Asie et Pacifique : vers des mesures novatrices afin de soutenir la sécurité alimentaire et les moyens d’existence

Le relèvement suite aux dégâts provoqués par le COVID-19 a été au cœur des discussions de la Conférence régionale de la FAO

4 septembre 2020, Bangkok/Thimphou,  - Innovation, solidarité, cohérence et partenariat solide entre les pays de l'Asie et du Pacifique et au sein de chaque territoire: autant d'éléments indispensables au relèvement de la région, qui doit faire face aux effets néfastes du COVID-19 et aux incidences durables de la sous-alimentation chronique.

C'est la conclusion à laquelle sont arrivés plus de 40 des États Membres de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) au terme d'une conférence régionale de quatre jours. Environ 750 participants, parmi lesquels des représentants du secteur privé et de la société civile, se sont engagés à œuvrer à la transformation des systèmes alimentaires afin de les rendre plus durables, plus productifs et plus résilients, et à nourrir un monde qui souffre de la faim en veillant à rémunérer correctement les agriculteurs et à produire des aliments sains, accessibles à tous.

«Les principes de cohérence, de partenariat et de solidarité, qui permettent de réduire les coûts de production, sont essentiels à la transformation des systèmes alimentaires à l'appui d'une alimentation saine et durable», a déclaré le Directeur général de la FAO, M. QU Dongyu, lors de la dernière journée de la trente-cinquième session de la Conférence régionale pour l'Asie et le Pacifique accueillie par le Gouvernement du Bhoutan.

«À cette fin, les producteurs peuvent compter sur les mégadonnées, l'économie numérique et les technologies mobiles.» Aujourd'hui, les technologies mobiles sont au premier plan en matière d'innovation: «un smartphone entre les mains d'un petit exploitant est un nouvel outil agricole», a ajouté le Directeur général.

Les participants à la Conférence régionale ont également obtenu des informations plus détaillées quant au Bureau de l'innovation, récemment mis en place à la FAO, et à la création d'une Plateforme internationale pour le développement du numérique dans l'alimentation et l'agriculture.

Ils ont appris que l'innovation agricole peut rendre moins pénibles les corvées physiques et qu'on utilise de plus en plus les nouveaux outils technologiques, notamment les drones, l'imagerie par satellite, les mégadonnées et les chaînes de blocs, dans les chaînes alimentaires de la région Asie et Pacifique.

«L'exploitation des données, des innovations et des technologies a montré qu'ici, en Asie et dans le Pacifique, nous avons des esprits brillants, des scientifiques et des entrepreneurs dynamiques qui nous aideront à naviguer les écueils du COVID-19 et à venir à bout de la malnutrition et de la pauvreté», a déclaré M. QU.

Au cours de la Conférence régionale s'est tenue une session extraordinaire consacrée à l'application des nouvelles technologies et de l'innovation dans le secteur agricole, qui incite les jeunes à reconsidérer une carrière dans l'agriculture et autonomise les femmes, d'après les participants. Il a été convenu que,pour remettre la région sur la voie de l'objectif de développement durable 2 (éliminer la faim et promouvoir l'agriculture durable d'ici à 2030), l'heure était à la nouveauté et à l'innovation s'agissant des politiques, des processus, des investissements et des apprentissages dans l'alimentation et dans l'agriculture.

Le COVID-19 souligne la nécessité de redoubler d'efforts afin d'éliminer la faim et la pauvreté

La région Asie-Pacifique héberge plus de la moitié des personnes sous-alimentées de la planète, et les répercussions du COVID-19 risquent de faire monter le nombre de personnes souffrant de la faim en Asie du Sud à 330 millions, soit une augmentation de près d'un tiers, au cours des 10 prochaines années. Les participants ont eu l'occasion d'en savoir plus sur la manière dont le Programme d'intervention et de redressement dans le contexte du COVID-19, lancé récemment par la FAO, aiderait les pays à atténuer les effets directs de la pandémie en reconstruisant en mieux et accélérerait la lutte mondiale contre la faim en misant sur l'innovation.

M. Yeshey Penjor, Président de la Conférence et Ministre de l'agriculture et des forêts du Bhoutan, a préconisé de renforcer la collaboration: «Si des progrès considérables ont été accomplis dans le combat contre la faim et la pauvreté dans bon nombre de pays, le COVID-19 nous a fait perdre l'élan créé. Nous devons être prêts à affronter des risques plus élevés et faire en sorte que la chaîne d'approvisionnement alimentaire soit durable», a-t-il déclaré. Les participants à la Conférence ont également salué l'Initiative Main dans la main de la FAO, qui s'appuie sur une stratégie d'appariement visant à associer les bons partenaires au bon moment pour aider la région à avancer et satisfaire les besoins des États Membres. Des outils de pointe ont déjà été inaugurés dans le cadre de l'initiative, comme, par exemple, la Plateforme géospatiale Main dans la main et le Data Lab (laboratoire de données) de la FAO pour l'innovation statistique.

«Paradoxalement, le fait que le COVID-19 nous ait contraints à nous réunir à distance nous a permis, d'une certaine manière, de laisser de côté les formalités et de nous rapprocher», a expliqué le Directeur général, M. QU Dongyu, évoquant la tenue en ligne, pour la première fois dans l'histoire de la FAO, de l'ensemble de la Conférence régionale. «Ainsi, malgré les 11 fuseaux horaires dont il a fallu tenir compte, nous avons réussi à nous rassembler autour de débats stimulants et à trouver un consensus sur un certain nombre de questions importantes.»

D'autres accomplissements et faits inédits sont à mentionner. Le secteur privé a participé pour la première fois à une Conférence de la FAO pour l'Asie et le Pacifique. De leur côté, les organisations de la société civile ont continué à faire entendre leur voix en tant qu'acteurs importants. Enfin, autre première, des consultations nationales ont été menées dans les États Membres de la région en amont de la Conférence régionale, qui fait partie de la structure de gouvernance régionale de la FAO.

Photo: ©FAO/Veejay Villafranca
Aux Philippines, des drones sont utilisés afin d’évaluer les dégâts causés par les catastrophes naturelles sur les terres agricoles.