FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Les coopératives peuvent offrir des solutions à la faim et à la pauvreté selon la présidente du Costa Rica

La FAO nomme des ambassadeurs spéciaux pour les coopératives

Photo: ©FAO/Alessandra Benedetti
Le Directeur général de la FAO, José Graziano da Silva et la Présidente du Costa Rica, Mme Laura Chinchilla

29 mai 2012, Rome - Le modèle coopératif offre des solutions uniques pour "libérer les peuples de la faim et de la pauvreté dans un contexte de mondialisation dans lequel les crises, y compris le changement climatique, touchent tout le monde", la présidente du Costa Rica, Laura Chinchilla, a déclaré aujourd'hui dans un discours à la FAO.


En utilisant l'exemple de son pays, la Présidente a souligné que les coopératives peuvent apporter une contribution majeure au développement durable et à la compétitivité des petits producteurs agricoles.


Le Directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, a présenté le Costa Rica comme un modèle du rôle économique, social et environnemental que les coopératives peuvent jouer. A titre d'exemple, il a cité la production de café par des coopératives du Costa Rica, neutres en carbone.


Chinchilla et Graziano da Silva ont pris part à un événement sur les coopératives organisé en marge du Comité des produits, en réunion à la FAO. L'événement, tenu dans le cadre de l' Année internationale des coopératives proclamée par l'ONU, a connu la participation des ministres et vice-ministres de l'agriculture de la Géorgie, de la Hongrie, d'Israël, d'Italie, du Kenya et du Sri Lanka.


Graziano da Silva a nommé Ambassadeurs spéciaux pour les coopératives, Elisabeth Atangana et Roberto Rodrigues avec le mandat de promouvoir le rôle des coopératives dans la lutte contre la faim.


Atangana, du Cameroun, est présidente du Forum des agriculteurs panafricain et de la plate-forme sous-régionale des organisations paysannes d'Afrique centrale.

Rodrigues, du Brésil, est le président du Conseil Supérieur de l'agro-industrie de la Fédération des industries de São Paulo, ancien ministre de l'Agriculture et de l'approvisionnement du Brésil et ancien président de l'Alliance coopérative internationale.


Atangana et Rodrigues, bien connus comme leaders des associations coopératives et d'agriculteurs, ont été nommés avec le soutien des principales organisations mondiales coopératives et de producteurs agricoles telle que l'Alliance internationale des coopératives, l'Organisation mondiale des agriculteurs, l'Organisation des Femmes Paysannes et Le Comité International de Planification pour la Souveraineté Alimentaire, entre autres.


Atangana s'est engagée à contribuer à la mobilisation de toutes les parties prenantes, y compris les secteurs privé et public ainsi que la société civile, à conjuguer leurs efforts pour "construire un monde dans lequel la sécurité alimentaire et la souveraineté alimentaire sont assurés», avec un développement durable et viable.


Graziano da Silva a souligné que Atangana représente le rôle important des agricultrices pour l'agriculture africaine.

Rodrigues a lancé un défi en acceptant sa nomination: «Nous devons travailler ensemble pour atteindre le Nobel de la Paix pour le mouvement coopératif international".


Il a souligné que les coopératives sont les meilleurs alliés des gouvernements démocratiques pour parvenir à la paix et «le plus grand mouvement social dans le monde", avec quatre milliards de personnes impliquées directement ou indirectement.


"Il n'y a pas un plus grand mouvement pour la paix et la démocratie." Les deux nouveaux Ambassadeurs spéciaux de la FAO vont travailler pour le renforcement des coopératives et leur rôle dans la promotion du développement économique, social et environnemental et du travail des petits agriculteurs du monde.


"Ces nominations sont une reconnaissance de l'importance des coopératives dans la promotion de la sécurité alimentaire et de l'engagement de la FAO dans l'élargissement de sa coopération et dans la promotion d'un dialogue constant avec ce mouvement", a déclaré le Directeur général de la FAO.


Graziano da Silva a ajouté que la FAO, le Fonds international de développement agricole (FIDA) et le Programme alimentaire mondial (PAM), travaillent ensemble pour identifier de nouvelles façons de soutenir les coopératives.