FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Ethiopie: Des distributions de semences en temps opportun augmentent les rendements et renforcent la résilience des communautés

Le travail de la FAO renforce les efforts en faveur de la sécurité alimentaire face à l’une des pires sécheresses jamais provoquée par le phénomène El Niño

07 octobre 2016, Rome - L'une des plus importantes campagnes de distribution de semences est sur le point de s'achever en Ethiopie, la meilleure que le pays ait jamais connue, dont l'objectif est d'aider les agriculteurs à faire face à une terrible sécheresse provoquée par le phénomène El Niño, a indiqué aujourd'hui la FAO.

Le Gouvernement, la FAO, plusieurs ONG et autres agences humanitaires ont distribué plus de 32 000 tonnes de semences à près d'1,7 million de ménages en situation d'insécurité alimentaire et nutritionnelle à travers les six plus grandes régions d'Ethiopie.

La FAO a coordonné cette vaste campagne en étroite collaboration avec le Gouvernement. Ces efforts conjoints ont amélioré les préparations en vue de la campagne estivale de semis «meher», une campagne essentielle, qui selon certaines estimations, serait à l' origine de 85 pour cent  de l'approvisionnement alimentaire du pays.

L'impact de la FAO sur la consommation alimentaire des ménages

A ce jour, la FAO a distribué près de 4000 tonnes de semences à 168 000 ménages. Environ 78 000 hectares de terres ont été cultivés pour vraisemblablement produire près de 170 000 tonnes de vivres.

Avec en moyenne une tonne de récolte par ménage chaque année, soit environ 0,2 tonnes par personne, les familles bénéficiaires seront probablement en mesure de satisfaire leurs besoins alimentaires de base pendant au moins 8 à 10 mois.

En 2015, la sécheresse provoquée par le phénomène El Niño en Ethiopie a réduit à néant deux campagnes de semis dans un pays fortement dépendant de l'agriculture. Cela a également eu pour effet d'épuiser les stocks de semences des ménages à travers le pays et de gravement compromettre la sécurité alimentaire nationale. Au début de l'année 2016, 10,2 millions de personnes avaient besoin d'une aide alimentaire d'urgence et de retrouver leurs moyens d'existence. Selon certaines estimations, on parlerait maintenant de 9,7 millions de personnes en Ethiopie.

Améliorer les moyens d'existence des agriculteurs éthiopiens

Une récente évaluation de la FAO a déterminé qu'une opération urgente de distribution de semences aura une incidence positive considérable sur la récolte de 2016/17.

«Selon les prévisions, la récolte 2016/17 en Ethiopie sera moyenne ou au-dessus de la moyenne, soit une formidable réussite qui fait suite à l'une des pires sécheresses jamais connue par le pays», a déclaré Amadou Allahoury, Représentant de la FAO en Ethiopie. «Le Gouvernement et les agences humanitaires ont réagi rapidement afin d'aider les communautés affectées par la crise liée à la sécheresse, des efforts que nous sommes fiers de soutenir», a-t-il ajouté.

En août et en septembre 2016, la FAO a mené l'évaluation dans les zones les plus affectées par la sécheresse, en prêtant une attention particulière aux régions d'Amhara, d'Oromiya, à la région des nations, nationalités et peuples du Sud et au Tigray. Près de la moitié des bénéficiaires des ménages sélectionnés au hasard et interrogés suite à l'opération de distribution ont indiqué que leurs moyens d'existence auraient été menacés s'ils n'avaient pas reçu de semences en urgence pour la saison de semis «meher».

«Je ne pensais pas pouvoir planter de blé cette année. Lorsque le comité du village m'a informé que je recevrais des semences, j'étais tellement soulagé de savoir que je pourrai continuer à travailler sur mes terres et nourrir ma famille», témoigne Mitiku Tefera, un petit exploitant agricole de Werababo, dans la région du Wollo Sud, une zone montagneuse de la région d'Amhara.

Plus de 93 pour cent des bénéficiaires ont indiqué avoir reçu à temps les intrants agricoles pour la campagne «meher»2016, ainsi que leur variété de semences préférée. De manière générale, la plupart d'entre eux ont confirmé la bonne qualité des semences.

«Si la distribution des intrants était indispensable pour la saison de culture et a permis aux agriculteurs de planter, il est à présent essentiel de continuer à renforcer leur résilience afin qu'ils puissent faire face aux phénomènes météorologiques extrêmes liés au climat. Ils deviennent de plus en plus fréquents, «quasiment banals en Ethiopie et de manière plus générale en Afrique de l'Est», a souligné Dominique Burgeon, Directeur de la Division des urgences et de la réhabilitation de la FAO, après avoir visité les zones les plus affectées par la sécheresse.

«Les éleveurs ont également été durement touchés et il est nécessaire d'intensifier les efforts afin de protéger leur bétail, et surtout les animaux de reproduction, très précieux, de façon à ce que les familles puissent rétablir leurs moyens d'existence», a ajouté M. Burgeon. La FAO a mis en place une intervention de soutien au bétail complète, en fournissant notamment des semences fourragères, des traitements et des vaccinations aux animaux, une aide alimentaire aux populations empruntant les routes migratoires et en restaurant les points d'eau.

Le travail et les besoins à venir

Selon certaines estimations, l'Ethiopie aurait besoin de 45 millions de dollars supplémentaires pour le secteur agricole et celui de l'élevage afin de réhabiliter les agriculteurs et éleveurs affectés, soit l'équivalent de 91,3 millions de dollars pour l'ensemble du secteur agricole du pays depuis début 2016.

La majeure partie du financement, soit 36,2 millions de dollars, aura pour objectif de soutenir les activités liées à la santé animale telles que les vaccinations et les traitements, sachant que plus de 2,4 millions de ménages dépendants du bétail ont besoin d'une aide jusqu'à la fin de l'année.

Jusqu'au mois d'octobre 2016, la FAO avait réussi à mobiliser près de 14 millions de dollars afin de faire face à la crise. L'Organisation demande de toute urgence 14 millions de dollars supplémentaires afin de soutenir les familles dépendantes du bétail dans les régions affectées, et ce, jusqu'à la fin de l'année 2016.

Afin de renforcer la résilience des communautés dépendantes des cultures et du bétail, la FAO est actuellement en train d'élaborer une stratégie visant à soutenir les efforts du Gouvernement éthiopien et de ses partenaires en fournissant une expertise technique et en renforçant les capacités.    

Photo: ©FAO/Giulio Napolitano
Les distributions de semences aident les agriculteurs éthiopiens à se rétablir après le passage du phénomène El Niño.

Partagez