FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Nourrir les villes du monde: un enjeu crucial pour le développement durable

Il faut intégrer la sécurité alimentaire et la nutrition dans l'aménagement urbain

Photo: ©FAO/Ami Vitale
Des cultures à la sortie de Fayoum, en Egypte.
15 janvier 2015, Berlin – Pour offrir des régimes alimentaires sains à une population croissante, il faut renforcer les liens entre producteurs ruraux et marchés urbains et créer des systèmes alimentaires plus socialement inclusifs, écologiques et limitant le gaspillage, a déclaré aujourd'hui Maria Helena Semedo, Directrice générale adjointe de la FAO chargée des ressources naturelles.

Elle s'est adressée ainsi aux participants lors de l'inauguration d'une réunion organisée par la FAO au Forum mondial de l'alimentation et de l'agriculture (GFFA) qui se déroule durant la Semaine Verte internationale 2016  à Berlin, du 15 au 24 janvier 2016.

Mme Semedo a lancé une mise en garde sur les difficultés rencontrées par de nombreuses villes d'assurer un accès régulier et stable à une nourriture adéquate pour tous. «Cela ira en s'aggravant à mesure qu'une part de plus en plus importante des affamés vivra dans les zones urbaines», a-t-elle indiqué.

Plus de la moitié de la population mondiale vit actuellement en milieu urbain; elle atteindra les 70 pour cent d'ici 2050, en particulier dans les pays en développement.

Les effets croissants du changement climatique, notamment les tempêtes, inondations et autres phénomènes météorologiques extrêmes, constituent une menace supplémentaire à l'accès des citadins, en particulier des pauvres, à la nourriture.

Refonte des systèmes alimentaires, les rendre plus durables

Pour répondre à ces besoins, les systèmes alimentaires – de la production à la distribution et à la consommation – doivent devenir plus durables, selon la FAO. Cela implique de garantir l'accès et la participation active de tous les acteurs, agriculteurs et petits exploitants, tout au long de la chaîne d'approvisionnement et de valeur. Il faut avant tout réduire radicalement les pertes et gaspillages alimentaires, particulièrement élevés dans les villes, en prenant des mesures comme la redistribution des aliments comestibles non consommés et l'utilisation des déchets en compost ou pour la création d'énergie.

Mme Semedo a souligné le rôle joué par les populations rurales qui contribuent à la sécurité alimentaire des populations des villes.

«Aliments pour les villes crée de formidables opportunités pour le développement durable – à la fois en milieu urbain et rural – surtout lorsque les agriculteurs familiaux et les petits exploitants sont reliés à ces marchés», a indiqué Mme Semedo.

L'agriculture urbaine et péri-urbaine est également un volet important des systèmes alimentaires avec des techniques novatrices telles que l'hydroponie – la culture de plantes dans une solution aqueuse contenant des minéraux – et les potagers familiaux et les jardins verticaux, qui offrent des perspectives de création d'emplois, de diversité nutritionnelle en contribuant à une alimentation saine dans les villes.

Intégrer l'alimentation dans l'aménagement urbain est essentiel

La sécurité alimentaire et la nutrition «sont souvent oubliées» dans les plans d'aménagement et d'urbanisme. Cela doit changer si l'on veut que la communauté internationale atteigne l'Objectif n°11 de l'Agenda de développement durable pour 2030 qui a pour but de rendre les villes inclusives, sûres, résilientes et durables, a déclaré Mme Semedo.

Pour ce faire, «l’intégration de l'alimentation dans l'aménagement urbain est essentiel», a-t-elle souligné, en faisant remarquer que même si les autorités municipales et les gouvernements métropolitains prennent de plus en plus part aux dialogues sur les systèmes alimentaires à l'échelle locale, nationale et mondiale, «il reste beaucoup à faire».

Le processus doit être inclusif, fédérant le gouvernement, le secteur privé et la société civile, de façon à refléter les complexités sociales, économiques et écologiques des systèmes alimentaires, a ajouté Mme Semedo.

Réseaux mondiaux de villes et Pacte urbain sur les politiques alimentaires de Milan

Les villes doivent partager leurs expériences au sein de réseaux mondiaux, afin d'élargir l'adoption de bonnes pratiques. A titre d'exemple, Mme Semedo a cité le Pacte urbain sur les politiques alimentaires de Milan approuvé par plus de 100 municipalités du monde entier à l'Expo de Milan en octobre 2015. Une réunion mondiale des maires sera organisée à la FAO en 2016 en appui aux travaux liés au Pacte.

Pour sa part, la FAO collabore également à de nombreuses initiatives et en lance d'autres telles que Aliments pour les villes et Satisfaire les besoins alimentaires en milieu urbain.

Samedi 16 janvier 2016, toujours dans le cadre du GFFA, Mme Semedo s'adressera à un sommet des ministres de l'agriculture.

Partagez