FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Le chef de la FAO: Agir pour briser le cycle de la faim dans les zones arides

Conférence internationale sur la sécurité alimentaire dans les terres arides

Photo: ©FAO
Les communautés rurales ont besoin d'investissements responsables
14 novembre 2012, Rome - Les conflits, les sécheresses à répétition et la volatilité des prix des denrées alimentaires plongent les pays d'Afrique et du Proche-Orient dans le piège de la faim mais il y a moyen de s'en sortir, a déclaré aujourd'hui M. Graziano da Silva, Directeur général de la FAO, à la Conférence internationale de Doha sur la sécurité alimentaire dans les terres arides.

La conférence réunit pendant deux jours dans l'émirat de Qatar des représentants de gouvernements, d'universités, d'organismes de développement, de banques, de la société civile et du secteur privé de 60 pays pour discuter de la sécurité alimentaire, de l'eau et des investissements dans les pays arides.

La réunion de Doha doit déboucher sur des recommandations pour des initiatives dans ces trois domaines, qui alimenteront les politiques, stratégies et investissements espérés pour stimuler la production agricole, améliorer la sécurité alimentaire et accroître la résilience aux chocs futurs des prix alimentaires.

«Nous sommes en train de perdre la bataille contre la faim en Afrique et au Proche-Orient», a déploré M. Graziano da Silva devant les participants à la conférence tout en soulignant que le nombre de personnes souffrant de la faim dans ces régions a augmenté de 83 millions pour passer à 275 millions depuis le début des années 90.

«La dégradation des ressources naturelles dans les pays arides menace plus de deux milliards de personnes», a averti M. Graziano da Silva.

Il a appelé la communauté internationale à travailler en étroite collaboration avec les pays des zones arides pour briser le cycle de la faim tout en mettant en évidence les points suivants:
  • améliorer l'information sur les terres arides pour soutenir la gestion durable des ressources en terre et en eau;
  • stimuler l'intensification durable de l'agriculture et adapter la production aux changements climatiques;
  • renforcer la résilience des communautés rurales et accroître les investissements responsables dans le développement agricole et rural.
  • développer la gouvernance mondiale de la sécurité alimentaire en s'appuyant sur le Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA), organisme intergouvernemental de politique alimentaire.

«Le problème le plus urgent dont nous débattons aujourd'hui est peut-être la question des investissements dans l'agriculture», a dit M. Graziano da Silva, ajoutant que les investissements sont nécessaires pour «respecter les droits, les moyens de subsistance et les ressources de toutes les personnes concernées, notamment les plus vulnérables».

Le Directeur général de la FAO a indiqué que les vues exprimées au cours de la conférence sur les investissements devraient alimenter un processus de consultation mondial étalé sur deux ans, qui sera réalisé dans le cadre du Comité de la sécurité alimentaire en vue d'élaborer des principes pour les investissements responsables dans l'agriculture.

«A la Conférence de Rio+20 sur le développement durable qui s'est tenue en juin dernier, les dirigeants du monde ont adressé un message clair, à savoir que le développement ne peut être durable alors que des centaines de millions de personnes continuent d'être exclues et souffrent de la faim et de l'extrême pauvreté», a rappelé M. Graziano da Silva.

«Si nous pouvons trouver des solutions durables pour assurer la sécurité alimentaire dans les zones arides, alors nous serons sur la bonne voie pour atteindre l'objectif d'un monde 'faim zéro'», a conclu M. Graziano da Silva.

La Conférence internationale sur la sécurité alimentaire dans les zones arides est organisée par le Programme national de sécurité alimentaire du Qatar avec le soutien de la FAO et d'autres organisations internationales et régionales.