FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

La FAO tire la sonnette d'alarme sur l'érosion des forêts et herbages dans la région Asie-Pacifique

Elle invite les Etats à mettre en œuvre des programmes de régénération

Photo: ©FAO/Joan Manuel Baliellas
Environ 400 millions d'hectares de forêts dégradées d'Asie ont grand besoin d'être restaurés

12 mars 2014, Oulan-Bator, Mongolie - La région Asie-Pacifique est confrontée à de sérieux enjeux de perte et de dégradation des forêts, et si rien n'est fait pour y remédier, ce sont des écosystèmes détériorés et des pertes irréversibles de  biodiversité qu'elle laissera en héritage aux générations futures, met en garde la FAO. 

Les forêts et herbages couvrent 57,5 pour cent des terres d'Asie et du Pacifique et offrent des écosystèmes d'une importance vitale pour l'agriculture et les moyens de subsistance, afin d'assurer la sécurité alimentaire et la nutrition de milliards d'individus.

En contribuant sur le long terme à la résilience des communautés, à leurs moyens d'existence et à la réduction de la pauvreté, ces terres offrent un immense potentiel d'adaptation au changement climatique et d'atténuation de ses effets par la fixation du carbone.  

Toutefois, la pression accrue exercée par l'élevage a entraîné une sérieuse détérioration des herbages en Asie, comportant de lourdes conséquences telles que la désertification et les tempêtes de poussière. La perte de graminées et d'arbustes vivaces pour le pâturage peut donner lieu à une perte de moyens d'existence pastoraux, à la pauvreté, à la migration et à des périodes de pénurie de viande et de produits laitiers.

"On estime que la dégradation des herbages en Asie touche plus de 2 millions d'hectares par an", a indiqué Patrick Durst, Forestier principal à la FAO, en ajoutant que la région compte aussi "quelque 400 millions d'hectares de forêts dégradées qui ont grandement besoin d'être remises en état". 

Dans une présentation à la 32ème Conférence régionale de la FAO pour l'Asie et le Pacifique à Oulan-Bator (Mongolie), M. Durst a expliqué que la régénération des forêts et des herbages peut offrir une vaste gamme d'avantages environnementaux, sociaux et économiques - soutien de la biodiversité, services écosystémiques, adaptation et atténuation du changement climatique, développement rural, création d'emplois et réduction de la pauvreté.

Depuis quelques années, la régénération des forêts et des herbages retient l'attention de la communauté internationale, et diverses initiatives et institutions ont vu le jour. Un certain nombre de pays ont déjà créé leurs propres programmes nationaux, et des progrès significatifs sont accomplis, en particulier dans la foresterie.

"La bonne nouvelle pour la région Asie-Pacifique est que la couverture forestière a augmenté au cours de la dernière décennie, essentiellement grâce aux efforts à grande échelle déployés en Chine, en Inde et au Vietnam", selon M. Durst. "Mais il faut des mesures de plus grande envergure dans toute la région".

Plusieurs éléments limitent le développement et la mise en œuvre d'approches de régénération de plus grande ampleur. Si l'on veut que la région progresse dans la restauration durable des forêts et herbages, il faut un engagement clairement énoncé de la part des responsables politiques. Au nombre des facteurs essentiels de changement et des domaines d'opportunité figurent l'adhésion et la volonté politique croissantes, les paiements pour services environnementaux, une meilleure gouvernance, le développement des capacités de gestion durable des ressources et d'accès aux marchés.  

La FAO encourage vivement la régénération et la réhabilitation des forêts en Asie et dans le Pacifique par des initiatives contribuant directement et indirectement aux objectifs de restauration. L'Organisation peut intensifier son soutien aux pays pour la restauration des forêts et herbages, en particulier en matière de résilience renforcée des communautés, d'étude de financements innovants, d'activités de promotion et de sensibilisation, de création d'environnements propices et de collaboration intersectorielle aux niveaux des paysages.