FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Changement climatique, malnutrition, agriculture familiale et commerce agro-alimentaire au centre des préoccupations de la FAO

L'Organisation est prête à coopérer avec les pays d’Europe et Asie centrale

Photo: ©FAO/Balint Porneczi
Les agriculteurs les plus pauvres seront particulièrement touchés par le changement climatique car son impact sera majeur dans les zones marginales dans lesquelles ils vivent et travaillent

2 avril 2014, Bucarest - L'impact du changement climatique sur la production agricole tenait une place prépondérante dans le discours prononcé aujourd'hui à Bucarest par le Directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, à l'ouverture de la Conférence régionale de la FAO pour l'Europe, à laquelle assistaient les délégations de 46 pays.

José Graziano da Silva s'est référé à un rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat qui a été mis en circulation cette semaine et qui annonce de graves perturbations de la production agricole dues à l'évolution des régimes météorologiques.  

«Nous devons accélérer nos efforts d'atténuation et d'adaptation et, surtout, passer plus rapidement à des systèmes alimentaires plus durables, a-t-il affirmé. C'est là une de nos principales responsabilités».

Les habitants les plus pauvres de la planète sont particulièrement vulnérables au changement climatique, car ses effets sur la production alimentaire seront plus fortement ressentis dans les zones de production déjà marginales dans lesquelles ils vivent.

La priorité accrue accordée par la FAO à l'agriculture familiale durable a été un autre thème essentiel du discours prononcé par José Graziano da Silva devant les délégations présentes à la conférence biennale qui gouverne les activités de la FAO dans la région Europe et Asie centrale. Il a en particulier mentionné la nouvelle initiative régionale de la FAO visant à réduire la pauvreté rurale en fournissant un appui aux exploitants familiaux et aux petits agriculteurs, en favorisant les technologies de production durables, en améliorant les régimes fonciers, l'accès aux marchés et la diversification des revenus des habitants des zones rurales. La FAO donnera aussi des avis aux gouvernements nationaux sur les politiques et les stratégies susceptibles de promouvoir l'agriculture familiale et la petite agriculture.  

La seconde nouvelle initiative régionale de la FAO pour 2014-15 portera sur le commerce agro-alimentaire; elle aidera les pays à s'engager plus efficacement dans le commerce régional et international de produits agricoles, dans le respect des normes internationales relatives au commerce de produits alimentaires.

M. Graziano da Silva a également indiqué que la FAO épaulerait les pays dans leur lutte contre les pertes et les gaspillages d'aliments.

«Les estimations les plus récentes de la FAO indiquent qu'il faudrait accroître la production agricole de 60 pour cent pour nourrir la planète en 2050, a-t-il déclaré. Mais si nous parvenons à réduire de moitié les pertes et les gaspillages d'aliments par rapport à leur niveau actuel, une augmentation de 25 pour cent sera suffisante».  

La Région Europe et Asie centrale de la FAO compte 53 États Membres ainsi qu'une Organisation Membre (l'Union européenne). La Conférence régionale pour l'Europe s'achève le vendredi 4 avril.