FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

La FAO ouvre un nouveau bureau sous régional au Liban pour lutter contre les effets des crises

Le Directeur général félicite les pays accueillant les réfugiés et annonce de nouveaux programmes

13 Décembre 2016, BEYROUTH- Durant sa visite à Beyrouth, le Directeur général de la FAO, José Graziano da Silva a dit que les conflits en Syrie, en Irak et au Yémen sont la cause principale du dédoublement du nombre des personnes sous-alimentées au Proche-Orient. La FAO a ouvert son nouveau bureau sous régional à Beyrouth.

Le Liban et 14 autres pays du Proche-Orient et l'Afrique du Nord ont atteint l'Objectif du Millénaire pour le développement, en réduisant de moitié les taux de famine jusqu'en 2015, mais les problèmes de sécurité alimentaire ont augmenté en valeurs absolus en raison des conflits civils dans la région.

Graziano da Silva a félicité le peuple libanais et son gouvernement pour « leur grand engagement et leur solidarité envers les Syriens déplacés, ainsi qu'avec d'autres réfugiés ».
Il a également félicité le nouveau président Michel Aoun et Saad Hariri, le premier ministre désigné.

Le Liban accueille actuellement près d'1,5 million de réfugiés, soit un tiers de sa population, et beaucoup d'entre eux vivent dans des zones rurales où les infrastructures publiques et les ressources naturelles sont soumises à beaucoup de tensions.

Akram Chehayeb, Ministre de l'Agriculture au Liban, a déclaré que « La situation détériorée de l'insécurité alimentaire au Proche-Orient et en Afrique du Nord aujourd'hui, n'est pas seulement limitée par l'indice de la production alimentaire ou par la dépendance accrue aux biens importés, mais elle est également liée aux conflits, aux migrations et à l'afflux accru de réfugiés ». Il ajouta : « les conflits ont un « effet dévastateur » bien au-delà de leurs frontières nationales ».

Afin de relever ce défi et soutenir les pays qui accueillent la plus grande partie des réfugiés, la FAO vient d'ouvrir son nouveau bureau sous régional pour les pays du Mashrek. Chehayeb et Graziano da Silva ont signé l'accord pour la mise en place de l'établissement lors d'un événement qui s'est déroulé à Beyrouth aujourd'hui.

Le bureau supplémentaire servira de centre technique d'excellence pour soutenir la sécurité alimentaire et nutritionnelle, le développement agricole durable, ainsi que le commerce et les initiatives de développement rural au Liban, en Jordanie, en Syrie, en Irak et en Iran. Graziano Da Silva a déclaré que «  ce bureau arrive à un moment crucial car la sous-région est aggravée par des défis à long terme tels que la rareté des ressources en eau, la dégradation des sols, les effets du changement climatique et le taux de chômage élevé ».

La FAO renforce sa présence au Liban

Le nouveau bureau sous régional « n'est pas la première collaboration entre la FAO et le Liban, et ce ne sera pas le dernier », a déclaré Chehayeb.
La FAO est déjà engagée au Liban dans le cadre d'un plan plus large, visant à renforcer la résilience des communautés régionales face à la crise syrienne. La FAO a vacciné l'ensemble du bétail national contre les principales maladies animales transfrontières ; elle a également renforcé les systèmes de surveillance et de contrôle vétérinaires, distribué des semences et des outils agricoles à 20000 personnes pour améliorer la production alimentaire de subsistance et contribué à la création de 500 fermes de volailles semi-intensives pour fournir de la nourriture et créer de l'emploi.

Graziano da Silva ajouta que « les projets de la FAO pour renforcer les capacités locales et à améliorer les pratiques de la gestion de l'eau sont essentiels à long terme dans les efforts visant à faire face au changement climatique. L'action climatique offre une triple victoire dans la lutte contre l'extrême pauvreté, la faim et le changement climatique en même temps ».

Le Mardi, le Liban et la FAO ont également signé deux nouveaux grands projets financés par le Gouvernement néerlandais.

L'un des deux est une initiative de 8,25 millions de dollars étendue sur trois ans et visant à aider 1220 agriculteurs à récupérer des terres dégradées, créer des réservoirs d'eau et mettre en place des vergers de fruits irrigués. L'élément clé de ce projet est de promouvoir les moyens de subsistance agricoles et les emplois ruraux avec plus de 80 000 jours de travail prévu avant l'accomplissement du projet.

L'autre est un projet de 5,2 millions de dollars étendu sur trois ans. Il vise à réhabiliter sept écoles agricoles techniques pour donner aux jeunes libanais et aux personnes déplacées la convenance d'acquérir les compétences nécessaires pour accéder aux possibilités de carrière dans le secteur agricole et les agro-industries au Liban et en Syrie.

Photo: ©FAO/Lebanon
Le ministre libanais de l'Agriculture, Akram Chehayeb, et le directeur général de la FAO, José Graziano da Silva.

Partagez