FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Changement climatique et nourriture: 10 faits et chiffres

L’agriculture et l’alimentation de la planète dans un monde en réchauffement

Ces 10 faits et chiffres soulignent l’impact du changement climatique sur notre capacité à produire des aliments pour nous nourrir.

Aidez-nous à diffuser le message au sujet des répercussions du changement climatique sur la sécurité alimentaire mondiale: choisissez un fait et cliquez sur l’icône «Twitter» qui apparaît pour le diffuser.

Envoyez un «tweet» avec #COP21 afin de faire savoir aux dirigeants du monde réunis à Paris que nourrir la planète requiert l’établissement de mesures concrètes axées sur le #climat.

À l’échelle mondiale,75 pour cent des pauvres et des populations touchées par l’insécurité alimentaire dépendent de l’agriculture et des ressources naturelles pour leur survie.

La FAO estime que la production vivrière mondiale doit augmenter de 60 pour cent environ pour nourrir une population plus nombreuse. Le #changementclimatique compromet cet objectif.

Selon #IPPC - le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), les baisses de rendement de10 à 25 pour cent pourraient devenir chose courante d’ici 2050 en raison du #changementclimatique. 

La hausse des températures devrait entrainer une baisse de 40 % des captures de la plupart des espèces de poisson.

Alors que les émissions mondiales dues au déboisement diminuent, le déboisement
et la dégradation des forêts représentent toujours de 10 à 11 pour cent des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES). Les émissions dues à la dégradation des forêts (abattage et feux de brousse) ont, entre 1990 et 2015, augmenté de 0,4 à 1,0 gigatonne de CO 2 par an.

L’élevage est à l’origine de près des deux tiers des GES d’origine agricole et de 78 pour cent des émissions agricoles de méthane.

Le #changementclimatique pourrait propager les maladies causées par l’alimentation d’une région à une autre, ce qui menacerait la santé publique de difficultés nouvelles.

La FAO estime que le potentiel de réduction des émissions dues à l’élevage et au méthane en
particulier représente environ 30 pour cent des émissions de base.

Actuellement, un tiers de la nourriture produite est perdu ou gaspillé. Les coûts mondiaux
de ce gaspillage alimentaire atteindraient environ 2 600 milliards de dollars par an, dont 700 milliards de coûts environnementaux et 900 milliards de coûts sociaux.

Les pertes et gaspillages alimentaires dans le monde produisent environ 8 pour cent
des GES annuellement.

Photo: ©FAO
Les moyens d'existence de 2,5 milliards de personnes dépendent de l'agriculture.

Partagez