FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

L’index FAO des prix alimentaires en hausse de 1,4 pour cent en septembre

Récolte céréalière mondiale en baisse, mais production record attendue dans les PFRDV

Photo: ©FAO/Alessia Pierdomenica
La demande mondiale de produits laitiers reste ferme
4 octobre 2012, Rome - Après deux mois de stabilité, l'indice FAO des prix des produits alimentaires a enregistré, en septembre 2012, une légère hausse de 1,4 pour cent, soit en augmentation de 3 points par rapport à son niveau d'août.

L'indice, qui mesure les fluctuations mensuelles des cours mondiaux d'un panier de denrées alimentaires de base, a atteint 216 points en septembre, contre 213 points en août. Ce regain de vigueur reflète la fermeté des prix de la viande et des produits laitiers et la hausse plus contenue des cours des céréales. Par contre, les cours du sucre et des huiles ont fléchi.

Actuellement, l'indice est inférieur de 22 points à son pic de 238 points de février 2011, et inférieur de 9 points à son niveau de septembre 2011 quand il avait atteint 225 points. 

L'indice FAO des cours des céréales s'est situé en moyenne à 263 points en septembre 2012, soit 1 pour cent (ou 3 points) de plus qu'en août, la hausse des cours du blé et du riz ayant compensé la baisse des cours du maïs. Alors que les marchés céréaliers étaient tirés ces derniers mois par la fermeté des cours du maïs et la régression des quantités de cette denrée disponibles pour l'exportation, la diminution des approvisionnements en blé est devenue un autre motif de préoccupation. Néanmoins, les cours mondiaux du blé ont fléchi au cours de la deuxième quinzaine de septembre suite à l'annonce par la Fédération de Russie qu'elle n'imposerait pas de restrictions sur ses exportations.

Les cours de la viande et des produits laitiers

L'indice FAO des cours de la viande a atteint en moyenne 175 points en septembre, soit 2,1 pour cent (ou 4 points) de plus qu'en août. Les filières porcine et de la volaille, grandes consommatrices de grains, ont enregistré des gains très importants: de l'ordre de 6 pour cent et 2 pour cent respectivement.

L'indice FAO des cours des produits laitiers a atteint en moyenne 188 points en septembre, soit 7 pour cent (ou 12 points) de plus qu'en août. Il s'agit là de la plus forte augmentation mensuelle jamais atteinte depuis janvier 2011. Les cours des cinq produits laitiers surveillés ont tous enregistré des hausses. La demande mondiale de produits laitiers reste ferme. Alliée à l'augmentation du coût des céréales fourragères, elle sous-tend les cours mondiaux.

Révision à la baisse de la récolte céréalière mondiale

Les projections les plus récentes de la FAO confirment pour 2012 la baisse de la production céréalière mondiale, qui avait enregistré un niveau record en 2011. Cette fois, des récoltes record sont attendues dans les pays à faible revenu et à déficit vivrier (PFRDV).

A présent, la production céréalière mondiale pour 2012 devrait atteindre 2 286 millions de  tonnes, soit un peu moins que les 2 295 millions de tonnes estimées en septembre, selon le dernier rapport trimestriel de la FAO Perspectives de récoltes et situation alimentaire, qui paraît également aujourd'hui en même temps que l'indice FAO des prix des produits alimentaires.

Selon les prévisions actuelles, la production céréalière mondiale en 2012 serait inférieure de 2,6 pour cent par rapport à la récolte record de l'année précédente, mais proche du niveau de la deuxième plus abondante récolte de 2008. La diminution globale comprend des réductions de production de 5,2 pour cent pour le blé et de 2,3 pour cent pour les céréales secondaires.

Cela devrait se traduire par une réduction significative des stocks céréaliers mondiaux à la clôture des campagnes en 2013 (baisse de 28 millions de tonnes pour atteindre 499 millions de tonnes), même avec une demande mondiale en régression du fait des prix élevés. La production a été affectée par la sécheresse dans les principales régions productrices, notamment les Etats-Unis, l'Europe et l'Asie centrale.

Cependant les toutes premières indications pour les cultures de blé de 2013 sont encourageantes, avec les semis de blé d'hiver dans l'hémisphère nord déjà bien avancés et accompagnés de conditions météorologiques généralement favorables.

Des récoltes record dans les PFRDV

Pour en revenir au rapport Perspectives de récoltes et situation alimentaire, signalons qu'il attire l'attention sur la situation alimentaire des pays en développement et, en particulier, les pays à faible revenu et à déficit vivrier.

Selon ses prévisions, la production céréalière globale des PFRDV pour 2012 atteindrait un niveau record de 534 millions de tonnes, soit en hausse de 1,7 pour cent par rapport à la bonne récolte de 2011. Hors l'Inde, le plus grand pays de ce groupe qui devrait connaître une stagnation de sa production céréalière totale cette année, la production céréalière globale des 65 autres PFRDV devraient croître de 2,9 pour cent.

Néanmoins, les prix actuellement élevés devraient projeter la facture des importations céréalières 2012/13 des PFRDV à un niveau record de 36,5 milliards de dollars contre 35,2 milliards en 2011/12.

En Afrique du Nord, la production de blé a fortement diminué au Maroc en raison de conditions météorologiques défavorables. Comme la sous-région est fortement dépendante des importations de blé, l'alourdissement de la facture des importations ajoutée au coût des produits alimentaires subventionnés entraîneront des pressions budgétaires accrues.

En Afrique de l'Ouest, malgré les perspectives de récolte favorables dans la région, la situation de la sécurité alimentaire dans le Sahel demeure préoccupante, près de 19 millions de personnes ayant besoin d'une assistance permanente en raison principalement des effets persistants des mauvaises récoltes de l'an dernier. La menace acridienne reste également un sujet de grave préoccupation.

Amélioration en Afrique orientale

En Afrique orientale, la sécurité alimentaire dans l'ensemble a commencé à s'améliorer avec le début de la saison des récoltes dans plusieurs pays. Elle est marquée par la baisse des prix des denrées alimentaires et l'amélioration de la productivité de l'élevage en raison de pluies plus abondantes. Cependant, environ 13,4 millions de personnes dans la Corne de l'Afrique ont encore besoin d'aide humanitaire.

En Afrique australe, une période de sécheresse prolongée a provoqué une chute de la production céréalière globale en 2012, plusieurs pays ayant enregistré des baisses importantes, notamment le Lesotho. Les maigres récoltes céréalières ont contribué à une augmentation du nombre de personnes en situation d'insécurité alimentaire.

En Asie de l'Est, la récolte céréalière globale de 2012 devrait, selon les estimations, dépasser la récolte record de 2011. Toutefois, le retard de la mousson et des conditions météorologiques capricieuses dans certains pays pourraient fausser les pronostics. Des récoltes plus abondantes devraient permettre de réduire les importations globales de céréales.

Syrie, une préoccupation de taille

Toujours sur le continent asiatique mais plus à l'ouest, la détérioration de la sécurité alimentaire en Syrie et au Yémen du fait des troubles civils continue d'être une préoccupation majeure. En Syrie, le nombre de personnes ayant besoin d'une aide alimentaire d'urgence est passé à 1,5 million et pourrait doubler d'ici la fin de l'année si la situation actuelle ne s'améliore pas. Au Yémen, 10 millions de personnes, soit près de la moitié de la population, ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence du fait à la fois des niveaux élevés de la pauvreté, de la prolongation du conflit et des prix élevés de la nourriture et des carburants. Mais en Afghanistan, on a assisté à une récolte exceptionnelle de blé.

Dans les pays de la CEI, la production céréalière a fortement diminué par rapport aux niveaux de l'an dernier. La baisse des disponibilités exportables de la région a entraîné une hausse des prix régionaux et renforcé dans les pays importateurs les prix intérieurs de la farine de blé, principal aliment de base.

Perspectives de récoltes et situation alimentaire répertorie 35 pays, dont 28 en Afrique, affectés par l'insécurité alimentaire et nécessitant une aide alimentaire extérieure.