FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Le développement durable des Petits états insulaires en développement, un test décisif pour le monde

Nous ne misons pas sur la survie, mais sur le développement durable, déclare le Directeur général de la FAO au Sommet des PEID à Samoa

Photo: ©FAO/Prakash Singh
Transport de jeunes plants aux Maldives. Les PEID sont fortement tributaires des importations agricoles.

3 septembre 2014, Apia, Samoa/Rome - Affronter le changement climatique n'est pas juste une question de survie pour les petits états insulaires - la communauté internationale devrait le considérer comme un défi à relever pour prendre des mesures concertées et intensifier les efforts en faveur d'un modèle de développement durable, a indiqué aujourd'hui le Directeur général de la FAO José Graziano da Silva.

"Le changement climatique se déroule sous nos yeux. La montée du niveau des océans, la hausse des températures de surface de l'air et de la mer et la modification des régimes de précipitations touchent tous les pays du monde. Mais les Petits états insulaires en développement (PEID) sont indéniablement plus vulnérables", a affirmé le chef de la FAO dans son allocution prononcée à la  3ème Conférence internationale des Nations Unies sur les PEID qui se tient à Apia (Samoa) du 1er au 4 septembre.

Le changement climatique a des répercussions particulièrement profondes sur les PEID, dont il affecte la sécurité alimentaire, les moyens d'existence et les économies, a-t-il souligné.

Une réflexion sur le long terme et une approche plus globale s'imposent, a déclaré José Graziano da Silva, en expliquant: "Il ne suffit pas de donner aux personnes du pain pour garantir la sécurité alimentaire. Il faut les aider à produire de la nourriture, à s'adapter au changement climatique, à assurer leur accès aux aliments, y compris par une protection sociale. Il faut qu'elles puissent bénéficier d'une alimentation diversifiée qui garantisse une nutrition adéquate".

Les PEID sont un groupe de pays insulaires, pour la plupart des régions du Pacifique, des Caraïbes, de l'océan Atlantique et de l'océan Indien qui, malgré leur diversité, sont confrontés à des problèmes de développement similaires: faibles populations, ressources limitées, vulnérabilité accrue aux catastrophes naturelles et aux chocs extérieurs, et forte dépendance vis-à-vis des échanges internationaux.

Par ailleurs, des coûts élevés de transport et de communications, des administrations publiques et des infrastructures onéreuses, et des possibilités limitées de créer des économies d'échelle entravent souvent la croissance et le développement des PEID. (En savoir plus)

Les PEID sont en outre confrontés à tout un éventail de problèmes liés à la malnutrition, qui vont de la sous-alimentation à l'obésité, a ajouté M. Graziano da Silva. D'après l'Organisation mondiale de la santé (OMS), neuf pays sur dix déplorant les taux les plus élevés d'obésité chez les femmes sont de Petits états insulaires en développement.

Les questions de nutrition dans le monde en développement figureront au premier plan des débats qui se dérouleront du 19 au 21 novembre prochain lors de la 2ème Conférence internationale sur la nutrition (CIN2), convoquée par la FAO et l'OMS à Rome.

Domaines d'action

M. Graziano da Silva a identifié trois axes principaux propres à promouvoir la résilience et le développement durable des PEID:

  • Les aider à améliorer la gestion et l'utilisation des ressources naturelles
  • Renforcer la production vivrière locale et créer des circuits de consommation locaux et régionaux
  • Améliorer la résilience des communautés face aux catastrophes naturelles et aux défis émergents liés au changement climatique.

Contribution de la FAO

La FAO travaille avec les gouvernements et autres partenaires afin de promouvoir la résilience et le développement durable des PEID sur divers fronts.

Au cours des deux dernières années, l'Organisation a investi plus de 40 millions de dollars pour aider les PEID à résoudre leurs problèmes de sécurité alimentaire et nutritionnelle et améliorer l'agriculture, la pêche, la foresterie et la gestion des ressources naturelles.

Aux Caraïbes, la FAO soutient l'élaboration et la mise en œuvre de plans de renforcement de la résilience et de prévention des risques de catastrophe.

Dans le Pacifique, elle soutient activement le Programme de sécurité alimentaire et de moyens d'existence durables en train d'être mis en place par les pays de la région.

Et dans le cadre de sa nouvelle Initiative en faveur de la Croissance bleue, la FAO aide les PEID de la planète à exploiter durablement leurs ressources aquatiques afin de promouvoir la sécurité alimentaire, la nutrition et l'atténuation de la pauvreté.