FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

L’Annuaire statistique de la FAO brosse un tableau détaillé de l’alimentation et de l’agriculture

Nouvel éclairage sur les émissions de gaz à effet de serre dues à la production alimentaire

Photo: ©FAO//Franco Mattioli
Les émissions de gaz à effet de serre de l’agriculture ont progressé de 1,6% par an entre 2000 et 2010

19 juin 2013, Rome - L'édition 2013 de l'Annuaire statistique de la FAO publiée aujourd'hui apporte un éclairage nouveau sur la contribution de l'agriculture au réchauffement climatique, sur l'évolution de la faim et de la malnutrition ou encore sur l'état des ressources naturelles dont dépend la production alimentaire mondiale.

Les émissions de gaz à effet de serre de l'agriculture ont progressé de 1,6 pour cent entre 2000 et 2010, indiquent les nouvelles données de la FAO présentées dans l'Annuaire 2013. La production annuelle totale du secteur atteignait en 2010 les 5 milliards de tonnes d'équivalent dioxyde de carbone (CO2 eq, unité servant à comparer et à agréger les différents gaz à effet de serre). Cela équivaut à 10 pour cent de l'ensemble des émissions de gaz à effet de serre anthropiques.

Parmi les différents segments de l'agriculture, l'élevage et le recours aux engrais de synthèse sont les plus grands contributeurs, si l'on excepte les émissions dues à la réaffectation des terres et aux incendies naturels.

Publication annuelle, l'Annuaire statistique de la FAO fait autorité sur les principales tendances qui façonnent l'alimentation et l'agriculture mondiales aujourd'hui. Sur chaque thème, une brève analyse des grandes tendances s'accompagne de visualisations graphiques ainsi que de tableaux présentant les indicateurs clés.

Les sujets abordés incluent: les capitaux et les investissements, le changement climatique, les disponibilités alimentaires, la production et les échanges de denrées alimentaires, les prix alimentaires, la faim et la malnutrition, les conséquences de l'instabilité politique et des catastrophes humaines et naturelles, l'état des ressources agricoles, leur viabilité et leur incidence sur l'environnement.

Faits et chiffres clés

Faim et malnutrition

  • Près de 870 millions de personnes, soit 12,5 pour cent de la population mondiale, étaient sous-alimentées en 2010-2012, la grande majorité d'entre elles (852 millions) vivant dans les pays en développement.
  • Entre 2005 et 2011, un pays africain sur quatre présentait un taux de retard de croissance d'au moins 40 pour cent. Ce taux dépassait aussi 40 pour cent en Asie du Sud et du Sud-Est durant la même période, en particulier en Inde, en République démocratique du Laos, au Népal et au Timor-Leste.
  • Ce sont les pays d'Afrique qui présentent les taux de prévalence de l'insuffisance pondérale les plus marqués. Entre 2005 et 2011, 16 pays africains affichaient un taux de prévalence de l'insuffisance pondérale d'au moins 20 pour cent, les chiffres les plus élevés se rencontrant dans la Corne de l'Afrique.

Production et approvisionnement alimentaires

  • La production agricole mondiale a été multipliée par trois au cours des 50 dernières années, en grande partie grâce à la hausse des rendements par unité de terre et à l'intensification des cultures.
  • L'approvisionnement alimentaire mondial par personne s'est porté d'environ 2.200 kcal/jour au début des années 60 à plus de 2.800 en 2009. Avec des disponibilités alimentaires de 3370 kcal/personne/jour, l'Europe présente actuellement l'approvisionnement alimentaire moyen par habitant le plus élevé.
  • Les céréales occupent plus de la moitié de la superficie cultivée dans le monde et constituent la principale source d'alimentation humaine. Sur les 2,3 milliards de tonnes de céréales produites chaque année, un milliard est destiné à la consommation humaine, 750 millions de tonnes servent à la consommation animale et 500 millions de tonnes sont transformées par l'industrie, utilisées comme semences ou gaspillées.

Tendances économiques

  • Après dix ans de croissance ralentie dans les années 90, les dépenses publiques mondiales consacrées à la R&D en agriculture ont progressé à un rythme régulier, se portant de 26,1 milliards de dollars en 2000 à 31,7 milliards de dollars en 2008. L'essentiel de cette augmentation a eu lieu dans les pays en développement. La Chine et l'Inde représentent près de la moitié de ces dépenses, mais d'autres pays – notamment l'Argentine, le Brésil, la Fédération de Russie, l'Iran et le Nigéria –  ont également beaucoup augmenté leurs dépenses publiques consacrées à la R&D en agriculture. Ces tendances masquent néanmoins les évolutions défavorables constatées dans de nombreux petits pays plus pauvres et moins avancés sur le plan technologique.
  • Dopée par les prix élevés des produits de base, l'agriculture a fait preuve d'une résilience étonnante pendant la crise économique mondiale. En 2010, la valeur ajoutée agricole à l'échelle mondiale a augmenté de 4 pour cent, tandis que le PIB mondial ne progressait que de 1 pour cent.

L'édition 2013 de l'Annuaire statistique de la FAO a été publiée pendant la réunion annuelle de la Conférence de l'Organisation qui se tient au siège de la FAO à Rome du 15 au 22 juin.