FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Repli de l’Indice FAO des prix alimentaires pour le deuxième mois consécutif

L'amélioration des perspectives pour la plupart des denrées se répercute sur les prix

Photo: ©FAO/Ivo Balderi
Face au repli des cours des céréales, les prévisions de la production ont été révisées à la hausse

5 juin 2014, Rome – Après une période de hausse de 10 mois, l'Indice FAO des prix des produits alimentaires de mai était en recul pour le deuxième mois consécutif. Les prix ont chuté face aux disponibilités généralement abondantes qui ont influé sur les cours internationaux de la plupart des denrées de l'Indice.

Parallèlement, un autre rapport mensuel, le Bulletin de la FAO sur l'offre et la demande de céréales, présente la forte amélioration des perspectives de l'offre mondiale de céréales durant la campagne de commercialisation 2014/15 depuis le précédent rapport publié en mai. 

L'Indice des prix alimentaires, qui mesure la variation mensuelle des prix d'un panier de denrées échangées à l'échelle internationale, avoisinait les 207,8 points en mai 2014, en repli de 2,5 points (ou 1,2 pour cent) par rapport à avril, et près de 7 points (ou 3,2 pour cent) de moins qu'en mai 2013.

En mars, l'Indice avait atteint son point culminant de 213 points en dix mois. Il a néanmoins fléchi en avril et en mai face à la baisse des prix des produits laitiers, des céréales et des huiles végétales. Les prix du sucre sont allés à contre-courant, affichant une forte progression en mai, tandis que les prix de la viande sont restés fermes.

L'Indice FAO des prix des céréales s'est établi en moyenne à 204,4 points en mai, en recul de 2,4 points (ou 1,2 pour cent) par rapport à avril et de 30 points (ou 13 pour cent) par rapport à l'an dernier. Le déclin de mai a été déclenché par la baisse des prix du maïs due aux conditions de croissance favorables et aux bonnes perspectives de l'offre en 2014/15. Les cours du blé, qui avaient contribué aux hausses de prix de ces derniers mois face aux craintes d'interruption des flux commerciaux de l'Ukraine, ont également reculé, tandis que ceux du riz sont restés relativement stables.

"Il régnait, début mai, un climat d'inquiétude lié aux conditions météorologiques défavorables, en particulier aux Etats-Unis, et aux tensions géopolitiques dans la région de la mer Noire, mais vers la deuxième moitié du mois, nous avons commencé à noter une baisse des prix du blé suite à l'amélioration des conditions météo et à la poursuite régulière des expéditions depuis l'Ukraine", a indiqué Abdolreza Abbassian, Économiste en chef à la FAO.

Les huiles végétales ont avoisiné les 195,3 points en mai, soit un recul de 3,7 points (ou 1,8 pour cent) par rapport à avril, traduisant la baisse des cours des huiles de palme, de soja et de colza.

Après une période de disponibilités limitées à l'exportation et de prix exceptionnellement élevés en 2013 et début 2014, le marché des produits laitiers a subi un réajustement à mesure que les perspectives de la production s'améliorent. L'Indice FAO des prix des produits laitiers s'est établi en moyenne à 238,9 points en mai, soit le deuxième recul mensuel important, et un fléchissement de 12 points (ou 5 pour cent) par rapport à avril. 

Les prix de la viande ont avoisiné les 189,1 points en mai, quasiment inchangés par rapport à avril.

Les prix du sucre ont atteint en moyenne 259,2 points en mai, soit une hausse de 9,3 points (ou 3,7 pour cent) par rapport à avril, dans un contexte de perspectives initiales d'un déficit possible de production pour la campagne 2014/15 face aux préoccupations liées au phénomène El Niño.

Bulletin FAO sur l'offre et la demande de céréales

Le Bulletin mensuel de la FAO sur l'offre et la demande de céréales estime la production céréalière mondiale de 2014 à près de 2 480 millions de tonnes (y compris le riz usiné), près de 1 pour cent (21,5 millions de tonnes) de plus qu'en mai, bien qu'inférieur d'1,4 pour cent par rapport à 2013.

La production mondiale de céréales secondaires s'établit à 1 274 millions de tonnes, soit 18,6 millions de tonnes de plus que le rapport précédent, l'essentiel de la hausse traduisant les meilleures perspectives du maïs aux Etats-Unis et des récoltes supérieures aux prévisions en Argentine et au Brésil.

La production mondiale de blé de 2014 est estimée à près de 703 millions de tonnes, soit une hausse marginale par rapport aux prévisions de mai mais un recul par rapport à l'année précédente. La production de riz en 2014 devrait atteindre environ 503 millions de tonnes (en équivalent usiné), c'est-à-dire 1,9 million de tonnes de plus que les prévisions du mois dernier et 1,2 pour cent de plus qu'en 2013.

Stocks céréaliers mondiaux

Les estimations de stocks mondiaux de céréales d'ici la clôture des campagnes agricoles s'achevant en 2015 ont été relevées de près de 10 millions de tonnes depuis mai, s'établissant à 576 millions de tonnes. Sur la base des dernières prévisions, le rapport stocks-utilisation pourrait atteindre un record de 23,1 pour cent en 10 ans, en légère hausse par rapport à la campagne 2013/14. 

________________________

Voir également le rapport mensuel AMIS Market Monitor – préparé par le Système d'information sur les marchés agricoles (AMIS) du G-20 – qui passe en revue les principales cultures vivrières