Continuer à promouvoir les légumineuses à grains

Le dialogue de la FAO met l’accent sur les vertus nutritionnelles, environnementales et économiques liées à la culture des lentilles et des haricots

22 novembre 2016, Rome - «La sensibilisation des consommateurs aux bienfaits nutritionnels et diététiques des légumineuses, les graines comestibles des légumineuses dont font partie les lentilles, les pois chiches, le niébé et autres types de haricots secs, reste inadéquate et davantage doit être fait en vue de promouvoir leur rôle dans les systèmes alimentaires», a indiqué aujourd'hui Mme Maria Helena Semedo, Directrice générale adjointe de la FAO.

Des progrès ont été réalisés grâce à des initiatives prises tout au long de l'Année internationale des légumineuses 2016, cependant «il est essentiel de poursuivre cette dynamique», a déclaré Mme Semedo aux participants présents à l'occasion du Dialogue mondial organisé au siège de la FAO.

Réputées pour leur taux élevé en protéines et leur capacité à récupérer l'azote et à le fixer dans les sols, les légumineuses représentent également un atout en matière de fertilité pour d'autres cultures.

« En plus d'être appréciées pour leurs qualités, les légumineuses méritent également l'attention des politiques», a-t-elle ajouté.   

L'Assemblée générale des Nations Unies a déclaré 2016 Année internationale des légumineuses avec le Pakistan et la Turquie comme co-présidents du Comité directeur de l'AIL. Les lentilles «dahl» sont un aliment de base très important en Asie du Sud, tandis que les pois chiches ont des origines très anciennes, avec certains notamment retrouvés dans des articles de poterie de type néolithique dans le sud-est de l'Anatolie.

« ll y a encore beaucoup à faire concernant la recherche sur les légumineuses» afin de les rendre résilientes face aux stress environnementaux et de les faire contribuer à la réduction de la pauvreté rurale», a déclaré M. Nadeem Rivaz, Représentant permanent de la République islamique du Pakistan auprès de la FAO et co-président du Comité directeur de l'AIL.

«La promotion des légumineuses peut encourager la croissance économique inclusive et alors que de plus en plus de personnes s'intéressent aux légumineuses, les opportunités d'exportations se multiplient pour des pays tels que l'Ethiopie ou encore la Birmanie», a précisé M. Murat Salim Esenli, Représentant permanent désigné de la République de Turquie auprès de la FAO et également co-président de l'AIL.

Le Dialogue mondial qui se tient sur deux jours permet aux principaux intervenants et experts du monde entier de passer en revue les activités de l'année écoulée. Il s'agit notamment de la publication d'articles académiques, d'activités de plaidoyer et d'initiatives visant à mettre en place des recommandations apportant des solutions durables.

En savoir plus sur les légumineuses

Promouvoir la production et la consommation de légumineuses peut contribuer à la réalisation de certains Objectifs clés de développement durable, en particulier ceux concernant la nutrition, la pauvreté, la santé des sols et le changement climatique, au sein de ce que Mme Semedo qualifie de «cycle socioéconomique vertueux» qui garantit à l'ensemble de la communauté une certaine sécurité alimentaire et nutritionnelle.


Au Malawi, de nombreux agriculteurs ont été encouragés à combiner le maïs avec les légumineuses à grains, ce qui a eu pour effet d'améliorer leur sécurité alimentaire et leurs revenus. En Zambie, les agricultrices locales produisent à présent près de la moitié des légumineuses que l'on retrouve dans les repas scolaires.

 «De nombreux types de légumineuses sont très économes en eau et conviennent aux conditions climatiques sèches. Utiliser les légumineuses comme culture de couverture relève des techniques intelligentes face au climat qui contribuent à améliorer la productivité agricole et la résilience», a indiqué Mme Semedo.

«Cela contribue également à améliorer la santé des sols, à réduire le recours aux engrais synthétiques et donc à réduire les émissions de gaz à effet de serre», a -t-elle ajouté.

Les haricots secs représentent près d'un tiers de la production mondial de légumineuses, sachant que les haricots secs et les pois chiches contribuent tous les deux à un sixième de la production mondiale. Parmi les autres principales légumineuses figurent les fèves, les lentilles, le niébé et les pois perdrix.

«Les légumineuses offre de nombreuses opportunités pour diversifier son alimentation et j'invite les chefs cuisiniers du monde entier à explorer le monde des légumineuses et à user de leur créativité pour inventer de nouvelles recettes», a déclaré Mme Maggy Habib, Ambassadrice spéciale de la FAO pour l'Année internationale des légumineuses pour le Proche-Orient.

Près de 62 millions de tonnes de légumineuses sont cultivées chaque année. L'Inde est de loin le plus important producteur tout en étant un importateur net.

Le commerce international des légumineuses se chiffre autour des 7 milliards avec pour principaux contributeurs la Chine, le Brésil, le Canada, la Birmanie et l'Australie.    

Photo: ©FAO/ Atul Loke
Faciles à cultiver et apportant de nombreux bienfaits pour la santé et l’environnement, les légumineuses peuvent créer un cycle socioéconomique vertueux, ont insisté les intervenants.

Partagez