FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Le Directeur général souligne les progès accomplis en matière de réforme et dévoile le nouveau Programme de travail et budget

José Graziano da Silva ouvre le Conseil de la FAO

Photo: ©FAO/Alessia Pierdomenico
Le Directeur général de la FAO José Graziano da Silva a ouvert les débats

22 avril 2013, Rome - Le Directeur général de la FAO M. José Graziano da Silva s'est exprimé aujourd'hui en ouverture du Conseil de l'Organisation, présentant le Programme de travail et budget 2014-2015, qui prévoit une augmentation de 1 pour cent du budget réel, afin de soutenir les efforts de la FAO pour combattre la faim et la malnutrition et encourager un développement agricole durable.

Le Directeur général a également souligné les progrès accomplis en 2012 pour limiter la bureaucratie et réduire d'autres coûts, afin d'optimiser le fonctionnement de la FAO.

«Nous parlons d'une transformation ambitieuse, qui vient juste de commencer et dont les effets ne se voient pas toujours immédiatement. Il n'en est pas moins essentiel que la FAO puisse fonctionner efficacement au XXIème siècle et remplir le rôle pour lequel elle a été créée», a-t-il précisé.

Améliorer l'efficacité, renforcer les moyens sur le terrain

Revenant sur les 16 mois qui se sont écoulés depuis qu'il est à la tête de l'Organisation, M. Graziano da Silva a fait observer qu'outre les 6,5 millions de dollars d'économies que les pays membres avaient chargé la FAO de trouver, celle-ci a pu réduire ses coûts de 19,3 millions de dollars supplémentaires. Les économies dégagées, qui représentent au total 25,8 millions de dollars, soit quatre fois la somme nécessaire, concernent essentiellement les coûts administratifs, en particulier du siège.

M. Graziano da Silva a également souligné que ces économies ont servi à faire progresser la décentralisation de l'Organisation, y compris la création de 55 postes de cadres dans le monde, tout en préservant la capacité technique du siège.

«Comme je l'ai déjà fait valoir, je pense qu'une forte présence sur le terrain est la clé pour faire de la FAO une organisation détentrice de savoirs réellement ancrée dans le concret», a ajouté M. Graziano da Silva.

Le Directeur général a demandé aux pays membres de tenir compte, lors de la discussion du Programme de travail et budget, des efforts consentis pour rationaliser la gestion: économies sans précédent, réduction globale des postes permanents et augmentation nette des postes décentralisés.

M. Graziano da Silva a estimé que les changements importants déjà entrepris, et ceux qui sont encore nécessaires, façonneront une nouvelle FAO tendue vers ses objectifs ultimes. «Pour la première fois de son histoire, le budget de l'Organisation sera dicté par ses objectifs et par les résultats qu'elle vise, et pas uniquement par ses activités.»

L'accent mis sur la protection sociale

M. Graziano da Silva se propose de renforcer les capacités de la FAO dans le domaine de la protection sociale. Le raisonnement, a-t-il affirmé, est assez simple.

«La principale mission de la FAO consiste à éradiquer la faim. À la création de l'Organisation après la seconde guerre mondiale, la faim s'expliquait avant tout par l'insuffisance de la production alimentaire. À l'époque, la seule et unique priorité était d'augmenter la production», a-t-il rappelé.

Aujourd'hui, a-t-il encore expliqué, bien que la production alimentaire ait augmenté de manière exponentielle, près de 870 millions de personnes de par le monde souffrent encore de sous-nutrition chronique.

«Le problème actuel est plus complexe et plus difficile à résoudre. Actuellement, la faim s'explique essentiellement par un accès insuffisant à la nourriture, ce qui est lié à la pauvreté, notamment à la pauvreté rurale. Ainsi, améliorer la protection sociale renforce efficacement la capacité des populations pauvres à acheter les aliments dont elles ont besoin à court terme. Ces mesures complètent les initiatives s'attachant à renforcer la productivité des petits exploitants et à soutenir l'emploi rural», a précisé le Directeur général.

M. Graziano da Silva a également noté que l'accent doit être mis sur quatre grands domaines d'action: le Programme de coopération technique (l'essentiel des travaux d'expertise technique de la FAO sur le terrain), l'intégration de la protection sociale aux efforts de réduction de la pauvreté, les domaines de la communication, du plaidoyer, des partenariats et du développement des capacités, enfin, les fonctions de suivi et d'évaluation.

Principaux thèmes à l'ordre du jour

Dans son nouveau Programme de travail et budget, la FAO sollicite une augmentation de moins de un pour cent, qui suscitera de grands changements dans sa manière de travailler. Le PTB prévoit notamment:

. une augmentation budgétaire de 10 millions de dollars visant à renforcer les domaines d'action prioritaires comme le Programme de coopération technique (contributions techniques de la FAO sur le terrain), y compris la capacité de protection sociale;

. le développement et la mise en œuvre d'initiatives programmatiques régionales dans le cadre des Objectifs stratégiques et des plans d'action correspondants;

. la poursuite de la décentralisation.

Le Conseil de la FAO a confirmé la nomination de Mme Maria Helena Semedo comme Directrice générale adjointe (Connaissances). Mme Semedo, originaire du Cap-Vert, a rejoint l'Organisation en 2003 comme Représentante de la FAO au Niger, puis en 2008 a été nommée Représentante régionale adjointe en Afrique et Coordinatrice sous-régionale pour l'Afrique de l'Ouest.