FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

L'Union européenne et la FAO mettent en exergue le soutien à la nutrition et à la sécurité alimentaire au Malawi

Le commissaire européen Andris Piebalgs et le Directeur général de la FAO en visite officielle

Photo: ©FAO/ivan Grifi
La malnutrition reste endémique au Malawi malgré les progès réalisés dans la lutte contre la faim
5 mars 2013, Bruxelles/Rome/Lilongwe - Au cours d'une visite de haut niveau au Malawi, Andris Piebalgs, commissaire européen chargé du développement, et José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO, ont rencontré aujourd'hui Joyce Banda, Présidente du Malawi, afin d'examiner avec elle les défis auxquels son pays est confronté dans le domaine de la nutrition et de la sécurité alimentaire et de mettre l'accent sur l'aide en cours de l'UE et de la FAO dans ce domaine.

Bien que le Malawi ait progressé dans sa lutte contre la faim, la malnutrition y reste endémique, plus de 47 % des enfants souffrant d'un retard de croissance (dû à un accès insuffisant à une alimentation nutritive) qui entrave leur développement. La malnutrition rend également plus vulnérable face à des maladies telles que le sida, le paludisme et la tuberculose.

Avant la réunion, M. Piebalgs a déclaré: «L'UE et la FAO partagent la même vision de la nutrition et de la sécurité alimentaire et elles uniront leurs forces pour aider le Malawi et tous les pays d'Afrique subsaharienne à affronter ce problème. C'est la raison pour laquelle j'ai annoncé mon engagement à réduire d'au moins sept millions le nombre d'enfants en retard de croissance dans le monde d'ici 2025, et je suis pleinement déterminé à concrétiser cet engagement.»

De son côté, José Graziano da Silva a souligné: «Le Malawi s'est engagé au plus niveau à éradiquer la faim et l'extrême pauvreté. Il reconnaît le droit à l'alimentation, investit plus de 10 % de son budget national dans l'agriculture et est passé du statut d'importateur de riz à celui d'exportateur. Ce faisant, il est en voie de réaliser l'Objectif du Millénaire pour le développement visant à réduire la faim. La FAO continuera d'appuyer les efforts déployés par le gouvernement malawien pour promouvoir la sécurité alimentaire et la nutrition et combattre l'extrême pauvreté dans le pays, dans le cadre d'une approche intégrée et coordonnée associant le secteur de la protection sociale et d'autres secteurs qui contribuent à la réalisation de ces objectifs.»

Au cours des rencontres prévues avec les ministres et autorités malawiens, le commissaire Piebalgs et M. Graziano da Silva devraient souligner l'importance de mettre en place des mécanismes de coordination efficaces entre les différents ministères pour garantir la sécurité alimentaire.

Ils visiteront une série de projets de l'UE, notamment des centres pour la sécurité alimentaire et l'agriculture, ainsi qu'une installation de stockage de céréales financée par la FAO. Ils rencontreront également des représentants du secteur privé, avec lesquels ils discuteront de l'importance d'investir dans le secteur agricole qui emploie 87 % de la population et représente environ 36 % du PIB, ainsi que plus de 70 % des recettes d'exportation.

Historique

En novembre 2012, à l'occasion des Journées européennes du développement organisées par l'UE à Bruxelles, le commissaire Piebalgs et la présidente Banda ont signé deux accords. Le premier, qui prévoit un montant de 63 millions d'euros en faveur de l'agriculture, vise à renforcer la productivité agricole et à étendre la superficie des terres irriguées, ce qui permettra de doubler les revenus des ménages travaillant dans l'agriculture et de contribuer à une croissance annuelle de 6 % au Malawi.

Le second porte sur une contribution de l'UE à hauteur de 35 millions d'euros qui financera des transferts de liquidités en faveur de ménages extrêmement démunis pour les aider à sortir de la pauvreté et à ne plus souffrir de la faim. Cette mesure permettra aux familles de mieux faire face à certaines difficultés, comme l'augmentation du prix des denrées alimentaires, et d'améliorer le taux de scolarisation et la situation sanitaire. Au total, 83 000 ménages devraient bénéficier de cette aide de l'UE.

L'UE est un donateur important au Malawi, où il a dépensé 605 millions d'euros au titre du 10ème Fonds européen de développement (FED) sur la période 2008-2013. Ce montant se répartit comme suit: appui budgétaire général (196 millions), agriculture et sécurité alimentaire (188 millions) et interconnexion régionale (70 millions), en particulier l'infrastructure routière. Le reste est alloué à des domaines tels que la gouvernance, le commerce, l'eau, la lutte contre le sida et la parité entre les hommes et les femmes.

Depuis 1986, la FAO aide le Malawi à élaborer et à mettre en œuvre des politiques et des programmes visant à améliorer l'agriculture, l'exploitation forestière et la pêche, et à garantir une sécurité alimentaire et une nutrition correcte pour tous.

Au cours de l'année à venir, la FAO veillera à assister le pays dans la mise en œuvre de son approche sectorielle relative à l'agriculture, qui prend en compte les priorités de la stratégie révisée de croissance et de développement du Malawi et du Programme détaillé de développement de l'agriculture africaine (PDDAA) de l'Union africaine.

La FAO, en partenariat avec la Commission de l'Union africaine, la Commission européenne et des partenaires tels que l'Instituto Lula au Brésil, appellera également les États membres, la société civile, le secteur privé, les communautés économiques régionales et les partenaires de développement à se joindre au partenariat proposé en vue d'intensifier les efforts visant à éradiquer la faim en Afrique.

La participation de l'Organisation à ce partenariat s'inscrit dans le droit fil des efforts qu'elle a déployés récemment pour renforcer l'identification et l'élaboration d'un ensemble de produits et de services ciblés demandés par les États membres et susceptibles d'avoir un impact concret dans le pays. À cette fin, la FAO collabore avec l'ensemble des États membres à la mise en place de cadres de programmation pour le pays qui définissent les domaines d'intervention prioritaires.

Ce partenariat et la nouvelle stratégie de décentralisation de la FAO offrent la possibilité d'obtenir des résultats concrets et d'exercer un impact maximum.