FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Clôture de la campagne de terrain contre la peste bovine

L’éradication de la maladie mortelle du bétail est proche

Photo: ©FAO/G. Bizzarri
La peste bovine peut décimer des troupeaux entiers en l'espace de quelques jours
14 octobre 2010, Rome - Une campagne mondiale ambitieuse, qui a poussé la peste bovine dans ses derniers retranchements, est en train de boucler ses activités sur le terrain, ouvrant la voie à une éradication officielle de la maladie mortelle du bétail.


Ce serait la première fois, dans l'histoire de l'humanité, qu'une maladie animale est éradiquée à l'état sauvage, et seulement la deuxième fois que l'homme vient à bout d'une maladie, après la variole en 1980.

La peste bovine ne touche pas directement l'homme, mais elle inflige depuis des millénaires des pertes massives aux troupeaux de bovins et autres ongulés, avec des effets dévastateurs sur l'agriculture, laissant dans son sillage famine et dévastation.

"La lutte et l'élimination de la peste bovine ont toujours constitué une priorité de l'Organisation dans le cadre de sa mission visant à combattre la faim et à renforcer la sécurité alimentaire mondiale", a déclaré le Directeur général de la FAO, Jacques Diouf, lors du Symposium mondial sur l'éradication de la peste bovine rassemblant ministres, experts en santé animale et autres parties prenantes à Rome les 13 et 14 octobre.

La réunion s'ouvre alors que bon nombre de représentants des 193 Etats membres de la FAO se préparent à célébrer, le 15 octobre, la Journée mondiale de l'alimentation ayant pour thème cette année: Unis contre la faim.

"La peste bovine afflige l'Europe, l'Asie et l'Afrique depuis des siècles, causant des famines de grande envergure et décimant des millions d'animaux. Dans les années 1880, elle a provoqué des pertes d'un million de têtes de bétail en Russie et en Europe centrale", a indiqué M. Diouf.

Lorsque la maladie a pénétré sur le continent africain à la fin du XIXème siècle, elle a décimé des millions de têtes de bétail et d'animaux sauvages et déclenché une famine généralisée. A cette occasion, on estime qu'en Ethiopie, jusqu'à un tiers de la population humaine est morte de faim. Le dernier foyer connu de peste bovine a éclaté au Kenya en 2001.

Dans l'attente de l'examen des derniers rapports officiels sur la situation de la maladie dans quelques pays par l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE), l'éradication de la peste bovine à l'échelle mondiale devrait être officiellement proclamée par la FAO et l'OIE à la mi-2011.

"Nous sommes confiants que l'Assemblée mondiale des délégués de l'OIE reconnaîtra officiellement les derniers pays restants indemnes de la maladie en mai 2011, clôturant par-là même les activités de l'OIE sur l'éradication de la peste bovine. Lancé en 1989, le Programme GREP s'est avéré extrêmement fructueux pour évaluer la présence ou l'absence du virus à l'échelle mondiale. Il devrait servir d'exemple pour l'éradication d'autres maladies animales", a déclaré le Directeur général de l'OIE, M. Bernard Vallat.

Les participants à la réunion ont examiné les leçons tirées des efforts internationaux d'éradication de la maladie et les manières de les appliquer à d'autres maladies. Ils feront également le point sur la stratégie pré- et post-déclaration finale de l'éradication.

Un effort mondial

La FAO a pris la tête de l'effort mondial de coordination visant à étudier les tendances et la nature de la peste bovine, à aider les éleveurs et les services vétérinaires à identifier et combattre la maladie, à concevoir et à mettre en œuvre des campagnes de vaccination et, en dernière analyse, à éradiquer la maladie conformément aux normes OIE.

Cet effort a fait intervenir une vaste coalition de partenaires internationaux tels que l'OIE, l'AIEA et des donateurs, plus récemment réunis sous l'égide du Programme mondial d'éradication de la peste bovine (GREP).

Le GREP a été créé en 1994 en tant que mécanisme mondial de coordination visant à lancer une campagne mondiale, systématique et intégrée, de lutte contre la peste bovine. Le GREP a donné la dernière impulsion décisive à une campagne de recherche scientifique, de surveillance et de vaccination des animaux sur le terrain qui durait depuis des dizaines d'années.

"Le succès extraordinaire du GREP n'aurait guère été possible sans les efforts coordonnés et la détermination résolue des gouvernements de tous les pays touchés et exposés, sans le Bureau interafricain pour les ressources animales de l'Union africaine et les organisations régionales responsables en Asie et en Europe, sans les organismes donateurs engagés dans cette entreprise", a fait remarquer le Directeur général de la FAO, Jacques Diouf, citant en particulier l'Union européenne et d'autres importants donateurs, ainsi que les professionnels des institutions de recherche et des organisations de développement bi- et multilatérales.

"Ensemble, nous avons vaincu la peste bovine. Ensemble, nous sommes plus forts. Ensemble, nous éliminerons la faim dans le monde", a conclu M. Diouf.

Un passé de dévastation

Causée par un virus et diffusée par contact et par le biais de matériels contaminés, la peste bovine a décimé des millions de bovins, de buffles, de yaks et d'espèces sauvages apparentées, avec des taux de mortalité atteignant, dans les cas extrêmes, près de 100 pour cent.

Des siècles après sa découverte en Asie et en Europe, la peste bovine a atteint son point culminant dans les années 1920. A une époque, la maladie s'étendait de la Scandinavie au Cap de Bonne Espérance, et des côtes atlantiques de l'Afrique à l'archipel des Philippines, avec un foyer signalé au Brésil et un autre en Australie.

Au début des années 1980, la peste bovine sévissait encore dans le monde entier, avec des épidémies dévastatrices en Asie du Sud, au Moyen-Orient et en Afrique. Les pertes au Nigéria dans les années 80 se sont élevées à 2 milliards de dollars. En 1994, au nord du Pakistan, un foyer a décimé plus de 50 000 bovins et buffles avant d'être maitrisé avec l'aide de la FAO et de ses partenaires.