FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Les prix des produits alimentaires restent globalement stables, tandis que les stocks céréaliers atteignent des niveaux record

L’Indice FAO des prix des produits alimentaires baisse légèrement en novembre, les productions de maïs et de riz sur le point de battre des records en 2016

8 décembre 2016, Rome - L'Indice FAO des prix des produits alimentaires a légèrement baissé en novembre, soulignant un départ plutôt timide dans un contexte de hausse constante en 2016. L'Indice a baissé de 0,4 pour cent depuis octobre, affichant une moyenne de 171,3 points en novembre, alors qu'une forte baisse des prix du sucre a compensé une hausse des cotations de l'huile de palme.

L'Indice FAO des prix des produits alimentaires, un indice pondéré par les échanges commerciaux qui permet de suivre l'évolution des prix des cinq principaux groupes de produits alimentaires sur les marchés internationaux, est toujours en hausse de 10,4 pour cent par rapport à novembre 2015.

L'Indice FAO des prix du sucre a chuté de 8,9 pour cent depuis octobre, faisant écho à des informations annonçant une récolte plus abondante que prévue au Brésil, le plus important producteur de sucre au monde, et un fléchissement du réal brésilien par rapport au dollar américain.

L'Indice FAO des prix de l'huile végétale a augmenté de 4,5 pour cent ce mois-ci, aidé par une production d'huile de palme moins généreuse qu'anticipée en Asie du Sud-Est et par un concassage des graines de soja inferieur à la moyenne.

Les autres marchandises restent plus stables. L'Indice FAO des prix de la viande reste inchangé depuis octobre. L'Indice FAO des prix des produits laitiers a augmenté d'1,9 pour cent, démontrant une certaine tendance vers la hausse après une longue récession. L'Indice FAO des prix des céréales a baissé de 0,6 pour cent face à des stocks mondiaux relativement larges et des perspectives de récolte encourageantes en Argentine et en Australie, qui ont influencé les cotations de blé.

Les nouvelles prévisions prédisent une hausse historique des réserves céréalières mondiales

La FAO a mis à jour ses prévisions, prévoyant maintenant que les réserves céréalières mondiales atteindront un niveau record d'ici la fin des campagnes agricoles de 2017.

Selon le dernier Bulletin de la FAO sur l'offre et la demande de céréales, également publié aujourd'hui, les perspectives de production, en particulier pour le blé et les céréales secondaires, se sont progressivement améliorées depuis le début de l'actuelle saison commerciale. La FAO s'attend maintenant à ce que les stocks de céréales augmentent pour atteindre les 670 millions de tonnes, soit une hausse d'1,4 pour cent par rapport à la saison précédente. 

Les stocks de blé devraient augmenter et atteindre un nouveau record avec 238,5 millions de tonnes et ce, surtout grâce à des hausses en Chine, aux Etats-Unis et en Russie. Les stocks mondiaux de riz ont été revus à la hausse pour atteindre les 171 millions de tonnes, tandis que les stocks de céréales secondaires devraient eux aussi augmenter pour atteindre les 261 millions de tonnes, aidés par une accumulation notable des stocks de maïs aux Etats-Unis, qui vont pouvoir compenser une importante diminution en Chine.

Les projections pour la production céréalière mondiale en 2016 ont été revues à la hausse pour atteindre les 2 577 millions de tonnes, soit 1,7 pour cent de plus que la production de 2015. Les productions de riz et de maïs devraient atteindre des niveaux record.

Concernant la campagne de 2017, la baisse des prix anticipée devrait entraîner un ralentissement dans les régions américaines où le blé est cultivé, même si le nombre de ces plantations devraient augmenter en Russie, en Ukraine, en Inde et au Pakistan.

Les semis de maïs (les campagnes de semis sont actuellement en cours en Argentine et au Brésil) devraient augmenter, stimulés par de meilleurs rendements et des conditions climatiques favorables.

En Afrique du Sud, les semis de maïs devraient également augmenter de près d'un tiers par rapport au niveau de l'année dernière. Des conditions climatiques favorables devraient entraîner un important rebond de la récolte nationale de maïs par rapport à la récolte réduite par la sécheresse de l'an dernier.

Photo: ©FAO/Sergey Kozmin
Récolte de maïs à Jalal-Abad Oblast, au Kirghizistan.

Partagez