FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Un projet aide les petits Etats insulaires africains à s’adapter au changement climatique

L'Initiative met en relief le rôle essentiel de l'agriculture dans l'action climatique consécutivement à l’Accord de Paris

17 novembre 2016, Rome - Reconnaissant le fardeau disproportionné que le changement climatique fait peser sur les petits Etats insulaires en développement (PEID), la FAO vient d’annoncer son soutien aux efforts déployés par six pays insulaires africains en vue de rendre leur agriculture plus résiliente face aux chocs climatiques tout en stimulant leur développement économique.


A cet effet, un projet agricole de 1,5 million de dollars – financé par le Fonds fiduciaire de solidarité africain – doit porter sur diverses activités visant à atténuer et à adapter la production de ces pays aux changements climatiques et à rendre les pratiques agricoles plus efficaces.


Les agriculteurs du Cap Vert, des Comores, de la Guinée-Bissau, de Maurice, de Sao Tomé-et-Principe et des Seychelles bénéficieront de formations et d'échanges de connaissances sur la production alimentaire intelligente face au climat. Ils bénéficieront également de moyens susceptibles de leur offrir des opportunités de marché viables.


Parmi ces pratiques agricoles intelligentes, il y a lieu de citer l'utilisation de variétés culturales faciles à cultiver, dotées d’une valeur nutritive élevée et capables de rendre la production plus résiliente dans des conditions défavorables. D'autres initiatives mettent l'accent sur des moyens novateurs pour doper la production alimentaire. Il s'agit notamment de l'introduction de dispositifs d'agrégation de poissons - également appelés aimants à poissons - pour attirer plus de poissons dans les zones de capture et accroître la disponibilité des produits de la mer sur les marchés locaux.


Côté marketing, le projet comprend des activités visant à aider les petits exploitants à identifier des niches de marché à haute valeur ajoutée en tablant, dans un souci de durabilité, sur le commerce équitable ou l'étiquetage des produits biologiques. Et pour promouvoir les initiatives régionales en matière de commerce agricole, le projet porte sur le renforcement des réglementations et des accords entre importateurs et exportateurs. Il prévoit aussi de collaborer avec les autorités locales afin d'identifier les opportunités au niveau des politiques, et notamment les moyens de stimuler une alimentation saine à travers des directives alimentaires et des programmes d'éducation nutritionnelle.


Au total, le projet vise à développer les compétences nationales des pays du niveau de la ferme au niveau des politiques et à réduire le double fardeau de la malnutrition, à savoir la persistance de la faim et l'obésité croissante.


Action climatique mondiale


Ce projet a été paraphé à Marrakech en marge de la COP22, la Conférence mondiale des Nations Unies sur le climat qui doit adopter des mesures pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le climat conclu l’année dernière. Parmi celles-ci figurent plusieurs actions visant à contrer les effets dévastateurs du changement climatique sur l'agriculture et l'eau.


Eliminer la faim et  la pauvreté


Il est largement admis que ces effets constituent une menace majeure pour les objectifs internationaux d’élimination de la faim et de la pauvreté.


Les PEID souffrent en général d'un niveau élevé de pauvreté et de chômage qui les rendent largement dépendants des importations pour leurs besoins alimentaires.


Les moyens de subsistance des populations de ces pays dépendent fortement de la pêche, du tourisme et de la production végétale. Aussi bien, le changement climatique menace-t-il à la fois leur vulnérabilité et les progrès économiques accomplis au cours des dernières années.


C’est pour cette raison que le soutien permanent de la FAO aux PEID d’Afrique cible plus particulièrement les vulnérabilités sociales, économiques et environnementales tout en encourageant la production locale d’aliments nutritifs.

 
Le Fonds fiduciaire de solidarité africain


Lancé en 2013, le Fonds fiduciaire de solidarité africain est une initiative unique, exclusivement africaine, dont l’objectif est d’améliorer l’agriculture et la sécurité alimentaire à travers le continent.


Le Fonds aide les pays et les organisations régionales à éradiquer la faim et la malnutrition, éliminer la pauvreté rurale et gérer durablement les ressources naturelles. Son financement provient de la Guinée équatoriale (30 millions de dollars), de l’Angola (10 millions de dollars) et de l’apport symbolique d’un groupe d’organisations de la société civile de la République du Congo.


Depuis sa création, le Fonds a financé 16 projets dans 38 pays africains dans des domaines divers, notamment en matière de résilience des communautés rurales touchées par des conflits, de réduction de la pauvreté rurale en offrant des opportunités d’emplois aux jeunes et d’amélioration des pratiques agricoles pour accroître la production de l’agriculture et de l’élevage.

Photo: ©FAO/ Prakash Singh
Landhoo, Maldives: Le nouveau projet portera sur diverses activités visant à atténuer et à adapter la production des petits Etats insulaires en développement aux changements climatiques et à rendre les pratiques agricoles plus efficaces.

Partagez