un organisme capable d'améliorer la coopération internationale, de créer des synergies et d'éviter les répétitions au sein du monde numérique.

Le Conseil fournira des recommandations politiques structurées et stratégiques pour l'agriculture afin de soutenir le processus de numérisation, de stimuler les initiatives visant à partager les meilleures pratiques et de promouvoir les échanges entre associations d'agriculteurs issues de différents pays ainsi qu'avec les autres intervenants.

« Le Conseil aidera également à forger un consensus sur les normes, à diminuer les frais, à améliorer l'efficacité et à combler la fracture numérique entre les pays, » a ajouté le Directeur général de la FAO.

Les technologies numériques dans le secteur agricole englobent un vaste éventail d'activités allant de la sécurité alimentaire aux financements commerciaux en passant par les crédits, les contrôles douaniers et la sensibilisation des consommateurs. Des applications facilitant la distribution de registres ou encore des "chaînes de blocs" peuvent grandement contribuer à la traçabilité et à la sécurité au sein des chaînes de valeur complexes. La FAO a d'ailleurs utilisé un système de chaînes de blocs pour son programme de certification ephyto pour la santé végétale et animale qui a ensuite été adopté par de nombreux pays en Afrique subsaharienne.

Le communiqué

Publié à l'issue de trois jours de discussions, de panels de haut-niveau et de séances de groupes, le communiqué revient sur le soutien politique nécessaire afin de parvenir à des systèmes alimentaires durables alors que la population mondiale s'élèvera à près de 10 milliards en 2050.

Les ministres présents ont remis le communiqué au Directeur général de la FAO, au Directeur général adjoint de l'Organisation mondiale du commerce et au ministre de l'agriculture du Kazakhstan dont le pays accueillera la prochaine conférence ministérielle de l'OMC en juin.

Encourager le commerce pour stimuler la sécurité alimentaire est l'un des objectifs premiers étant donné la dimension mondiale des chaînes de valeur alimentaire. Les ministres ont convenu que le fait de protéger les approvisionnements alimentaires des pays et régions touchés par des déficits structurels deviendra de plus en plus important en raison des effets du changement climatique.

Pour que les retombées positives du commerce soient exploitées afin de stimuler le développement agricole, les ministres se sont également engagés à aider les agriculteurs à devenir plus efficaces et résilients face aux chocs, en soutenant la diversification, en fournissant des outils permettant de mieux gérer les risques et en investissant dans les infrastructures, l'éducation et les services de vulgarisation.

Faisant écho aux idées avancées par le Directeur général de la FAO plus tôt dans le forum, le communiqué affirme que les politiques commerciales devraient faire partie d'une stratégie intégrée de plus grande ampleur qui englobera des objectifs environnementaux et d'autres politiques intérieures.

Les ministres ont souligné la valeur du système d'information sur les marchés agricoles (AMIS) dont les bureaux se situent à la FAO, à Rome, et ont insisté sur l'importance d'intégrer les petits producteurs au sein des marchés par le biais d'une série de mesures telles que la création de coopératives et la promotion du financement de petite échelle.

Photo: ©FAO/Axel Schmidt
Des participants à la conférence ministérielle agricole à Berlin.