FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

La FAO lance un appel pour 121 millions de dollars en faveur des populations touchées par la crise syrienne

Conférence internationale de donateurs pour la Syrie et les pays voisins accueillant des réfugiés

30 mars 2015, Rome – Avec comme toile de fond la crise en Syrie qui a gravement compromis la production agricole et le commerce et plongé dans l'insécurité alimentaire quelque 9,8 millions de personnes, il faut d'urgence 121 millions de dollars pour stopper la détérioration de la situation et l'interruption des chaînes alimentaires régionales, a déclaré la FAO aujourd'hui.

"Nous devons fournir un soutien supplémentaire aux agriculteurs pour les aider à reconstruire les infrastructures et les moyens d'existence agricoles, ou nous assisterons à une nouvelle dégradation de la situation de la sécurité alimentaire", a indiqué Abdessalam Ould Ahmed, Sous-Directeur général de la FAO et Représentant régional pour le Proche-Orient et l'Afrique du Nord.

La 3ème Conférence humanitaire internationale des donateurs pour la Syrie, qui se tiendra au Koweït le 31 mars, offre l'occasion de mobiliser les fonds indispensables pour renforcer la production agricole des communautés de toute la Syrie et des pays voisins.

Désormais dans sa 5ème année, la crise syrienne a déplacé plus de 11 millions de personnes, dont près de 4 millions se sont réfugiés en Égypte, en Irak, en Jordanie, au Liban et en Turquie. Quelque 85 pour cent de ces réfugiés se sont installés hors des camps – nombre d'entre eux dans les zones rurales où l'agriculture fait vivre les familles les plus pauvres.

La Syrie a perdu environ 50 pour cent de son bétail et la récolte céréalière a chuté de moitié depuis le début de la crise en 2011 compte tenu de l'escalade des conflits et des conditions météorologique adverses.

Avec les pressions croissantes exercées sur les ressources comme l'eau et la terre, les mouvements de population et de bétail ont également soulevé le problème de la propagation des maladies animales à travers les frontières, dans la région et au-delà. Cela est dû en partie à l'effondrement des services vétérinaires en Syrie, où des milliers d'animaux n'ont pas été vaccinés.

Doper la production agricole est essentiel pour garantir des approvisionnements alimentaires réguliers en Syrie et dans la sous-région, qui a vu une hausse des prix des aliments affectant particulièrement les 75 pour cent des Syriens vivant actuellement dans la pauvreté.

Renforcer les moyens d'existence

La conférence des donateurs de cette semaine a pour but de recueillir les fonds nécessaires pour répondre aux besoins énoncés dans le Plan de réponse stratégique 2015 pour la Syrie (SRP) et le Plan régional pour les réfugiés et la résilience (3RP) 2015-2016. Au total, pour affronter la crise en Syrie et ses débordements dans la région, il faudra respectivement 2,9 et 5,5 milliards de dollars, selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires.

Dans le cadre de ces plans, la FAO demande 59 millions de dollars pour ses travaux en Syrie afin d'accroître la production d'aliments de base, améliorer la nutrition et les revenus des familles, protéger le bétail, et améliorer la coordination entre gouvernements, organismes d'aide et communautés pour renforcer la sécurité alimentaire. Ces fonds iront au profit de plus de 1,5 million de personnes.

En outre, 62 autres millions de dollars sont nécessaires pour aider les communautés d'accueil en Irak, en Jordanie, au Liban et en Turquie à s'adapter à l'afflux de réfugiés, en rendant leur agriculture plus productive et durable. Parmi ces mesures figurent la prévention des maladies animales et végétales, le soutien à l'agriculture potagère et le développement de chaînes de valeur.

Le travail de la FAO en Syrie

Ces interventions tirent parti des travaux existants de la FAO dans tout le pays qui ont soutenu les moyens d'existence de près d'un million de Syriens depuis le début des conflits en 2011.

En 2014, quelque 238 000 personnes ont reçu des semences qui ont produit suffisamment de céréales pour nourrir plus de 420 000 personnes pendant un an. 24 500 autres personnes ont reçu des kits de légumes pour cultiver des aliments plus nutritifs, et quelque 45 000 poules qui devaient produire près de 9 millions d'œufs pour les familles de Syrie. Entre temps, plus d'un million d'animaux ont été traités contre les parasites et environ 7 600 petits éleveurs ont reçu des aliments pour leurs animaux l'an dernier.

"La production vivrière est le pilier des moyens d'existence ruraux", a déclaré Laurent Thomas, Sous-Directeur général de la FAO pour la Coopération technique. "Toutefois, les agriculteurs sont confrontés à d'énormes enjeux et ils ont besoin d'une aide urgente pour protéger la production agricole de la Syrie déjà gravement compromise. Cela est non seulement crucial pour améliorer les conditions de vie de millions de gens en Syrie, mais aussi pour la sécurité alimentaire et la stabilité de toute la région".

Photo: ©AFP PHOTO/BULENT KILIC
Jeune garçon syrien kurde du village de Mile, Kobani, près de la frontière où les éleveurs sont passés en Turquie avec leus animaux

Partagez