FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

En Ethiopie, les agriculteurs nécessitent une aide d'urgence pour nourrir le pays victime d'une grave sécheresse

Les besoins humanitaires triplent durant le phénomène record d'El Niño

Photo: ©FAO/Tamiru Legesse
8 février 2016, Addis Abeba, Ethiopie. Les projets d’ irrigation et de diversification des revenus de la FAO sont essentiels pour lutter contre les effets négatifs dus à El Niño, à savoir les sécheresses qui affectent les communautés pastorales et agropastorales dans la région Afar.

7 mars 2016, Rome – Les agriculteurs et éleveurs d'Ethiopie ont besoin de recevoir une assistance agricole à temps pour la prochaine saison des pluies, alors qu'un des phénomènes El Niño les plus violents jamais enregistrés continue de porter préjudice aux populations et à leurs moyens d'existence.

En Ethiopie, les besoins humanitaires ont triplé depuis le début de 2015, la sécheresse ayant provoqué des pertes successives de récolte et des morts massives d'animaux.

De ce fait, les taux d'insécurité alimentaire et de malnutrition sont alarmants dans ce pays de la Corne de l'Afrique qui compte quelque 10,2 millions de personnes souffrant d’insécurité alimentaire. Un quart de tous les districts en Ethiopie sont officiellement classés en «crise de sécurité alimentaire et nutritionnelle».

Face au retard des semis de la première campagne pluviale belg, et à la campagne meher  - principale campagne agricole du pays- qui approche à grands pas, les agriculteurs ont besoin d'une aide immédiate pour traverser la période de soudure d'ici à septembre, afin de nourrir des millions de personnes souffrant de la faim

«La FAO a un besoin urgent de 13 millions de dollars d'ici fin mars pour venir en aide à plus de 600 000 personnes parmi les plus touchées» a déclaré le représentant de la FAO dans le pays, Amadou Allahoury Diallo.

«Nous estimons que les besoins seront particulièrement élevés au cours des prochaines semaines», a-t-il ajouté, «il est donc fondamental que nous soyons en mesure d'intervenir vite et vigoureusement pour relancer l'agriculture, avant que la sécheresse n’affecte davantage la sécurité alimentaire et les moyens d'existence de millions de personnes».

La campagne meher assure jusqu'à 85 pour cent des approvisionnements alimentaires de la nation.

D'après de récentes estimations du Bureau éthiopien de l'agriculture, quelque 7,5 millions d'agriculteurs et d'éleveurs ont besoin d'une aide agricole d'urgence pour produire des denrées de base comme le maïs, le sorgho, le teff, le blé et les tubercules, ainsi que des aliments pour les animaux afin de les maintenir en bonne santé et pouvoir reprendre la production.

Les familles agricoles ont soit épuisé leurs réserves de semences suite à plusieurs échecs de semis successifs, soit les ont consommées pour se nourrir.

Les stocks d'aliments pour animaux sont également épuisés et une aide est nécessaire pour permettre aux familles de produire du fourrage. Des centaines de milliers d'animaux sont déjà morts et le bétail restant est de plus en plus faible à cause des maigres ressources en pâturages, des pénuries d’aliments et des disponibilités limitées en eau, entraînant de fortes baisses de la production de lait et de viande.

«Il est important de comprendre que la sécheresse en cours n'est pas juste une crise alimentaire — c'est avant tout une crise de moyens d'existence», a expliqué Allahoury Diallo, soulignant que les pertes de l'an dernier ont gravement entamé la sécurité alimentaire et le pouvoir d’achat des ménages et forcé de nombreuses personnes à vendre leurs derniers biens agricoles.


Satisfaire les besoins immédiats des agriculteurs est désormais essentiel pour un relèvement à plus long terme, pour les aider à nourrir leur pays et à garder intacts leurs biens de production.

L'appel de 13 millions de dollars d'ici fin mars lancé par la FAO fait partie du plus vaste appel de 50 millions de dollars dans le cadre de son Plan d'intervention pour l'Ethiopie face à El Niño.

Actuellement moins de 10 pour cent de ce plan est financé.

Réponse de la FAO à El Niño

Dans le cadre de l'intervention d'urgence, la FAO fournit déjà du matériel végétal pour pallier l'insécurité semencière et alimentaire des ménages des régions les plus touchées. Mais il faut intensifier d'urgence cette aide.

Afin de préserver le bétail, la FAO distribue des blocs de nutriments dans les zones pastorales et agropastorales visant à renforcer la santé des animaux et la résilience des coopératives. La FAO fournit également des aliments de survie pour les bêtes et une aide à la production de fourrage et à un meilleur accès à l'eau pour le bétail. Les troupeaux qui souffrent de plus en plus de la sécheresse dans tout le pays ont également bénéficié de campagnes de vaccination et de traitement.

Dans la région Somali, la FAO améliore la stabilité financière des ménages frappés par la sécheresse en achetant les brebis et les chèvres très affaiblies pour abattage immédiat et local – et en donnant la viande à des familles très vulnérables du point de vue nutritionnel. L'intervention permettra de réduire la pression exercée sur le fourrage disponible, d’aider les ménages à cibler leurs ressources sur les animaux productifs restants, et d'investir dans les biens de production.

Par ailleurs, la FAO travaille en étroite collaboration avec le gouvernement pour mener des évaluations saisonnières et élaborer des plans de prévention préalable et de réponse, ainsi que des lignes d'orientation pour l'aide d'urgence à l'agriculture.

Partagez