FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Des systèmes agricoles durables reconnus comme modèles d'innovation, de durabilité et d'adaptabilité au Bangladesh et au Japon

Les «Systèmes ingénieux du patrimoine agricole mondial» comptent quatre nouveaux sites

Photo: ©Nagara River Agriculture, Forestry and Fisheries Promotion Association
Les Systèmes ingénieux du patrimoine agricole mondial (SIPAM) sont reconnus pour leur contribution à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, tout en offrant des avantages considérables en faveur des écosystèmes. Vue du fleuve Nagara.
15 décembre 2015, Rome – Au Bangladesh et au Japon, quatre nouveaux systèmes agricoles traditionnels comptent désormais parmi les «Systèmes ingénieux du patrimoine agricole mondial» (SIPAM).

Il s'agit des jardins flottants du Bangladesh, un système de culture hydroponique unique créé dans les zones inondées avec des herbages et des plantes; et de trois sites au Japon: la pêche fluviale durable à l'aide du système Sato-kawa  à Gifu, l’approche Minabe-Tanabe Ume qui consiste à produire une catégorie d’abricots sur des versants pauvres en éléments nutritifs à Wakayama; et le système d’agriculture et de foresterie en zone montagneuse Takachihogo-Shiibayama à Miyazaki qui permet d’assurer la production agricole et forestière en zone montagneuse abrupte.

Les sites ont reçu cette reconnaissance officielle lors d'une réunion conjointe du Comité directeur et du Comité scientifique du SIPAM au siège de la FAO à Rome.

Le nombre de Systèmes ingénieux du patrimoine agricole mondial s'établit désormais à un total de 36 sites répartis dans 15 pays d'Afrique, d’Amérique latine, du Proche-Orient et d'Asie.

«Face aux enjeux environnementaux et économiques actuels et au changement climatique, les petits exploitants et les agriculteurs familiaux, et plus particulièrement ceux pratiquant l'agriculture traditionnelle, peuvent représenter de véritables solutions pour la sécurité alimentaire, la conservation des ressources naturelles et le développement rural durable s'ils bénéficient de politiques et d'investissements adéquats», a déclaré la Directrice générale adjointe de la FAO, Maria Helena Semedo.

Les Systèmes ingénieux du patrimoine agricole mondial (SIPAM), qui ont été lancés par la FAO en 2002 durant le Sommet mondial du développement durable à Johannesburg (Afrique du Sud), ont été récemment approuvés comme programme de l'Organisation par les Etats membres lors de la 39ème session de la Conférence de la FAO.

Les nouveaux sites SIPAM


Les quatre sites inscrits au patrimoine SIPAM sont les suivants :

Japon – Système fluvial Nagara

Le fleuve Nagara, l'un des plus propres du Japon, offre toute une série de services écosystémiques. Les divers éléments du système – cours d'eau, forêts et terres agricoles – sont étroitement liés. La pêche continentale durable d'un type spécifique de poisson (Ayu) tire parti des eaux claires du Nagara qui le restent grâce à l'aménagement forestier pratiqué en amont. Les communautés locales vivant au sein de cet écosystème ont créé leurs moyens d'existence et leurs propres pratiques culturales.

Japon -  Système Minabe-Tanabe Ume

Le système Minabe-Tanabe Ume produit une catégorie de prunes (ume) de qualité supérieure et divers types de fruits sur des versants pauvres en nutriments. Les communautés locales ont constitué un cadre prospère en conservant les taillis supérieurs afin d'empêcher les glissements de terrain et la pollution de l'eau, et les abeilles japonaises pour la pollinisation. Permettant la production d'un vaste éventail de produits, le système garantit aux communautés des moyens d'existence stables, les rendant ainsi moins vulnérables aux catastrophes.

Japon – Système agricole et forestier de montagne
Takachihogo-Shiibayama

Ce site est situé dans un relief accidenté de montagne où les terrains plats sont extrêmement rares. Dans cet environnement hostile, les populations locales ont mis sur pied un système durable d'agroforesterie conciliant la production de bois d’œuvre et diverses activités agricoles – telles que les cultures de riz en terrasses, les cultures de champignons shitake, l'élevage de bovins ou les cultures de thé. La forêt est gérée comme une  «mosaïque» de conifères et de feuillus à l'aide de pratiques traditionnelles.

Bangladesh – Pratiques agricoles des jardins flottants

Dans certaines parties du Bangladesh où les eaux de crue peuvent demeurer pendant un certain temps, les agriculteurs ont mis au point un système hydroponique unique où les plantes peuvent pousser sur l'eau sur des lits organiques de jacinthe d'eau, d'algues et autres résidus végétaux. Cette technique de culture traditionnelle respectant l’environnement exploite les ressources naturelles des terres humides pour cultiver des légumes et d’autres cultures quasiment toute l'année, offrant à la population locale de nombreux avantages sociaux, économiques, agricoles et écologiques.

Partagez