Intensifier la lutte contre la chenille légionnaire d’automne

La FAO lance une action mondiale pour lutter contre la propagation et l’impact du ravageur qui s’attaque aux cultures et aux moyens d’existence de milliers de personnes

27 février 2020, Rome - De nombreux moyens existent pour lutter contre la chenille légionnaire d'automne, une espèce vorace invasive qui ravage les cultures en Afrique, en Asie et au Proche-Orient et une plus grande coordination est nécessaire afin de réduire la propagation de cet insecte.

« Nous devons intensifier la cohésion entre les partenaires clés de tous les secteurs concernés à l'échelle mondiale », a indiqué aujourd'hui M. QU Dongyu, Directeur général de la FAO, lors du lancement de la première réunion du Comité directeur de l'Action mondiale visant à lutter contre la chenille légionnaire d'automne.

La chenille légionnaire d'automne, ou Spodoptera frugiperda, est un lépidoptère originaire des Amériques qui s'est propagé ces dernières années en Afrique, au Proche-Orient et en Asie et, aujourd'hui, en Australie. À l'état de chenille, elle se nourrit de plus de 80 cultures, avec une préférence pour le maïs. Quelque 18 millions de tonnes de maïs sont détruites chaque année en Afrique, une quantité qui suffirait à sortir de la famine des dizaines de milliers de personnes et qui correspond à une perte économique de 4,6 milliards de dollars.

Ces trois dernières années, la FAO a mené 63 projets relatifs à la chenille légionnaire d'automne, pour la plupart en Afrique, qui ont permis d'établir de bonnes pratiques et de rassembler de précieuses connaissances. L'Action mondiale vise à soutenir et à intensifier ces efforts à l'aide d'un mécanisme de coordination solide et innovant.

Selon le Directeur général de la FAO, si la chenille légionnaire d'automne continue à se propager, le rôle du maïs dans le système alimentaire mondial pourrait être fortement compromis. « Nous devons agir rapidement », a-t-il affirmé.

« L'innovation a un rôle important à jouer, » a-t-il ajouté. Il a pris pour exemple l'application pour smartphone mise à jour et conçue par la FAO, appelée FAMEWS (système de surveillance et d'alerte rapide de la chenille légionnaire d'automne): un instrument clé, disponible en 29 langues, qui fournit de précieuses informations en temps réel et sur le terrain sur la position et la diffusion du ravageur. La plateforme des données mondiales sur la chenille légionnaire d'automne est mise à jour toutes les deux heures, fournissant ainsi aux petits exploitants agricoles des conseils ciblés sur la manière de gérer et de combattre les infestations.

Le Comité directeur a rassemblé des dirigeants stratégiques de gouvernements, d'institutions multilatérales, d'instituts de recherche, de la société civile et du secteur privé, des cinq continents. Les consultations des membres ont pour but d'optimiser le Plan d'Action mondial en vue d'une conférence de haut niveau, qui devrait se tenir en avril à Abidjan, au siège de la Banque africaine de développement.

L'objectif de l'Action mondiale est de réduire les pertes des cultures de maïs à 3% par rapport aux niveaux actuels qui sont parfois 12 fois plus élevés. « C'est un objectif ambitieux, parce que nous nous devons de l'être », a indiqué M. Bukar Tijani, Sous-Directeur général de la FAO chargé du Département de l'agriculture et de la protection des consommateurs.

Photo: ©FAO/Lekha Edirisinghe
Une chenille légionnaire d’automne sur un plant de maïs au Sri Lanka.