FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Fléchissement de l'Indice FAO des prix alimentaires malgré la hausse des prix des produits laitiers

Les bonnes perspectives de la production maintiennent les prix des céréales à la baisse

Photo: ©FAO/Pius Ekpei
L'indice se base sur un panier des cours internationaux des principaux produits alimentaires

6 février 2014, Rome - L'Indice FAO des prix des produits alimentaires de janvier a reculé pour la première fois en 3 mois, la hausse des prix des produits laitiers ayant été neutralisée par la baisse des cours des céréales, du sucre, des huiles et de la viande.

L'Indice, qui mesure la variation mensuelle des cours internationaux d'un panier de denrées alimentaires, avoisinait les 203,4 points en janvier 2014, soit un fléchissement de 1,3 pour cent par rapport à décembre et de 4,4 pour cent par rapport à janvier 2013.

"Nous assistons à une baisse des prix due à l'abondance de l'offre, elle pourrait cependant être limitée par une forte reprise de la demande, comme un rythme accru des importations en provenance d'Asie", a indiqué l'économiste de la FAO, Abdolreza Abbassian.

Le sucre et les huiles végétales ont accusé des fléchissements, respectivement de 5,6 et 3,8 pour cent. Parallèlement, des récoltes céréalières exceptionnelles ont contribué à faire baisser les cours des céréales, de 1,6 pour cent par rapport à décembre, et jusqu'à 23 pour cent par rapport à janvier 2013. Même les cours de la viande, qui s'étaient raffermis au cours des derniers mois, ont légèrement diminué en janvier.

"La seule exception notable a été une hausse des prix des produits laitiers. L'Indice FAO des prix laitiers s'est établi à 267,7 points en janvier, soit un accroissement de 1,3 pour cent, traduisant une demande soutenue, en particulier de Chine, d'Afrique du Nord, du Moyen-Orient et de Fédération de Russie, a déclaré Michael Griffin, expert FAO du marché des produits de la viande et des produits laitiers.

Reprise de la production céréalière

La FAO a également publié ses dernières estimations de la production mondiale de céréales pour 2013. Elle s'est établie au chiffre record de 2 502 millions de tonnes, soit 8,5 pour cent de plus qu'en 2012, une croissance plus forte que prévu. La récolte céréalière exceptionnelle de 2013 devrait contribuer à reconstituer les réserves mondiales qui, selon la FAO, pourraient atteindre les 573 millions de tonnes, en hausse de 13,5 pour cent par rapport à la campagne précédente.

A ce niveau, le rapport mondial stocks/utilisation atteindrait les 23,5 pour cent en 2013/14, sa plus haute valeur depuis 2002/03, et nettement supérieure à son plancher historique de 18,4 pour cent en 2007/08.

Perspectives positives pour les premières récoltes de 2014

Sur la base des dernières informations, la FAO estime que les perspectives initiales des récoltes qui seront rentrées en 2014 devraient être favorables. Cette opinion est partagée par un rapport distinct publié aujourd'hui par le Système d'information sur les marchés agricoles (AMIS), une initiative du G20 hébergée à la FAO et gérée par dix organisations internationales.

Le rapport de février AMIS Market Monitor attribue les perspectives positives des récoltes de 2014 aux conditions favorables pour le blé d'hiver dans l'hémisphère nord et aux situations meilleures que prévu du maïs et du soja dans l'hémisphère sud.

La production céréalière record et l'accroissement des stocks ont déjà entraîné un repli important des prix, facteur qui, selon la FAO, dope le commerce mondial en 2013/14 qui s'élève à 321,4 millions de tonnes, soit un nouveau record et un relèvement de quelque 4 pour cent par rapport à la campagne précédente.

Les prix bas stimulent la demande, et l'utilisation mondiale de céréales en 2013/14 devrait s'établir à 2 415 millions de tonnes, en hausse de 92 millions de tonnes. L'essentiel de cette expansion sera dû à une plus grande utilisation de céréales secondaires (en particulier de maïs) pour l'alimentation animale.