FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Haïti: la FAO tire la sonnette d'alarme

M. Diouf met en garde contre le manque de soutien à l'agriculture

Photo: ©WFP/Rein Skullerud
Le Directeur général de la FAO s'inquiète pour l'agriculture en Haïti
12 février 2010, Rome -  M. Jacques Diouf, Directeur général de la FAO, s'est alarmé du manque de soutien à la composante agriculture de l'appel d'urgence international en faveur d'Haïti. La reconstruction nécessite une relance de la production alimentaire et des investissements massifs dans les zones rurales, a-t-il fait valoir.

Au cours d'une réunion de coordination des agences de l'ONU basées à Rome en vue de répondre aux besoins d'Haïti à moyen et long terme, M. Diouf a souligné notamment:

"A l'heure où Haïti fait face à une crise alimentaire majeure, nous nous alarmons du manque de soutien à la composante agriculture de l'Appel éclair des Nations Unies."  

L'appel en question estimait à 23 millions de dollars - sur un total de 575 millions - les besoins immédiats de l'agricuture haïtienne. A ce jour, seulement 8 pour cent de ce montant ont été financés, a révélé M. Diouf. 

"La reconstruction économique et sociale d'Haïti nécessite une relance de la production alimentaire et un investissement massif dans les zones rurales", a-t-il ajouté.

La priorité immédiate

"La priorité immédiate, a encore dit M. Diouf, est l'appui à la saison agricole de printemps qui démarre en mars et représente plus de 60 pour cent de la production alimentaire nationale."

La FAO a déjà commencé à distribuer des semences, des engrais et des outils pour la mise en culture. Semées dès maintenant, les semences horticoles permettront en seulement trois mois d'approvisionner les familles bénéficiaires et leurs communautés en aliments nutritifs pour plusieurs mois, a fait observer M. Diouf.  

Une équipe multidisciplinaire, a-t-il ajouté, mobilisant l'expertise technique de l'Organisation au plus haut niveau s'apprête à se rendre en Haïti pour travailler avec le Ministère de l'agriculture à la formulation du programme de relance à moyen et long terme du secteur agricole.

Assistance soutenue

"La République d'Haïti aura besoin d'une assistance internationale massive et soutenue sur une longue période en vue de sécuriser les investissements, de réduire sa vulnérabilité et de déboucher sur une croissance durable qui permettra de réduire de manière drastique la faim et la pauvreté", a dit M. Diouf.

Cette tragédie interpelle les agences des Nations Unies basées à Rome afin de mieux coordonner leurs efforts et développer les synergies existantes.

"Dans cet esprit de collaboration renforcée, je propose la création d'un Groupe de travail tripartite FAO, PAM et FIDA afin de contribuer ensemble à la préparation d'un plan à moyen et long terme en vue d'appuyer le gouvernement haïtien dans son effort de relance du secteur agricole", a poursuivi M. Diouf.

Avant le tremblement de terre dévastateur du 12 janvier dernier, un programme de 49 millions de dollars mis en oeuvre par la FAO en appui au gouvernement haïtien couvrait la vaste gamme d'expertises que l'Organisation fournit à ses Etats membres.

Ont pris part à la réunion de haut niveau aux côtés de M. Diouf, le ministre haïtien de l'agriculture, M. Joanas Gué, la Directrice exécutive du PAM, Mme Josette Sheeran, et le président du FIDA, M. Kanayo Nwanze.