La FAO continue d’aider le G20 à faire face à la pandémie du COVID-19 et à renforcer les systèmes agroalimentaires

La FAO contribue à assurer le bon fonctionnement des marchés alimentaires mondiaux grâce à ses nombreux programmes et initiatives

12 septembre 2020, Riyadh/Rome - M. QU Dongyu, Directeur général de la FAO, a participé aujourd'hui à la réunion des ministres de l'agriculture et de l'eau du G20, organisée en ligne par le Royaume d'Arabie saoudite. À cette occasion, il a présenté plusieurs domaines prioritaires dans lesquels l'Organisation pouvait aider les pays du G20 et la communauté internationale à renforcer les systèmes agroalimentaires et à se remettre des effets du COVID-19.

Dans son allocution, M. QU a souligné que les mesures prises et les efforts conjoints déployés jusqu'à présent par les pays et les organisations internationales avaient permis de maintenir les chaînes de valeur alimentaires en fonctionnement dans le monde entier pendant la pandémie. Il a indiqué que, selon les estimations de la FAO, la production mondiale de céréales devrait atteindre un record historique en 2020 en s'établissant à 2 765 millions de tonnes, soit 58 millions de tonnes au-dessus du niveau de 2019. Ces résultats s'expliquent par des politiques porteuses, des innovations (nouveaux cultivars, intrants agricoles et canaux de commercialisation) ainsi que les investissements et le travail acharné de millions d'agriculteurs.

En dépit du scénario positif qui est en train de se dérouler, le Directeur général a appelé les pays à demeurer vigilants: «Les marchés alimentaires mondiaux sont bien approvisionnés. Cependant, l'économie mondiale peinant à se rétablir, l'accès aux aliments va souffrir de la diminution des revenus et des pertes d'emploi. Nous devons faire en sorte que les échanges commerciaux se poursuivent de manière fluide afin qu'ils contribuent à la sécurité alimentaire et à la nutrition au niveau mondial», a-t-il ajouté, en précisant que l'édition 2020 du rapport phare de la FAO sur La situation des marchés des produits agricoles, qui serait publié prochainement, étaierait les débats sur la participation des marchés et des chaînes de valeur à la sécurité alimentaire et à la croissance.

Depuis le tout début de la pandémie du COVID-19, la FAO oriente les pays de sorte que les mesures sanitaires et les mesures de relance ne créent pas d'obstacles inutiles au commerce ni ne perturbent les filières alimentaires mondiales. Il s'agit également de l'une des sept priorités du programme d'action et de relèvement de la FAO dans le contexte du COVID-19, qui vise à faciliter et accélérer le commerce mondial et intrarégional de produits alimentaires et agricoles pendant et après la pandémie. Lors de son intervention, le Directeur général a également évoqué le rôle important du Système d'information sur les marchés agricoles (AMIS), qui améliore les informations relatives aux marchés et la transparence des marchés alimentaires, et a remercié le Royaume d'Arabie saoudite de sa contribution d'un million d'USD. L'AMIS, qui est hébergé par la FAO, a été créé en 2011 à la demande du G20 afin de traiter le problème de la volatilité extrême des prix des denrées alimentaires.

Investissements responsables dans l'agriculture et les systèmes alimentaires

M. Qu a indiqué que, d'après la dernière évaluation réalisée par la FAO, la pandémie pourrait faire augmenter de 132 millions le nombre de personnes sous-alimentées dans le monde en 2020 (près de 690 millions de personnes étaient sous-alimentées en 2019, selon les estimations). Dans ce contexte, il a appelé les pays à redoubler d'efforts pour promouvoir des investissements agricoles responsables et a salué l'adoption par le G20 de la Déclaration de Riyadh, dont l'objectif est de promouvoir des investissements responsables dans l'agriculture et les systèmes alimentaires.

La Déclaration de Riyadh appelle à mettre en œuvre des instruments internationaux qui orientent les investissements agricoles publics et privés de façon à accroître la productivité de manière durable, à augmenter les revenus, à favoriser une croissance économique plus large et à créer des débouchés professionnels, en particulier au profit des petits exploitants et des agriculteurs familiaux.

«Nous aiderons les membres du G20 et les Membres de la FAO dans leur ensemble au moyen de nos programmes qui s'appuient sur les Principes pour un investissement responsable dans l'agriculture et les systèmes alimentaires établis par le Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA), les Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale et le Guide pour des filières agricoles responsables élaboré par la FAO et l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)», a déclaré le Directeur général, en se référant aux instruments adoptés dans le cadre du CSA.

Pertes et gaspillage de nourriture

Les pertes et gaspillages de nourriture étaient également l'un des principaux sujets abordés lors de la réunion ministérielle, les pays appelant à une sensibilisation accrue, des pratiques nouvelles et des approches innovantes. Comme l'a souligné le Directeur général, en se référant à l'édition 2019 du rapport sur La situation mondiale de l'alimentation et de l'agriculture, «la production de données de référence de la FAO sur les pertes et gaspillages de nourriture contribuera fortement à mesurer les progrès accomplis et à opérer un changement». M. Qu a également mis en avant la collaboration étroite entre la FAO et le G20 dans le cadre de la Plateforme technique sur l'évaluation et la réduction des pertes et du gaspillage alimentaires et a invité les pays à participer à la célébration de la première Journée internationale de sensibilisation aux pertes et gaspillages de nourriture, le 29 septembre.

Autres questions importantes: l'eau, les organismes nuisibles et maladies transfrontières et la résistance aux antimicrobiens

Une place importante a également été accordée à la question de l'eau. Le Directeur général de la FAO estimait lui aussi qu'il s'agissait d'une question prioritaire, étant donné que tout portait à croire que les effets du changement climatique aggraveraient les problèmes de disponibilités en eau et d'inondations dans l'ensemble des régions. Il a salué l'intention du G20 de s'atteler à la gestion durable de l'eau et a indiqué que la FAO se tenait prête à apporter son concours, en s'appuyant sur son cadre d'accélération de l'action contre la pénurie d'eau et ses capacités en matière de données numériques. Il a indiqué que le rapport 2020 sur La situation mondiale de l'alimentation et de l'agriculture, qui serait lancé le mois prochain, porterait sur l'eau et l'agriculture. « Sachant que l'agriculture est à l'origine de 70 pour cent des prélèvements mondiaux d'eau douce, il s'agit d'une question centrale pour nous», a-t-il conclu.

« Nous devons gérer tous les risques, y compris ceux liés aux organismes nuisibles et aux maladies transfrontières qui touchent les végétaux et les animaux. La FAO est engagée au titre de la Convention internationale pour la protection des végétaux (CIPV) et du Cadre mondial pour la maîtrise progressive des maladies animales transfrontières, qu'elle a établi conjointement avec l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE). »

En outre, M. QU a mentionné les activités de la FAO dans le domaine de la résistance aux antimicrobiens.

«La question de la résistance aux antimicrobiens requiert une grande attention. Nous devons rester déterminés à lutter contre l'usage inadapté des agents antimicrobiens dans l'agriculture et les systèmes alimentaires au niveau mondial. À cet égard, je souhaiterais vous remercier de votre appui aux organismes de l'alliance tripartite élargie», a déclaré le Directeur général, au sujet de la collaboration entre la FAO, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l'OIE, qui ont entrepris une action collective afin de limiter au minimum l'apparition et le développement de la résistance aux antimicrobiens.

La FAO est déterminée et prête à continuer à œuvrer avec ses Membres à la transformation des systèmes agroalimentaires en vue d'obtenir des améliorations dans quatre domaines, à savoir la production, la nutrition, l'environnement et les conditions de vie, pour bâtir un monde meilleur.

Photo: ©FAO/QU Dongyu
Le Directeur général de la FAO QU Dongyu prend part à la réunion virtuelle des ministres de l’agriculture et de l’eau du G20.