FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

La FAO salue Nelson Mandela comme le champion du droit à l’alimentation

Le Directeur général rend hommage à l’ancien Président d’Afrique du Sud

UN Photo/Pernaca Sudhakaran
Nelson Mandela, alors Vice-Président du Congrès national africain (ANC), à l'ONU à New York, le 22 juin 1990

6 décembre 2013, Rome - "Nous avons perdu un des plus ardents défenseurs du droit à l'alimentation", a déploré le Directeur général de la FAO José Graziano da Silva, en apprenant le décès de Nelson Mandela, ancien Président d'Afrique du Sud.

"En véritable champion des droits de l'homme, Nelson Mandela avait compris que la faim qui affligeait des millions de personnes était injuste et insoutenable", a indiqué le Directeur général.

"A la FAO, nous n'avons cessé d'être inspirés par les appels répétés de Mandela à affronter le problème de la faim ainsi que les nombreux maux sociaux et économiques qui en étaient, soit la cause, soit l'effet", a déclaré M. Graziano da Silva.

"Mandela avait compris qu'un homme, une femme ou un enfant affamés ne peuvent être véritablement libres. Il avait compris que pour éliminer la faim, le problème n'était pas tant de produire davantage de nourriture, mais d'affirmer la volonté politique de donner aux populations un accès aux ressources et aux services qui leur sont indispensables pour acheter ou produire une nourriture saine et en quantité suffisante".

En 2009, l'ONU proclamait le 18 juillet "Journée internationale Nelson Mandela". Et M. Graziano da Silva a souligné que lors des célébrations de son 95ème anniversaire le 18 juillet dernier, le gouvernement sud-africain avait choisi à juste titre de mettre en lumière les questions de sécurité alimentaire et de nutrition, même si l'ancien père de la nation sud-africaine et militant contre l'apartheid était trop malade pour pouvoir y participer.

"Nelson Mandela a été pour moi personnellement une source d'inspiration durant les 30 ans que j'ai consacrés à améliorer la sécurité alimentaire dans le monde, et il continuera de nous animer dans notre travail à la FAO," a affirmé M. Graziano da Silva.

"Nous lui sommes redevables d'avoir élevé la voix contre la faim. Mais surtout, nous devons aux 842 millions de personnes dans le monde qui souffrent de sous-alimentation chronique de redoubler d'efforts pour éliminer la faim de notre vivant".