FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

FAO et UE aident les petits agriculteurs du Zimbabwe à renforcer la productivité et la commercialisation

19 millions de dollars pour soutenir irrigation et production animale

©FAO/Desmond Kwande / FAO
Mutoko, Zimbabwe – Ce jeune garçon arrose le potager familial, seule source de nourriture du foyer

6 mars 2014, Harare – L'Union  européenne (UE), l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et le Gouvernement du Zimbabwe ont lancé un vaste programme visant à aider les petits agriculteurs à accroître la production et la productivité et à s'engager dans l'agriculture commerciale par des approches intégrées. Le programme quadriennal, doté d'une enveloppe de 19 millions de dollars (13,78 millions d'euros) sera administré par la FAO et ciblera en particulier les activités de soutien à l'irrigation et à la production animale.

Le Coordonnateur sous-régional de la FAO pour l'Afrique australe et Représentant national au Zimbabwe, David Phiri, a déclaré: "Ce partenariat entre le Gouvernement du Zimbabwe, l'UE et la FAO réaffirme l'engagement et la pleine adhésion des trois acteurs pour assurer la sécurité alimentaire du Zimbabwe. L'UE est le premier partenaire-ressource de la FAO, et au Zimbabwe, nous avons déjà collaboré à un certain nombre de projets. Ce nouveau programme est le témoignage de l'excellente coopération au profit des petits agriculteurs du Zimbabwe".

Des périmètres d'irrigation mal gérés

Les petits périmètres d'irrigation sont généralement peu performants à cause de problèmes techniques et financiers. Plusieurs facteurs ont porté à la sous-utilisation des rares ouvrages d'irrigation disponibles, notamment l'obstruction des canaux et les aléas de l'alimentation électrique. Etant donné les faibles précipitations dans les bassins hydrographiques, il apparaît indispensable de réhabiliter les installations existantes et d'en construire de nouvelles.

A l'heure actuelle, seulement 61 pour cent (10 000 ha) des terres équipées de systèmes d'irrigation sont opérationnelles. Le projet vise à étendre cette superficie de 1 000 hectares en améliorant les infrastructures d'irrigation, en développant les capacités des agriculteurs en matière d'agriculture commerciale et en renforçant les Comités de gestion collective de l'irrigation.

Le programme d'appui à l'irrigation sera ciblé sur 20 périmètres dans les provinces sud de Manicaland et de Matabeleland, au bénéfice d'une population totale de 36 000 habitants à l'intérieur et aux alentours des périmètres.

Production agricole à risque

Le programme de soutien de l'élevage mettra un accent particulier sur l'assistance à 40 000 agriculteurs pauvres qui pratiquent l'agropastoralisme dans les districts de Nkayi et de Lupane dans la province nord de Matabeleland. Ces deux régions sont caractérisées par de faibles précipitations, de fréquentes périodes de sécheresse de mi-saison et d'importantes pertes de récoltes.

"La production agricole dans ces districts est à risque et la province est une des régions les plus touchées par l'insécurité alimentaire" a indiqué M. Phiri. "Par le passé, les programmes de soutien de l'élevage ont été peu nombreux et visaient le court terme. Ce programme de quatre ans prendra en charge le cycle long de production animale en s'appuyant sur ces efforts à court terme, ce qui aura un impact majeur sur les moyens d'existence de ces agriculteurs" a-t-il ajouté.

En tirant des enseignements des anciens projets d'élevage, le programme actuel entend améliorer les politiques et les systèmes de santé animale et renforcer toute la filière de l'élevage. Cela se traduira par des revenus plus prévisibles et plus durables et par une meilleure nutrition générale des petits agriculteurs, en leur garantissant l'accès aux produits animaux.