FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Les agences de l’ONU mettent en garde contre une escalade de la crise alimentaire au Sud-Soudan

La faim s’aggrave en cette période de récolte alors que la période de soudure 2016 s’annonce dure et prolongée

Photo: ©FAO SOuth Sudan
Cette femme déplacée interne, fuyant la violence persistante, cuisine son dernier reste de sorgho dans les marécages de l’État d’Unité.

Communiqué de presse commun

8 février 2016, Juba –  Le Soudan du Sud est confronté à des niveaux d'insécurité alimentaire sans précédent. Quelque 2,8 millions de personnes, soit près du quart de la population du pays, ont toujours besoin de l’aide alimentaire d’urgence et au moins 40 000 personnes frôlent une situation catastrophique, mettent en garde aujourd’hui trois agences des Nations Unies.

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et le Programme alimentaire mondial (PAM) soulignent que ces chiffres sont particulièrement inquiétants car ils montrent une aggravation de la faim au cours de la période consécutive à la récolte alors qu’habituellement celle-ci se traduit par une amélioration de la sécurité alimentaire.

Le nombre de personnes en insécurité alimentaire devrait atteindre un pic au cours de la prochaine période de soudure entre avril et juillet 2016 lorsque les disponibilités alimentaires seront réduites. A ce propos, les partenaires humanitaires ont publié une mise à jour de l’analyse du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC) suivant lequel la période de soudure commençant tôt cette année, la période marquée par la faim sera plus longue que les années précédentes.

Les trois agences des Nations Unies notent que la saison sèche qui vient de commencer pourrait apporter des difficultés supplémentaires pour les personnes confrontées aux niveaux les plus graves de faim. Les personnes déplacées du fait du conflit dans l'Etat de l'Unity, qui tirent leurs moyens de subsistance de la pêche et des lis d’eau, sont à court de nourriture du fait de la décrue. Les attaques contre les troupeaux de bétail ont privé de nombreuses personnes de produits d'origine animale essentiels et notamment le lait, qui étaient leur principal moyen de survie pendant la période de soudure 2015. Si l'aide humanitaire ne parvient pas à les atteindre pendant la saison sèche, leur situation sera catastrophique dans les prochains mois.

Pour cette raison, les agences de l'ONU appellent à une mise en œuvre rapide de l'accord de paix conclu l'année dernière et àl'accès sans restriction aux zones de conflit afin de livrer des fournitures indispensables dans les zones les plus touchées.

«Ce ne sont pas seulement les zones directement touchées par le conflit qui sont en situation d'insécurité alimentaire. Dans les Etats septentrionaux de Bahr el Ghazal et Warrap, quelque 200 000 personnes ont vu leur accès à la nourriture se détériorer en raison de plusieurs facteurs, notamment l’inflation et les interruptions des marchés inhérentes au conflit», indique M. Serge Tissot, Représentant de la FAO par intérim au Sud-Soudan. «La mise en œuvre rapide de l'accord de paix est absolument essentielle à l'amélioration de la situation alimentaire», souligne-t-il.

«Pendant la saison sèche, nous devons faire un effort important de pré-positionnement afin de continuer à aider les gens lorsque les routes deviendront impraticables du fait des pluies», souligne de son côté la Directrice locale du PAM Mme Joyce Luma. «La montée de l'insécurité dans le Grand Equatoria entrave la livraison de l'aide humanitaire à travers les routes principales, torpillant ainsi nos efforts en faveur des personnes qui ont le plus besoin d’aide».

Le rapport IPC souligne d’autre part que la prévalence généralisée de niveaux alarmants de malnutrition est un sujet de préoccupation grave. La malnutrition dans le Sud-Soudan est attribuable principalement à la consommation inadéquate d’aliments ainsi qu’à d'autres facteurs, notamment les maladies, les habitudes alimentaires et la carence des services de santé et de nutrition.

«Les familles ont fait tout ce qu'elles pouvaient pour survivre, mais elles sont à présent à court d'options», affirme M. Jonathan Veitch, Représentant de l'UNICEF au Sud-Soudan. «Bon nombre de zones où les besoins sont énormes sont hors de portée en raison de la situation sécuritaire. Il est crucial que l'on nous octroie maintenant un accès illimité. Si nous pouvons les atteindre, nous pourrons leur venir en aide».

Aux côtés d’un grand nombre d'organisations internationales et non gouvernementales locales, la FAO, l'UNICEF et le PAM continuent d'offrir des moyens de survie et de subsistance dans des circonstances difficiles.

La FAO prévoit d'aider 2,8 millions de personnes à produire des denrées alimentaires et à protéger leurs bestiaux en 2016, contre 2,4 millions de personnes touchées l'année dernière. Les moyens de subsistance d'urgence offerts par la FAO comprennent des kits de culture, des kits de légumes, du matériel de pêche et des vaccins vétérinaires pour plus de 5 millions de têtes de bétail.

L'UNICEF s’est fixé comme objectif de traiter plus de 165 000 enfants souffrant de malnutrition aiguë en 2016. L'année dernière, le nombre d'enfants malnutris traités a dépassé 144 000, soit une augmentation de 53 pour cent par rapport à 2014.

Le PAM a distribué de l’aide alimentaire et amélioré la nutrition à quelque 3 millions de personnes à travers le Sud-Soudan en 2015, en collaboration avec 87 ONG partenaires et en recourant à tous les moyens à sa disposition, notamment les parachutages, les barges fluviales, les transferts d'espèces, les achats locaux de vivres et les compléments alimentaires.


A propos de la FAO

La FAO dirige les efforts internationaux de lutte contre la faim. Elle aide les pays à moderniser et à améliorer les pratiques agricoles, forestières et halieutiques, et à garantir une bonne nutrition pour tous. La FAO consacre une attention particulière au développement des zones rurales où vivent 70 pour cent des pauvres et des affamés du monde. Pour plus d'informations: www.fao.org ou suivre la FAO sur Twitter @FAOnews@FAOSouthSudan

A propos de l'UNICEF

L’UNICEF promeut les droits et le bien-être de tous les enfants, dans tout ce qu’elle entreprend. Ensemble avec ses partenaires, elle est à l’œuvre dans 190 pays et territoires pour traduire cet engagement en action concrète. L’UNICEF déploie des efforts particuliers pour atteindre les enfants les plus vulnérables et exclus et ce, au profit de tous les enfants, partout dans le monde. Pour plus d'informations sur l'UNICEF et son travail: www.unicef.org ou suivre l'UNICEF sur Facebook et Twitter.

A propos du PAM

Le PAM est la plus grande agence humanitaire qui combat la faim dans le monde. Il distribue de l’aide alimentaire dans les situations d'urgence et travaille aux côtés des communautés pour améliorer la nutrition et renforcer la résilience. Chaque année, le PAM assiste quelque 80 millions de personnes dans environ 80 pays. Suivre le PAM sur Twitter @wfp_media @wfp_africa

Partagez