FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

L’indice des prix alimentaires de la FAO stable en février malgré la hausse de l’huile de palme

Selon les prévisions préliminaires, la production mondiale de blé en 2016 sera en légère baisse par rapport au niveau record de l’an dernier

Photo: ©FAO/Olivier Asselin
Un agriculteur désherbant son champ de riz en République démocratique du Congo.
3 mars 2016, Rome - L’indice FAO des prix alimentaires était stable en février, la baisse des prix du sucre et des produits laitiers ayant absorbé la forte hausse des prix des huiles végétales par rapport au mois précédent.

S’établissant en moyenne à 150,2 points en février, l’indice des prix alimentaires de la FAO est resté pratiquement inchangé par rapport aux 150 points révisés de janvier et est inferieur de 14,5 pour cent à son niveau de l’an dernier.

La FAO a également diffusé ses projections pour la récolte mondiale 2016 de blé estimant la production totale à 723 millions de tonnes, soit quelque 10 millions de tonnes de moins que le niveau record de l’an dernier.

L'indice FAO des prix alimentaires mesure la variation mensuelle des cours internationaux d'un panier de denrées alimentaires. Il est établi à partir de la moyenne des indices de prix de cinq catégories de produits, pondérés en fonction de la part moyenne à l'exportation de chacune des catégories, à savoir les principales céréales, les huiles végétales, les produits laitiers, la viande et le sucre.

Contrairement à la tendance généralement stable de février, l’index des prix des huiles végétales a enregistré une forte hausse de l’ordre de 8 pour cent par rapport au mois précédent. Cette hausse a résulté de l’augmentation de 13 pour cent des prix de l’huile de palme sous le double effet de la baisse des stocks et de perspectives de production médiocres dans un proche avenir. Les prix de l’huile de soja se sont également raffermis en conséquence.

Mais d’autres produits alimentaires de base ont vite fait de gommer ces hausses. L’index des prix du sucre a chuté de 6,2 pour cent en janvier sous le double effet de l’abondance des stocks et de l’amélioration des conditions des cultures au Brésil, principal pays producteur et exportateur de sucre.

L’indice FAO des prix des produits laitiers a reculé de 2,1 pour cent en février dans un climat marqué par la faiblesse des importations, principalement celles de la Chine.

Les prix des céréales ont été stables dans l’ensemble. L’index FAO des prix des céréales n’a accusé qu’une très faible baisse d’un demi-point de pourcentage par rapport à janvier, mais il a reculé de 13,7 pour cent par rapport a l’année précédente. Les prix du blé ont fléchi de 1,5 pour cent, ceux du maïs ont faiblement baissé alors que les prix du riz ont timidement progressé.

L’index FAO des prix de la viande a légèrement augmenté, du fait à la fois des difficultés d’approvisionnement de viande bovine des Etats-Unis et d’Australie et du soutien au stockage privé de la viande de porc dans l’Union européenne. Les prix de la volaille ont fléchi en raison de la baisse des coûts de l’alimentation animale.

Bonnes récoltes de blé prévues en 2016 en Chine et en Asie du sud

Selon le dernier Bulletin de la FAO sur l’offre et la demande de céréales, la production mondiale de blé en 2016 devrait fléchir de 1,4 pour cent du fait principalement du climat particulièrement sec en Fédération de Russie et en Ukraine, qui affecte les semis d’hiver. Toutefois, la Chine et le Pakistan devraient bénéficier de récoltes de blé abondantes alors que la production de l’Inde devrait se redresser. La FAO a révisé ses estimations de la production totale de céréales de l’an dernier à 2 525 millions de tonnes, reflétant ainsi les mises à jour de la production de blé de l’Inde et les chiffres révisés de la production en République islamique d’Iran.

Les estimations ont été également revues à la baisse pour la production mondiale de céréales secondaires et de riz de l’an dernier en raison des développements en Asie. Cette production est maintenant estimée pour 2015 en dessous du niveau record de 2014.

Les stocks mondiaux de céréales devraient atteindre 636 millions de tonnes à la clôture des campagnes agricoles de 2016, pratiquement inchangés par rapport à leurs niveaux élevés à l’ouverture mais inferieurs de 6,2 millions de tonnes par rapport aux prévisions du mois précédent. Cette révision à la baisse reflète la diminution des estimations d’inventaire en République islamique d’Iran et en Ouzbékistan suite aux ajustements des stocks dans ces deux pays. Le ratio stock-utilisation des céréales au niveau mondial – indicateur majeur de la sécurité alimentaire mondiale – se maintient toujours à un niveau relativement élevé de l’ordre de 24,7 pour cent.

La FAO s’attend à présent à une baisse de 2 pour cent du volume du commerce mondial des céréales pour 2015/2016 par rapport à la saison précédente et ce, du fait de la régression de la demande sur le blé et l’orge qui devrait compenser la fermeté de la demande sur le riz.

Partagez