FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

L’UE continuera à renforcer la résilience des populations pauvres

La FAO salue plusieurs institutions et individus pour leur action exceptionnelle contre la faim – et compte trois nouveaux pays membres

Photo: ©FAO/Giulio Napolitano
Le Directeur General de la FAO, José Graziano da Silva, et le Président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

15 juin 2013, Rome - L'Union européenne (UE) continuera à renforcer la résilience à long terme des plus vulnérables, à s'attaquer aux causes de la faim et de la pauvreté, et à améliorer la nutrition, a annoncé José Manuel Barroso lors de la Conférence de la FAO.

Le président de la Commission européenne a accepté un prix pour l'initiative de l'UE, qui a consacré 1 milliard d'euros à la lutte contre la faim. Cette initiative a été mise en œuvre avec le concours de la FAO pour faire face à la hausse des prix des denrées alimentaires dans les pays pauvres.

En présentant cette distinction, le Directeur général de la FAO M. José Graziano da Silva a félicité l'UE pour avoir utilisé l'agriculture comme solution face à la crise: «Suite à ces efforts, parmi d'autres, l'agriculture et la sécurité alimentaire apparaissent une fois de plus comme des points d'entrée de stratégies de croissance et de développement dans de nombreux pays, et sont de plus en plus désignées comme des priorités de l'aide internationale au développement.»

La cérémonie a eu lieu le premier jour de 38e Conférence de la FAO. M. Barroso a accepté le prix Jacques Diouf pour la «Facilité alimentaire de l'UE», lancée pour faire face à la crise des prix alimentaires en 2008-2011. Cette action a aidé 59 millions de personnes dans 50 pays.

«Les programmes financés au titre de la Facilité alimentaire ont permis aux petits exploitants d'augmenter et de diversifier leurs sources de revenus, par une meilleure gestion des terres, du bétail et de l'eau», a expliqué M. José Manuel Barroso. «Les bénéficiaires ont vu leur production agricole progresser de 50 %, et les revenus annuels de leur ménage ont augmenté en moyenne de 290 euros. Ils ont aidé à sauver les vies des personnes les plus vulnérables à la hausse des prix, surtout les femmes et les enfants.»

«La semaine prochaine, j'assisterai au Sommet du G8 à Lough Erne où j'insisterai une fois de plus sur la nécessité de faire de la malnutrition de l'histoire ancienne. Ce doit être l'une des priorités de l'agenda international du développement.»

Le président de la Commission européenne a souligné que l'UE continuera à agir face aux crises alimentaires dans les régions vulnérables telles le Sahel et la corne de l'Afrique, qui sont touchées par la pauvreté, les problèmes climatiques, l'augmentation et la volatilité des prix alimentaires, la pression exercée sur les ressources naturelles, une croissance démographique rapide, une gouvernance fragile, et l'instabilité politique.

Autres prix

L'UE partage son prix avec l'ONG indienne Self Employed Women's Association (SEWA), qui aide les femmes extrêmement pauvres en assurant des services en matière de vulgarisation agricole, de soutien financier, d'alphabétisation, d'éducation, d'assistance, de logement, et de santé.

«Quand les femmes assurent sécurité alimentaire familiale, elles sont en mesure d'éduquer leurs enfants, d'économiser, des faire des plans pour l'avenir, de participer à la planification et aux processus décisionnels», a témoigné Reema Nanavaty, qui représentait la SEWA. «La sécurité alimentaire confère un sens de dignité et d'estime de soi.»

Le Kenya Forest Service a également remporté un prix de la FAO pour son projet en faveur du développement durable des moyens d'existence dans le complexe de la forêt Mau. Il a reçu le prix Edouard Saouma, qui distingue une institution ou plusieurs institutions ayant mis en œuvre, efficacement, un projet financé dans le cadre du Programme de coopération technique (PCT) de la FAO.

«Le projet a créé de nouveaux moyens d'existence pérennes au sein des communautés forestières adjacentes, et le Service a observé une incidence moindre des activités destructives menées dans la forêt», a expliqué David K. Mbugua au nom du Kenya Forest Service.

L'équipe du journal The Guardian consacrée au développement mondial a été récompensée pour ses articles sur l'agriculture, la sécurité alimentaire et la pauvreté, et notamment sur les progrès réalisés pour accomplir les objectifs du Millénaire pour le développement. L'équipe a reçu le prix A.H. Boerma, qui est attribué tous les deux ans à un ou plusieurs journalistes ayant contribué à attirer l'attention du public sur les problèmes alimentaires dans le monde.


L'Organización del Sector Pesquero y Acuícola del Istmo Centroamericano a quant à elle obtenu la médaille Margarita Lizárraga 2012-2013 pour sa contribution majeure au développement durable de la pêche et de l'aquaculture et à l'application concrète et tangible du Code de conduite pour une pêche responsable dans les pays d'Amérique centrale.

Trois spécialistes de la FAO chargés des opérations sur le terrain ont vu leurs efforts récompensés par les prix B.R. Sen pour leur contribution remarquable aux progrès réalisés dans leurs pays d'affectation.

Le prix 2011 est partagé par David Doolan et Patrick Durst. Par son expertise technique, ses qualités de leadership et sa capacité à faire avancer les opérations malgré un environnement difficile a permis à des communautés entières à sortir de la pauvreté au Pakistan. Forestier principal, Patrick Durst a été salué pour ses contributions à la foresterie en plus de 19 ans de carrière dans la région Asie-Pacifique.

Le prix Sen 2012 est allé à Luca Alinovi, Fonctionnaire principal à la Division des opérations d'urgence et de la réhabilitation et responsable du Bureau de la FAO en Somalie et responsable du bureau de la FAO en Somalie, pour ses qualités de leadership exceptionnelles, ses approches innovantes et une progression majeure des opérations dans un pays miné par la famine.

De nouveaux pays membres

La Conférence a voté l'adhésion du Brunéi Darussalam, de Singapour et du Soudan du Sud. Ces trois pays portent à 197 le nombre total de membres de la FAO, qui comprent 194 pays, 1 organisation (Union européenne) et deux membres associés (Îles Féroé et Tokelau).