Le Canada et les États-Unis se joignent à la FAO pour célébrer ses 75 ans lors de la conférence régionale informelle pour l’Amérique du Nord

Le Directeur général de la FAO souligne les rôles importants que les deux pays ont joué dans la mission que poursuit la FAO

22 octobre 2020,Québec/Washington/Rome, - Un grand nombre de défis mondiaux parmi ceux qui justifiaient la création de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, dont la sous-alimentation chronique, sont toujours d'actualité, ont déclaré aujourd'hui les participants de haut niveau à la conférence régionale informelle de la FAO pour l'Amérique du Nord. 

Les célébrations d'anniversaire et la conférence en ligne sont organisées par le Canada à Québec, où la FAO a été officiellement fondée en 1945 après avoir été conçue aux États-Unis d'Amérique en 1943. 

Le Directeur général de la FAO a souligné les rôles importants que le Canada et les États-Unis ont joué dans la mission de la FAO au cours des 75 dernières années. Le Canada a œuvré avec la FAO «à dégager des solutions aux problèmes les plus urgents de notre temps et à trouver des moyens inédits de fournir de l'aide à ceux qui en ont besoin», tandis que les États-Unis, plus grand contributeur à la FAO, «sont un partenaire essentiel», a déclaré M. QU, «offrant sa collaboration dans tous nos domaines de travail, du commerce mondial des produits alimentaires et de la sécurité alimentaire, à l'assistance en cas de catastrophe et au renforcement de la résilience, en passant par l'avancement des sciences et de l'innovation au service des progrès de l'agriculture mondiale».

Confronté à la menace d'une crise alimentaire mondiale qui se profile aujourd'hui comme au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, «le monde a incontestablement besoin de la FAO, maintenant plus que jamais», a déclaré Mme Marie-Claude Bibeau, Ministre canadienne de l'agriculture et de l'agroalimentaire. 

«Notre objectif commun, issu de la Constitution de la FAO adoptée en 1945, est toujours d'actualité», a déclaré le Secrétaire américain à l'agriculture, M. Sonny Perdue, selon qui l'amélioration de la productivité agricole a été déterminante pour la réduction spectaculaire de la pauvreté dans le monde. «Grâce aux progrès que l'on doit à la FAO et aux technologies, nous sommes aujourd'hui plus que jamais reliés les uns aux autres en tant que communauté mondiale. Le monde jouit aujourd'hui d'un degré de prospérité qu'il ne possédait pas quand la FAO fut fondée.»

«Face à la pandémie, l'unité et la coopération sont essentielles pour mener les actions qui s'imposent», a déclaré Mme Nadine Girault, Ministre québécoise des relations internationales et de la francophonie. «Je tiens à souligner le rôle de premier plan joué par la FAO au cours des derniers mois, et féliciter ses dirigeants pour leurs efforts déployés dans la lutte contre le péril des crises alimentaires.»

«Notre mission n'est pas encore accomplie», a déclaré le Directeur général M. QU Dongyu, lors d'une manifestation organisée en ligne célébrant le soixante-quinzième anniversaire de la FAO avant la réunion plénière de la conférence. Rappelant que la pandémie du COVID-19 risque d'aggraver le nombre des personnes souffrant de la faim dans le monde, qui a déjà augmenté ces dernières années, «il est temps, aujourd'hui plus que jamais, de nous rassembler pour délivrer des griffes de la faim et de la malnutrition ceux qui en souffrent, en particulier les populations marginalisées et vulnérables», a-t-il ajouté.

Il a poursuivi en exposant dans ses grandes lignes l'approche de l'Organisation, s'illustrant aujourd'hui dans le Programme d'intervention et de redressement de la FAO face au COVID-19 et l'Initiative Main dans la main, laquelle met l'accent sur les zones particulièrement touchées par la faim et la pauvreté et s'appuie sur des technologies de pointe, notamment sa propre plateforme géospatiale.

Il a livré un aperçu de son remaniement des fonctions internes de son organisation, destiné «à faire naître une FAO plus souple, plus alerte et réactive, une organisation "dégraissée", où les chevauchements d'effort sont minimes, qui privilégie l'horizontalité et le décloisonnement; organisation transparente dotée de partenariats ancrés en profondeur et riches de sens; organisation moderne enfin, s'édifiant par l'innovation sur le socle de la science».

Le travail à venir

À l'ouverture de la séance plénière de la conférence régionale informelle, le Directeur général a mis en exergue ses efforts visant à faire mesurer l'efficience des travaux de la FAO vis-à-vis de quatre impératifs: «être concrets, tangibles, participatifs, transparents et cohérents».

Il a d'autre part fait référence à un modèle nouveau d'activité pour la FAO, qui ouvre l'organisation à un plus grand éventail d'acteurs, notamment ceux du secteur privé. 

Des partenariats novateurs, à vertu transformatrice, sont à la base de l'Initiative Main dans la main, qui se veut une plateforme de lancement pour un mode de développement plus innovant, axé sur les données. «Cette approche, qui est porteuse de très riches avantages, doit garantir aux donateurs une utilisation judicieuse de leurs fonds.» À l'avenir, a-t-il ajouté, «un partenariat durable avec le secteur privé offrira de nombreux avantages mutuels, allant au-delà de la simple réception de fonds».

Il a aussi invité le Canada et les États-Unis à soutenir les efforts de la FAO visant à intensifier la révolution numérique dans l'agriculture mondiale, en prêtant leur appui à la Plateforme internationale pour le développement du numérique dans l'alimentation et l'agriculture, plateforme multipartite que la FAO doit héberger. «Viser grand pour réaliser son véritable potentiel», a résumé M. QU. «Le développement du numérique en agriculture est l'avenir et nous devons nous efforcer d'en faire une réalité pour chaque agriculteur familial dans l'ensemble du monde.»

Des représentants du Canada et des États-Unis s'entretiendront des priorités qui s'attachent à cette vision, et de leur collaboration avec la FAO, au cours de cette conférence informelle de deux journées. 

Photo: ©FAO/Alessandra Debenedetti
En haut, à gauche: QU Dongyu, Directeur général de la FAO, à droite, Marie-Claude Bibeau, ministre de l’agriculture et de l’agro-alimentaire du Canada (AAFC), en-dessous à gauche Chris Forbes, ministre adjoint de l’AAFC, Sonny Perdue, secrétaire d’Etat américain à l’agriculture et Nadine Girault, ministre des relations internationales et de la francophonie au Québec.