FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Revitaliser le Pakistan rural

L’Union européenne et la FAO relancent la production vivrière des petits paysans

Photo: ©FAO/Asim Hafeez
Distribution de semences et d'engrais aux paysans ayant souffert de la flambée des prix alimentaires l'année dernière

9 novembre 2009, Islamabad/Rome - Juste à temps  pour la prochaine campagne de semis, l'Union européenne (UE) a lancé une vaste initiative visant à désamorcer l'escalade de la faim au Pakistan. En collaboration avec la FAO, des semences de qualité et des engrais ont été distribués à près de 100 000 agriculteurs  victimes de la flambée des prix alimentaires l'an dernier. 

L'envolée des prix a fait grossir les rangs des affamés au Pakistan de 10 millions supplémentaires. D'après un rapport d'évaluation des Nations Unies paru en juillet 2008, leur nombre total est désormais estimé à 46 millions de personnes, soit 28 pour cent de la population. Selon les statistiques de la faim de la FAO, le Pakistan comptait 36 millions de personnes affamées en 2004-06.

Le pays est devenu une priorité de la Facilité alimentaire de l'UE, le mécanisme d'intervention massive de l'Union européenne doté d'un milliard d'euros.

"Lorsque la crise a éclaté, nous nous sommes battus pour allouer une bonne part des fonds disponibles au Pakistan", explique Hans de Kok, Ambassadeur de l'UE au Pakistan. Et nous avons obtenu gain de cause. "Maintenant, le pays est le principal bénéficiaire de la Facilité alimentaire. En effet, le Pakistan a été durement secoué par la crise, et doit affronter des difficultés non seulement dans le secteur agricole mais aussi d'ordre sécuritaire et économique".

Au Pakistan, l'UE collabore avec la FAO et le PAM en finançant une opération de 40 millions d'euros jusqu'en juin 2011. Tandis que le PAM fournit une aide alimentaire à près de 600 000 agriculteurs et travailleurs agricoles, la FAO aide les petits exploitants à accroître leur production, dans le but primordial de permettre l'accès à la nourriture à plus d'un million d'habitants, parmi les plus vulnérables.

Cibler les petits paysans

Selon des estimations prudentes, l'assistance de la FAO au cours des quatre prochaines campagnes agricoles se traduira par une production supplémentaire d'au moins 114 000 tonnes de blé, de 4 750 tonnes de riz et de 14 250 tonnes d'autres cultures, notamment légumes et lentilles.

Le coup d'envoi a été donné à temps pour la campagne des semis Rabi au Pakistan, qui démarre en novembre. 97 500 agriculteurs ont reçu des intrants, dont 1 865 tonnes de semences (blé, tomates, lentilles et pois) et 3 420 tonnes d'engrais.

Paradoxalement, cette aide tombe au moment où le Pakistan vient de rentrer une récolte exceptionnelle de 24 millions de tonnes de blé - un excédent de 2 millions par rapport aux besoins nationaux. Pourtant, les prix demeurent obstinément élevés, en particulier dans les zones rurales où vivent les personnes les plus touchées par l'insécurité alimentaire. Il se peut en effet que la nourriture soit disponible, mais celle-ci demeure inabordable pour beaucoup.

En outre, explique Gamal Ahmed, Représentant de la FAO au Pakistan, la majorité de la population rurale du Pakistan est constituée de petits exploitants qui ont de plus en plus de mal à vivre de leurs terres. "Ils ne cultivent pas assez de nourriture pour subvenir à leurs propres besoins, à cause de la hausse des prix des intrants", affirme-t-il. "C'est pourquoi nous leur offrons des semences et des engrais".

Semences de qualité, eau et vulgarisation

Mais l'assistance de la FAO ne s'arrête pas là. Les petits exploitants du Pakistan ont d'autres besoins que les intrants. "Si vous demandez à un agriculteur quel est son problème, il vous répondra immédiatement: des semences de qualité, des engrais, de l'eau et des services de vulgarisation", soutient Imran Ahsraf, le Conseiller en développement de l'UE au Pakistan.

M. Ashraf constate avec satisfaction que les intrants font l'objet d'une certification de qualité et sont conformes aux critères de la FAO. Il appuie également les efforts de la FAO visant à assurer des gains de productivité qui se perpétuent au-delà de la campagne actuelle, en améliorant les systèmes d'irrigation et de récolte de l'eau, en réduisant les pertes après récolte et en dispensant une formation aux agriculteurs.  

"L'augmentation des rendements contribuera sans aucun doute à revigorer les agriculteurs dans les zones rurales", affirme M. Ashraf.