FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

La Conférence régionale affronte les pertes et gaspillages alimentaires au Proche-Orient et en Afrique du Nord

La Région perd jusqu’à un tiers des aliments produits et importés

Photo: ©FAO/Ami Vitale
Les Gouvernements se sont engagés à réduire les pertes et gaspillages alimentaires dans la région de 50% en dix ans

25 février 2014, Rome – La réduction des pertes et gaspillages alimentaires sera déterminante pour améliorer les disponibilités alimentaires, atteindre la sécurité alimentaire et diminuer la pression exercée sur les ressources naturelles dans la région à forte croissance du Proche-Orient et de l'Afrique du Nord, affirme la FAO.

La région dépend des importations pour satisfaire plus de 50 pour cent de ses besoins alimentaires. Or, elle perd jusqu'à un tiers de la nourriture qu'elle produit et importe – entre 14 et 19 percent des céréales, 26 pour cent du poisson et des produits de la mer, 13 pour cent de la viande et 45 pour cent des fruits et légumes.

La FAO a proposé un Cadre stratégique régional visant à réduire les pertes et gaspillages alimentaires qui a été examiné par les participants de la Conférence régionale pour le Proche-Orient qui se tient à Rome du 24 au 28 février.

Les Gouvernements de la région ont pris l'engagement de réduire ces pertes et gaspillages de 50 pour cent en l'espace de dix ans. Toutes les ressources et le travail ayant servi à produire les aliments perdus ou gaspillés se traduisent par une baisse des recettes économiques du secteur agroalimentaire et des agriculteurs et une hausse des factures d'importations vivrières.

Onze pour cent de la population de la région souffre de faim chronique, dont une grande partie de familles rurales vulnérables qui dépendent de l'agriculture pour vivre. Les recherches indiquent que la réduction des pertes et gaspillages alimentaires tout au long de la chaîne de valeur pourrait permettre d'améliorer leurs moyens d'existence.

Une collaboration à grande échelle

L'étude de la FAO souligne le manque d'informations précises à l'échelle régionale sur les modalités et les causes des pertes et gaspillages, raison pour laquelle le Cadre stratégique identifie la collecte de données comme un des domaines prioritaires d'action. Les informations disponibles sur la région Proche-Orient–Afrique du Nord indiquent qu'environ 44 pour cent de ces pertes et gaspillages alimentaires se produisent aux stades de la manipulation, de la transformation et de la distribution des aliments, tandis que le gaspillage au niveau du consommateur est estimé à 34 pour cent, pour l'essentiel dans les zones urbaines.

Le Cadre stratégique régional préconise la pleine participation et coopération d'une vaste gamme d'institutions et de parties prenantes pour réduire les pertes et gaspillages alimentaires à tous les stades de la filière dans les 19 Etats membres régionaux de la FAO, ainsi que le lancement d'une campagne de sensibilisation visant à freiner le gaspillage alimentaire des consommateurs.

Le Cadre stratégique appelle également l'attention sur les expériences et réalisations récentes de la région, notamment des consultations à l'échelon national et régional; l'adoption d'initiatives nationales de réduction des pertes et gaspillages alimentaires en Egypte et en Arabie saoudite; et des mesures importantes prises dans certains pays de la région comme l'Iraq, l'Iran, les Emirats arabes unis (EAU) et la Tunisie.

Information, formation, infrastructures

Bien avant que les produits alimentaires ne parviennent jusqu'au consommateur, des pertes – aussi bien en termes de quantité que de qualité – surviennent à différents stades de la filière. Celles-ci sont imputables à des techniques agricoles peu performantes, à un manque d'entrepôts frigorifiques et de moyens de transport, à une forte exposition à la chaleur et à la lumière sur les marchés en plein air; à des politiques inexistantes ou inadéquates; et à des règlements et des lacunes dans les institutions et la coordination.

Les participants de la Conférence régionale ont approuvé le Cadre stratégique et recommandé les principaux domaines d'action suivants:

  • améliorer la collecte des données, l'analyse et l'information;
  • renforcer la sensibilisation et la promotion de bonnes pratiques chez les agriculteurs, les consommateurs et tous les opérateurs du secteur alimentaire à tous les stades de la filière;
  • élaborer des politiques et des réglementations et renforcer la collaboration et la coordination entre les peuples, les institutions et les pays;
  • promouvoir les investissements et mobiliser le secteur privé.

La proposition s'inscrivait dans l'esprit de l'Initiative mondiale de la FAO de réduction des pertes et gaspillages alimentaires (SAVE FOOD), en s'adaptant au contexte socio-économique et aux caractéristiques de la région Proche-Orient–Afrique du Nord.