FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Pour lutter contre le changement climatique, investissons dans l'agriculture

Les ruraux pauvres et les petits agriculteurs sont parmi les plus durement touchés, souligne la Directrice générale adjointe de la FAO

22 avril 2016, New York - Outre la réduction de la pauvreté et de la faim, l'agriculture peut jouer un rôle crucial en rendant plus efficace et responsable la réponse au changement climatique, a déclaré aujourd'hui Mme Maria-Helena Semedo, Directrice générale adjointe de la FAO chargée des ressources naturelles.

L'agriculture peut contribuer à réduire l'impact du changement climatique favorisant ainsi la résilience des communautés, a souligné Mme Semedo au cours d'un débat thématique de haut niveau sur la réalisation des objectifs de développement durable (OMD) qui s'est tenu au siège de l'ONU.

Mme Semedo se trouvait à New York pour assister à la cérémonie de signature de l'Accord de Paris sur le changement climatique et participer à d'autres événements importants.

Les représentants de plus de 160 pays ont paraphé ce jour, au siège de l'ONU, lors d'une cérémonie voulue par le Secrétaire général Ban Ki-moon, cet accord historique conclu en décembre dernier dans la capitale française.

L'Accord de Paris reconnaît «la priorité fondamentale consistant à sauvegarder la sécurité alimentaire et éliminer la faim ainsi que la vulnérabilité particulière des systèmes de production alimentaire à l'impact du changement climatique».

Il met également en évidence la nécessité d'«améliorer la capacité d'adaptation aux effets néfastes du changement climatique tout en renforçant la résilience (...) de manière à ne pas menacer la production alimentaire».

L'impact sur l'agriculture

L'agriculture est l'un des principaux secteurs de l'économie à être durement touché par le changement climatique. Le récent phénomène climatique El Niño en est un témoignage, a fait observer Mme Semedo.

Le soutien à l'Accord de Paris intervient à l'heure où quelque 60 millions de personnes dans le monde subissent les retombées négatives d'El Niño.

Il convient de noter que les ruraux pauvres et les petits exploitants agricoles sont fortement touchés par les menaces que représentent le changement climatique, a fait valoir Mme Semedo.

Le rôle des agriculteurs

Au cours de ses interventions lors de plusieurs événements de haut niveau à New York, la Directrice générale adjointe de la FAO a rappelé le rôle crucial de l'agriculture familiale dans l'éradication de la pauvreté et de la faim.

Celles-ci ont des causes similaires et sont souvent liées, d'où la nécessité de les aborder ensemble, a-t-elle dit.

«L'appui à l'élimination de la pauvreté extrême, de la faim et de toutes les autres formes de malnutrition d'ici à 2030  est la clé des OMD 1 et 2. Près de 80 pour cent des populations indigentes et affamées vivent dans les zones rurales. Aussi attelons-nous, dans le cadre de notre action collective, à autonomiser les acteurs ruraux, les petits exploitants, les femmes rurales, les jeunes et les peuples autochtones», a souligné Mme Semedo.

Photo: ©Sebastian Liste/NOOR for FAO / FAO
Les agricultrices de la Coopérative maraîchère de Koinadugu récoltant des carottes dans un champ communautaire.

Partagez